Restaurer des actes scellés à la BnF : au-delà de la question technique

Dans le billet précèdent, nous avions insisté sur  deux éléments essentiels à la compréhension de nos objectifs :  le contexte de développement du projet et l’esprit de coopération entre les équipes de la BnF. Si une telle attention est portée au facteur humain, ce n’est pas par pure rhétorique. L’acquisition d’un savoir-faire et sa transmission « de main en main », d’acteur en acteur, est sans doute l’objectif le plus difficile à atteindre, puisqu’il inclu une part de pédagogie et de formation continue, par la pratique et par la réflexion interdisciplinaire.

Le milieu universitaire connait certes un enseignement archivistique. Rares sont les formations sigillographiques (enseignées à l’Ecole nationale des chartes) et diplomatiques (à l’ENC et dans certains parcours en Histoire). Inexistantes sont les formations en restauration-conservation incluant un enseignement pratique sur les chartes scellées. Jusqu’à présent, seul l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales, autrefois institué comme unité de proximité de la Section ancienne (aujourd’hui DMAAR), offre une excellente formation en restauration-conservation de sceaux.  L’étudiant qui cherchera à acquérir ce savoir-faire n’aura d’autre recourt que la formation hors circuit universitaire.

Sans porter de jugement sur un état de fait, on touche ici du doigt une des pierres d’achoppement de la spécialisation (française) par matériaux des restaurateurs. Dans ce système, un acte scellé relève théoriquement à le fois des restaurateurs d’oeuvres d’Arts graphiques (qui traiteront le parchemin ou le papier), de textile (pour les lacs de soie) et de métal (boîtes en fer blanc, bulle en plomb, etc.). Le sceau en lui-même pose problème, puisque la logique archivistique voudrait que l’on traite de manière cohérente l’intégralité d’une pièce, et non une partie de pièce (le sceau séparément du parchemin). Ce problème de partition des spécialités serait insoluble, si l’on ne considérait pas avec attention la dynamique de formation des restaurateurs. Les demandes en formation proviennent essentiellement des restaurateurs d’œuvres d’Arts graphiques et de reliures, qui traitent ce type de document dans la cadre de leur activités institutionnelles ou qui répondent aux appels d’offre d’Archives départementales ou aux demandes de collectionneurs privés.

La restauration d’actes scellés n’est pas étrangère à l’histoire de la BnF, bien qu’elle soit restée un phénomène épisodique : les traces d’interventions dans les archives en sont les témoins irrécusables. Les difficultés de formation des restaurateurs,  et la grande technicité requise pour manier correctement les outils et les techniques (notamment les comblement de lacune à l’aide d’une pointe chauffante) ont certes gêné l’implantation de ce savoir-faire. Mais là n’est pas la cause première de l’absence de pérennisation technique : pour être maîtrisé, un savoir-faire doit être réactualisé en permanence. La seule condition à cette actualisation est la pratique régulière, sur la longue durée, par un certain nombre de restaurateurs. Dans une institution, cela suppose une programmation et priorisation des traitements, ainsi qu’une conception claire de la cohérence archivistique et matérielle que sous-tend l’unité de la collection. L’évaluation sanitaire ne suffit pas en soit : elle doit  être  nuancée grâce à  l’interprétation des causes d’altération et de dégradation, l’analyse des communications aux chercheurs, le sondage des archives internes intéressant les fonds, le dimensionnement des volumes à traiter, et surtout la compréhension de l’unité sémiotique et symbolique unissant les collections. Le projet SCEAU de la BnF ne se résume donc pas à la mise en place de conditions techniques de traitement des fonds : il est l’occasion d’une véritable introspection sur l’histoire et l’identité de la Bibliothèque, sur sa position par rapport aux objets autres que les livres, sur ses politiques culturelles passées, présentes et à venir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *