Numérisation des chartes scellées de grand format

Numérisation des chartes de grand format sous Phase one

Numérisation des chartes de grand format sous Phase one

Après une longue séance à l’atelier de restauration, cinq chartes scellées de grand format des Mélanges de Colbert passent sous les lumières des projecteurs : toutes les compétences des spécialistes de la numérisation, ainsi que les meilleurs appareils, sont requis. Le résultat? Et bien… à bientôt sur Gallica, pour découvrir les chartes restaurées et enfin visibles par tous! Dans le lot :

 

  • la ratification du traité d’Arras par les ambassadeurs de Charles VII et Philippe le Bon (1435);
  • l’acte de reconnaissance de Charles le Téméraire par le clergé, la noblesse et le tiers-état de Hainaut (1465) ;
  • les lettres d’obligation des nobles et des villes d’Angleterre pour le projet de mariage entre Charles de Gand (futur Charles Quint) et Marie d’Angleterre (future femme de Louis XII) (1508)
  • le traité de Cambrai conclu entre les ambassadeurs de François Ier et ceux de Maximilien Ier et de Charles, roi de Castille, confirmant les traités de Noyon et de Bruxelles (1516)
  • les lettres du roi de Bohême, Jean, d’Adulf, évêque de Liège, de Raoul, duc de Lorraine, d’Amé, comte de Savoie et de Jean, comte d’Armagnac, sur les trêves conclues entre les rois de France et d’Angleterre (Esplechin, 25 septembre 1340)

Quelques chiffres : 5 chartes, 81 sceaux, 173 images développées, des dizaines d’autres pour les essais et le rodage, et… 4 jours!


5 réflexions au sujet de « Numérisation des chartes scellées de grand format »

  1. Est-ce que vous avez essayé la numérisation en 3D ?
    Cela pourrait être intéressant pour les documents impossibles à mettre complètement à plat sans les abîmer tels que les parchemins pliés. Par traitement numérique on doit pouvoir obtenir des images plates.
    Pour les sceaux, cela serait également très intéressant, pour mieux les étudier sans les manipuler, notamment en faisant varier l’angle d’éclairage, pour faire des reconstitutions à partir de plusieurs fragments d’empreintes, ou pour faire des moules ou tirages avec une imprimante 3D, sans passer par une prise d’empreinte sur l’original.

    • Pour l’instant, nous n’avons pas essayé la numérisation 3D, pour pouvoir tester la robustesse du référentiel de numérisation en « 2D ». Nous avons préféré, également, pouvoir mettre rapidement à disposition des chercheurs des unités incommunicables, ce qui est un véritable défi. L’idée est bien sût intéressante, à mon sens surtout pour les parchemins (concernant les sceaux, la manipulation des originaux montre que l’on se sert généralement du jeu de lumière pour apprécier les reliefs). Concernant la numérisation des parchemins pliés, le problème se pose au niveau du maintien du parchemin : une bonne maîtrise des techniques de restauration permet de mettre légèrement et doucement à plat la peau, en laissant les marques de pliages; mais, pour rendre visible l’intérieurs des plis très marqués (ceux pour lesquels il faut plusieurs poids de maintiens pour « ouvrir » le parchemin), le restaurateur devra pousser plus loin des traitements, en particulier le séchage. C’est un équilibre très délicat, propre à chaque parchemin. Nous ne savons pas encore à quel point la numérisation peut s’adapter à la restauration, et vice-versa…
      J’ai retenu une expérience intéressante de « mise en lumière » par l’utilisateur, qui pourrai être très utile, bien que je n’en connaisse par les détails techniques : http://blog.nationalarchives.gov.uk/blog/capturing-and-exploring-texture/
      Concernant les reconstitutions à partir de plusieurs empreintes fragmentaires, la numérisation 3D aurait bien sur tout son sens. La question a été abordée par le consortium du projet SIGILLA, espérons que ce rêve devienne réalité dans les années à venir!
      Et, pour les fac-similé à l’aide d’imprimante 3D : ce serait bien sûr plus sécurisant pour les sceaux originaux en cire, mais plus encore pour les sceaux en cire sous papier, que le moulage altère terriblement à long terme (la plupart des sceaux sous papiers moulé au début du siècle sont détruits par les résidus de pâte de coffrage et de moulage).

  2. Ping : Artificial Intelligence Software – Quill | Narrative Science | Civilisium

  3. Bravo !
    Merci de nous prévenir et de nous envoyer le lien sur Wgallica
    Quand ces documents seront prêts,
    Cordiaux sentiments,

    • Oui, avec plaisir! Nous travaillons actuellement au format de description de ces documents, en lien avec le projet SIGILLA (que j’espère présenter bientôt dans un billet…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *