Début des opérations de numérisation

Après plusieurs mois de restauration, vient le temps des opérations de numérisation. Un premier lot de 25 chartes scellées des Mélanges de Colbert passe en ce moment même sur les machines Metis© de l’atelier de numérisation de Richelieu, qui accueille pour l’occasion une collègue du site de Tolbiac, Virginie Louis, assistée de Cécile Sarrion, restauratrice. La phase de prise de vue se poursuivra par le traitement des images et la rédaction des métadonnées.

Numériser n’est pas une simple manipulation technique. Bien au contraire, il s’agit de cerner et circonscrire en amont les usages de ces prises de vue et des informations qui les entourent, et donc d’anticiper les besoins des chercheurs. La rédaction des scenarii de numérisation permet d’anticiper les demandes qui pourraient émaner des diplomatistes, sigillographes et archivistes. Modérées par les référentiels en vigueur à la BnF (notamment le référentiel de numérisation des documents opaques), ces demandes des usagers nous ont ainsi orienté vers un scenario général en 5 vues :

  • recto général,
  • recto avec repli ouvert quand cela s’avère nécessaire ,
  • verso général,
  • face du sceau en gros plan, (800 dpi au minimum),
  • revers du sceau en gros plan. (800 dpi au minimum).

La rédaction des notices intégrera les recommandations des recommandations ISAD (G) des Archives de France, en les adaptant aux recommandations qui pourraient être formulées par les partenaires du projet SIGILLA (projet de bases de données de sceaux (images sigillaires, déclinées en actes, moulages, dessins) interopérables).

Numériser des archives infléchie fortement les pratiques et méthodes des chercheurs : la coupure avec les liens organique de la série, la sur-représentativité de certains fonds ou collections peuvent avoir pour effet des marges d’erreur importantes dans l’interprétation qu’en font les utilisateurs. C’est toute la question de la conservation du principe archivistique d’unité organique des séries,  même si elles sont dites « factices » ou « ventilées ». Une collection n’est pas une série, mais possède également sa logique propre : elle seule permet l’approche critique des pièces.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *