Analyse de cire à sceller : 54 échantillons prélevés

Les restaurateurs qui se sont confrontés un jour à la restauration de sceaux brisés ou lacunaires le savent : une part d’empirisme reste toujours attachée aux protocoles de traitement. Peu d’études ont été menées sur les produits et techniques employées. Force est de constater que l’éventail des procédés se rédui à des collages à la colle d’esturgeon, et les comblements de lacune à l’usage d’une cire de comblement appliquée à la pointe chauffante. Cires minérales en mélange, cire d’abeille blanchie, ou cire d’abeille en mélange avec une cire carnauba ou une résine polysaccharide sont ainsi les principaux produits de comblement : mais comment les utiliser à bon escient? Quelles sont leurs propriétés? Et surtout : quelles sont les propriétés (rhéologiques, mécaniques, chimiques) des cires de sceaux originaux, qui restent les éléments décisifs dans la rédaction d’un cahier des charges des cires de comblement?

Jusqu’à présent, la reversibilité et l’utilisation des cires de comblement semble visuellement satisfaisante. Toutefois, elle est basée sur un postulat erroné : une cire de sceau original n’a pas une plage de température de fusion à 63°C, comme la cire d’abeille neuve. Pas plus que sa température de transition vitreuse ne se situe à 40°C. Il suffit d’exécuter un comblement de lacune pour le constater : les pointes chauffante à plus de 63°C ne font pas fondre les sceaux! Souvent réglées sur 110°C, ces pointes ont un inconvénient majeur : elles indiquent la température du thermostat, et non la température réelle au bout de la pointe chauffante… Si bien que la maîtrise totale de l’appareil est impossible en atelier, et reste basée sur l’espérience empirique.

Pout tenter de consolider nos connaissances des propriétés des cires de comblements, les restaurateurs de la BnF et le laboratoire ont prélevé 54 échantillons millimétriques de sceaux originaux, couvrant le Haut et la Bas Moyen Age, sur les collections Clairambault, Provinces, Erudits et Bibliophiles. L’objectif de cette étude n’est pas d’analyser la composition des sceaux d’un point de vue purement fondamental, mais d’évaluer les capacités des restaurateurs à formuler des hypothèses sur la composition des cires, et de tenter de dresser un typologie des comportements rhéologiques des cires originales. Précisons :

-OBJECTIF 1 : quand un restaurateur est chargé de décrire les matériaux constitutifs des sceaux, il ne peut se fonder, bien souvent, que sur une approche visuelle. Selon la couleur et l’aspect plus ou moins nacré de la cire, il va formuler des hypothèses de composition : cire d’abeille vierge, cire d’abeille avec minium, cire d’abeille avec résine polysaccharide et vert-de-gris, etc. A titre d’hypothèse, ces formulations sont tout à fait recevables, mais elles sonnent souvent comme une affirmation. Or, jusqu’à présent, aucune étude n’a été menée sur le couplage observation de visu/ analyse chimique de la composition. C’est là le premier objectif de cette étude : après avoir indiquer une hypothèse surt la composition de chaque échantillon, le laboratoire est chargé d’analyser le composition par spectroscopie IRTF. Cette démarche peut touttefois souffrir d’une faille : les hypothèses des restaurateurs orientant celles des chercheurs, il est possible que certains composant échappent aux investigations.

-OBJECTIF 2 : le deuxième objectif est de determiner la température de transition vitreuse et la températre de fusion des cires originales, et, si cela s’avère possible, de dégager des typologies : ainsi, si un restaurateur reconnait une cire « avec résine » (exemple fréquent), et que son hypothèse est appuyée par la recherche décrite dans l’objectif 1, alors il pourra peut-être moduler les produits de restauration utilisés en conséquence. Pour ce faire, plusieurs échantillons de cire de comblement (cire d’abeille blanchie/cire microcristalline, cire Microcristalline/paraffine) à différents pourcentages ont été préparés : leur température de transition vitreuse et température de fusion seront elles aussi analysée, ainsi que leur vieillisement. Il sera alors possible de comparer les propriétés rhéologiques des cires à sceller originales et des cires de comblement, pour aider les restaurateurs à nuancer et adapter leurs propositions de traitement à chaque pièce scellée.

Ces analyses ne cherche en aucun cas à révolutionner des techniques auxquelles les restaurateurs sont aguérris, pas plus qu’elle ne prétendra infirmer ou valider définitivement certains produits ou techniques (puisqu’elle ne comprend pas d’étude mécanique). Elle se veut un étais lors de l’observation des archives, de la description des matériaux et du choix de traitement, en rendant possible des adaptations de protocoles.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *