“Qu’est-ce qu’un sceau?” ou “Un exercice de définition”

    Qu’est-ce qu’un sceau? Pour les sigillographes (soit les spécialistes des sceaux), la question est sans doute redondante et sera probablement vite évacuée, car la réponse semble s’imposer d’elle -même : un sceau est une objet matriciel, ou l’empreinte tirée de cette matrice, apposée à une pièce écrite ou un objet et lui conférant certaines valeurs d’authenticité, de validité, de prestige, etc. Mais, depuis bientôt quatre ans que je travaille sur les archives scellées, je n’arrive pas à m’abstraire de l’exercice de définition du “sceau”… Voici le fruit de quelques réflexions, qui n’ont bien sûr pas valeur d’exhaustivité.

   Depuis le milieu du XIX e siècle, le sceau a reçu de multiples définitions. Il est presque toujours donné  comme un objet ontologique, ayant un mode d’existence tangible. Qu’entend-t-on par là ? Les définitions répertoriées portent, à de rares exceptions près, sur la matérialité de l’objet sceau (que ce soit l’empreinte ou la matrice) dans son rapport imagé au sigillant. Il s’agit, à proprement parler, de sceaux de validation. Bien que très diverses, toutes ces définitions sont pertinentes dans la mesure où elles se réfèrent à différents aspects sigillographiques. Elles omettent toutefois des aspects essentiels du phénomène sigillaire qui semblent avoir pris une importance capitale dès le XVe siècle. Aussi propose-t-on de donner plusieurs définitions avant de mettre en avant les éléments caractéristiques du sceau, tels qu’ils sont perçus par les chercheurs. L’analyse bibliographique ne portera donc pas sur l’intégralité des ouvrages –généralement des monographies  consacrées à des thèmes sigillographiques médiévaux, mais sur les définitions données par les auteurs. Bien que ces monographies soient centrées sur les siècles médiévaux, les définitions tendent à une généralisation atemporelle, d’où l’intérêt qu’elles présentent pour la problématique de la périodisation. 

   La définition faisant actuellement l’objet d’une reconnaissance commune est celle du Vocabulaire international de sigillographie, publié en 1990 sous l’égide du Conseil international des Archives. La participation de spécialistes de différents pays, pendant plus de quatorze ans, en fait une référence normative. L’objectif est de donner un modèle de structuration de fiche descriptive, avec des équivalences terminologiques (anglais, allemand, italien, espagnol, français, hongrois, norvégien, etc.). Voici la définition proposée du terme « sceau », venant en troisième position après « sigillographie » et « art du sceau”:

a. Au sens général du terme, une empreinte obtenue par l’apposition d’une matrice présentant des signes propres à une autorité ou une personne physique ou morale, en vue de témoigner de la volonté d’intervention du sigillant. De façon courante, il désigne l’empreinte imprimée sur de la cire ou sur une autre matière molle (glaise, papier, etc.), par opposition à la bulle imprimée sur une matière métallique. b. Par extension, le sceau peut aussi désigner la matrice d’où est tirée cette empreinte.

   Trois niveaux linguistiques extensifs sont distingués :

  • Celui de l’expertise, pour laquelle l’empreinte reçoit une portée signifiante par le contact avec une matrice elle-même signifiante.
  • Celui du langage quotidien (courant), qui ne se préoccupe que de l’empreinte tangible, et qui défini le sceau par une opposition différentielle de la matière organique/métallique.
  • celui de l’extension métonymique à un outil matriciel ayant pour fonction d’imprimer une matière.

   Remarquons que le champ du signifié varie selon les langues : le russe a deux termes distincts pour le sceau (l’empreinte et le sceau matrice), et ne peut par désigner les deux sous un même signifiant ; l’espagnol prend également en considération les matières métalliques dans le terme sello. La terminologie française conduit à une confusion terminologique entre « empreinte », « matrice » (que l’on pourrait comparer à des signifiants linguistiques) et portée sémiotique (le signifié). Cette confusion se cristallise atours de l’objet sceau (empreinte ou matrice) d’une part, et de son rapport au geste qui lui donne sens (scellage et scellement[4]).  On note d’ors et déjà que toute approche phénoménale,  sociale et institutionnelle est omise.

   Une autre définition souvent citée comme référence est celle d’Auguste Coulon, dans ses Eléments de sigillographie ecclésiastique française, paru en 1932. Les triptyques empreinte/matrice/signe et matière/image/signe sont également présents :

Le sceau est l’empreinte, sur une matière plastique, généralement de la cire, d’images ou de caractères gravés dans un corps dur, métal ou pierre, plus précisément désigné sous le nom de matrice et généralement employé comme signe personnel d’autorité et de propriété.[5] 

   Remarquons que la nature sociale du signe trouve ici une première précision : il s’agit d’un lien ‘personnel’, marquant l’autorité et la propriété. Etonnamment, le contrat supportant le sceau est négligé : c’est pourtant lui qui trouve dans le sceau une marque de propriété et d’autorité. Les carte sine litteris  médiévales font figure de cas extrême : la nature et les termes du contrat paraissaient si évidents qu’ils n’ont pas été couchés par écrit sur le parchemin, pourtant scellé[6].

  Poussons plus avant la tentative de circonscription de la définition du terme sceau.  Dans son article considéré à juste titre comme un monument de la sigillographie française, Origine et diffusion des sceaux de juridictions, paru en 1971, Robert-Henri Bautier, diplomatiste de l’Ecole des chartes appartenant a la génération suivant celle d’Auguste Coulon, rend compte d’une définition juridique du sceau. Le procédé est celui de  l’équivalence :

En matière juridique, l’une des acquisitions capitales de la seconde partie du Moyen Âge fut la possibilité de donner aux contrats une valeur manifeste et définitive, du seul fait qu’ils étaient revêtus du sceau juridictionnel, équivalent dans une large partie de l’Europe à la manus publica du notaire méridional.[7] 

  A l’inverse du Vocabulaire international de sigillographie et d’Auguste Coulon, le sceau juridictionnel (c’est-à-dire représentant une juridiction) est situé dans son rapport au texte contractuel. En tant que signe, il lui donne des valeurs. Robert-Henri Bautier prend soin de ne pas le confondre avec une signature notariale, tout en instaurant un rapport d’équivalence au niveau de leur finalité performative : on comprend donc que, dans leur rapport au texte, ces deux signes serait théoriquement substituables. Cette notion de substituabilité est fondamentale, puisque c’est elle qui définie, selon Pierce, la nature même du signe[8].

   Si le signe-sceau est substituable, alors il devient possible de le définir dans son rapport au récepteur, qui celui qui le voit et possède un code commun avec l’émetteur du signe. Michel Pastoureau, dans la lignée de l’Ecole des Annales et des courants d’anthropologie historique, en a donné une définition remarquable. En 1996, dans son article Le sceau et la fonction sociale des images, il écrivait :

[Le sceau] est une imago du sigillant, c’est-à-dire son image personnelle, celle à qui il transmet son auctoritas, celle qui juridiquement le représente et le prolonge, l’emblématise et le symbolise, celle qui est à la fois lui-même et le double de lui-même.[9]

  Selon cette définition, le sceau n’est pas une image telle que nous l’entendons au sens actuelle du terme, il est imago, c’est-à-dire ‘le double’ du sigillant, une prolongation ontologique par (en non à travers) le matériau mis en forme et reconnaissable. Ce n’est pas l’iconographie qui défini ce rapport, mais le sceau en-soi, donné à voir et à toucher, rendant visible le contact passé d’une matrice. Le sceau devient signe par l’impression d’une matière dans un contexte particulier, et non par l’image figurée qui en résulte. Néanmoins, la nature du processus de ‘prolongation’, d’emblématisassions’ et de ‘symbolisation’ n’est pas précisée.

  Enfin, on ne saurait faire l’économie d’une présentation des travaux récents de Brigitte Bedos-Rezak, historienne médiéviste enseignant à l’université de New York. Dans la poussée des courants historiographiques américains, touchés par l’étude des « textes » et de leur matérialité[10], l’auteur entend développer une approche des chartes scellées au travers d’un filtre sémiotique et épistémologique novateur. Elle pose le résultat de son enquête, dans  l’introduction de son récent ouvrage When ego was imago, signs of identity in the Middle Ages[11] :

I discovered that the seal’s effectiveness in both rhetoric and praxis resides in this mode of production. It was less an object that a process that seals were mobilized. The process in question was imprinting, a technique whereby a material containing an image in its inner matter comes into contact with another material upon which the image is pressed and thereby revealed[12].

De quoi s’interroger sur les rapports entre “sigillographie et “material turn”…


[1] Conseil international des archives, Comité international de sigillographie, Vocabulaire international de la sigillographie ; recommandations pour l’établissement de notices descriptives de sceaux [sous la dir. de Stefania RICCI et Robert-Henri BAUTIER], Rome, 1990, 389 p., pl. (Pubblicazioni degli archivi di stato, Sussidi, 3).

[2] L’art du sceau étant donné comme ‘la qualité artistique des matrices et empreintes ainsi que l’iconographie du sceau’, et ‘le métier de la taille des matrices ressortissant de l’art de l’orfèvrerie’.

[3] Ibid., p. 44

[4] Une distinction sera établie entre ces deux termes dans la partie consacrée à l’approche méthodologique.

[5]A. COULON, ‘Eléments de sigillographie ecclésiastique française’, Revue d’histoire de l’Eglise de France, tome 18, n°78, 1932, p.30-59

[6] Je remercie Monsieur Louis Assier-Andrieu pour cette remarque.

[7]R.-H. BAUTIER, ‘Origine et diffusion du sceau de juridiction’, Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et des belles-lettres, 115e année, n°2, 1971, p.304

[8] C. S. PEIRCE, Ecrits sur le signe, éditions du Seuil, collection L’Ordre philosophique, Paris, Paris, 1978, 262p.

[9]M. PASTOUREAU, ‘Le sceau et la fonction sociale des images’, L’image. Fonctions et usage des images dans l’Occident médiéval, Les cahiers du Léopard d’Or, n°5, Paris, 1996, p.287

[10] Sur le phénomène de “retour aux sources” parmi les historiens européens et américains, on peut consulter J. MORSEL, ‘Du texte aux archives : le problème de la source’, Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 2,  2008, mis en ligne le 28 février 2009 [consulté le 02 avril 2013]

URL : http://cem.revues.org/4132 ; DOI : 10.4000/cem.4132

[11] B. M. BEDOS-REZAK, When ego was imago, signs of identity in the Middle Ages, éditions Brill, collection Visualizing the Middle Ages, Leiden, Boston, 2010, XXIX-295p.

[12] Ibid., p. 3. ‘J’ai découvert que la double réalité des sceaux, tant dans la rhétoriques que la praxis, réside dans ce mode de fabrication. Les sceaux existaient moins comme  objet que comme processus. Le processus en question était une impression, soit une technique par laquelle un matériau portant une image entre en contact avec un autre matériau, y imprime son image et ainsi la révèle’.

  


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Billets, Lectures / Readings. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">