A l'avant-garde de la conservation préventive des sceaux: Pierre Clairambault (1651-1740)

On incrimine souvent le conditionnement anciens des archives scellées (boîtes, cartons, etc.) comme un des facteurs de dégradation majeurs desdites archives. Mais ce poncif est-il fondé? Est-il une réalité inconditionnelle, ou une extrapolation des cas inquiétants d'altération de sceaux?

S'extraire des a priori touchant la conservation des archives scellées n'est pas chose aisée. Nous avons tenté l'expérience sur la collection Clairambault de la BnF, grâce à la diligence, l'expérience et l'assiduité de Domitille Nodin, chargée de l'évaluation sanitaire des fonds d'archives scellées. Après avoir fait le point sur le signalement des archives porteuses d'empreintes de sceaux (principalement localisées dans les Titres scellés, soit les 227 premiers volumes correspondant à la cinquième division de la collection originale de Pierre Clairambault), l'état de l'intégralité des volumes contenant des pièces scellées a été évalué. Nous avons tenté de pousser plus avant l'investigation, en comparant 5% des sceaux originaux, soit 485 sceaux, avec leurs moulages réalisés vers 1880-1885 et conservés aux Archives nationales de France. Les premières conclusions sont sans appel : si la collection Clairambault est globalement altérée (encore faut-il nuancer largement cet adjectif) , les altérations ne sont pas dues principalement à la reliure ou au moulage, comme on l'avait souvent subodoré. L'approche codicologique offre en outre une nouvelle vision de la constitution de la collection.

En effet, la comparaison entre l'état des sceaux au moment du moulage et leur état actuel invite à repenser nos a priori : point de nouvelles lacunes ou de nouveaux écrasements, sinon fort rares. Seuls les sceaux sous papiers sur doubles fentes (typiques du XVIe siècle) ont soufferts des anciennes techniques de moulage. Les altérations sont donc majoritairement survenues avant la campagne de moulage. Il y a fort à parier que les sceaux étaient déjà altérés au XVIIe siècle, en raison des conditions de conservations dans les chartiers, et que Clairambault a souhaité remédier à ce problème. Mais cette préoccupation matérielle aurait-elle suffit à décider Clairambault à faire monter et "emboîter" ses milliers d'archives? Il semble qu'il ne faille pas négliger le caractère méthodique et soigné du collectionneur : il ne pouvait probablement plus se contenter des désordres dans les boîtes et des difficultés de signalement en conséquence. Il a donc supervisé l'affaire avec clairvoyance, en adoptant un système d'emboitage des cahiers dans une couvrure cartonnée, les cahiers étant cousus directement dans le dos, et non montés sur nerfs. En précurseur, il avait conscience de l'effet désatreux qu'auraient pu avoir les étaux et presses à relier sur les empreintes de cire. Cette technique avait l'avantage de permettre un démontage facile des cahiers et une consultation rationnelle des pièces (les mélanges et désordres n'étant plus possibles, et les pièces étant indiquées en marge et indexées). Le conditionnement "emboîté" devenait ainsi une unité de pensée nouvelle, propre à un collectionneur érudit que l'on sait extrêmement rigoureux.

L'opération a été menée un certain temps après acquisition des archives, puisque la première série d'emboitages, techniquement homogène, représente 20 379 pièces et les 115 volumes des Titres scellés. D'autres archives, acquises ultérieurement, ont elles aussi fait l'objet d'emboîtages, mais là encore Clairambault a pensé en amont leur conservation : les volumes des cinq autres sous-division des Titres scellés sont constitués de cahiers d'agencement très variables, adaptés aux pièces scellées des dossiers. De nécessité de classement, l'emboîtage est donc devenu une unité de pensée incontournable pour Clairambault, unité souple et symbolique matérialisant l'appropriation des archives par un collectionneur du Grand siècle.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">