Louis XIV, Saint-Michel terrassant le démon de Raphaël et le sceau de l’ordre de Saint-Michel (1701)

Rares sont les archives donnant matière à disserter sur le commandement d’une nouvelle matrice de sceau royal. Pierre Clairambault nous a laissé sa propre contribution au choix du nouveau sceau de l’ordre de Saint-Michel, en 1701, après la nomination du nouveau chancelier M. de Torcy. La matrice avait déjà été changée en 1664, suite à la réformation des statuts de l’ordre. A cette date, elle avait été gravée par Antoine Aury, graveur général des sceaux du roi, pour 170 l. t. En 1701, Pierre Clairambault, généalogiste des ordres du roi, est chargé de rechercher les exemples des anciens sceaux afin de soumettre ces exemples au roi et au chancelier : il trouve ainsi le sceau gravé sous Charles IX (que nous ne connaissons pas), celui de 1664, ainsi que l’estampe de la cérémonie de 1662 dont il a fini par retrouvé la planche, à défaut d’un tirage!

La commande du nouveau sceau émane de haut : Louis XIV veut qu’elle soit imitée du tableau de Raphaël, Saint-Michel terrassant le démon. L’historien pense immédiatement au tableau dit « le Grand Saint-Michel » (Louvre, inv. 610). Commandé en 1518 par le pape Léon X à l’intention de François Ier, ce tableau magnifiait sans fard l’Ordre de Saint-Michel dont le roi très chrétien était grand maître. Il est tentant de l’associer à la matrice de sceau, au vu de son pedigree : le chef-d’œuvre avait été offert au souverain dans un contexte d’intense activité diplomatique, et notamment de croisade contre les Turcs. Pourtant, le dessin que Clairambault recommande au chancelier des ordres, pour la matrice du sceau, parle de lui même : le tableau que le roi avait en tête était bien le Petit Saint-Michel (Louvre, inv. 609), caractéristique d’une série de tableaux de très petits formats peints par Raphaël dans les années 1503-1505. Probablement peint pour le duc d’Urbino à l’intention de François Ier, ce tableau est lui aussi associé à l’ordre royal  : ne passe-t-il pas pour un cadeau de remerciement pour le collier de l’ordre de Saint-Michel, attribué au duc? Louis XIV connaissait bien ce petit tableau, lui qui l’avait acquis à la mort de Mazarin en 1661.

Clairambault est connu des collectionneurs pour sa merveilleuse collection des Titres scellés, comprenant plus de 22 500 empreintes de sceaux, et ses recherches pour le Cabinet des Ordres. Mais il fut aussi le conseiller et l’intermédiaire raffiné et audacieux de Louis XIV, osant lui soumettre plusieurs dessins préparatoires pour la gravure du nouveau sceau de l’ordre. Il propose de faire les sceaux en cuivre, car « il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent ». Il soumet également le nom de deux graveurs de sceau, Chalochet et Rousselet, en conseillant Chalochet pour sa dextérité (bien qu’il soit visiblement dur en affaire). Son conseil fut entendu : Chalochet grava les sceaux, sur le modèle qui avait la préférence du généalogiste.

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l'histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l'Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729)

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l’histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l’Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729) Source: gallica.bnf.fr

Signalons, au passage, qu’un moulage conservé en collection Depaulis aux Archives nationales atteste de la grande fidélité du dessin du sceau de 1701 conservé par Clairambault  : ce moulage de 105 mm de diamètre,  a apparemment été tiré de la matrice aujourd’hui inconnue dans les collections publiques, ou d’un surmoulage de belle qualité. Le contre-sceau n’a malheureusement pas été moulé.

Clairambault (2) - Copie

Dessin du sceau de l’Ordre de Saint-Michel gravé en 1701 par Chalochet, à Paris. BnF, Clairambault 1245, fol. 137. Gallica

DSCN7440

Moulage du sceau de l’Ordre de Saint-Michel de 1701, conservé en collection Depaulis aux Archives nationales. Archives nationales, Supplément 7376.

 

Un élément retient notre attention : la croix de gueule sur fond d’argent peinte par Raphaël sur le bouclier, symbole christique évidant, a été remplacée par les armes de France sur le dessin de la matrice de sceau. Appropriation d’une image aimée du souverain, authentification par l’ancienneté du tableau de Raphaël, souffle de modernité renaissante du génie italien  : tels sont les ingrédients de la jussio de cette matrice.

Mais sans plus attendre, donnons la transcription du texte, accessible sur Gallica ( ark:/12148/btv1b9001039g), en Clairambault 1245, p. 4335-4337.

[1] Monseigneur [M. de Torcy, nouveau chancelier de l’ordre], m’a remis ce memoire et ces desseins, avec ordre de faire faire les sceaux de St Michel et que le Roy veut que l’on imite son tableau de St Michel par Raphael. Le 17 mars 1701.

[2]Je continue, Monseigneur, a rassembler tout ce que peut regarder les Ordres et ceremonies de St Michel et du St Esprit. L’estampe de la cérémonie de 1662 ne s’est trouvée en aucun lieu, mais enfin j’ay decouvert ou estoit la planche et j’en auray incessamment l’estampe. J’en ay trouvé une de la ceremonie de 1689 mais peu exacte. Voicy des desseins pour le seau et le contreseau de l’ordre de St Michel.

[3 ; en marge, un crochet enserrant les paragraphes 4 et 5] S’ils ne sont dans ces vol. de l’ordre de St Michel ils seront avec ceux du St Esprit.

[4] Celuy cotté 1 [déficitaire] est du roy Charles IX mis au bas des provisions de greffier de l’ordre en 1571.

[5] Le 2e [déficitaire] est celuy du Roy fait apres que sa Majesté eut reformé l’ordre en 1664.

[6]Le 3e est le contreseau.

[7] Tous les autres sont des projets desquels vous choisirez Monseigneur celuy que vous trouverez qui conviendra mieux au sujet.

[8 ; p. 4335] Ceux cottez en 8. et 10. me paraissent les meilleurs et pour contreseau, j’y ay fait mettre un cordon ou ruban par ce que l’on ne porte cet ordre qu’avec un ruban noir suivant l’ancien usage et les statuts reformez par sa Majesté en 1664.

[9] J’auray besoin pour l’exécution de celuy que vous choisirez du cordon d’or de cet ordre qui doit encore estre entre vos mains Monseigneur, si vous ne l’avez remis à M. de St Louange afin de la faire plus corect qu’il n’est dans ces desseins. Je vous suppliray aussy tres humblement de me faire parvenir un habit des chevaliers et celuy d’un officier pour les faire dessiner et peindre exactement tant en detail qu’en entier. Je croy qu’il suffira de faire les seaux de St Michel en cuivre, il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent [ils furent fait en argent malgré cette recommandation].

[10] Chalochet et Rousselet sont les deux ouvriers plus capables d’y travailler. Le 1er est beaucoup cher et je croy Monseigneur qu’il sera a propos de faire marché avec celuy que vous choisirez.

[11] Je suis avec tout le respect possible Monseigneur, vostre tres humble et tres obeissant serviteur.

CLAIRAMBAULT

[12] A Paris, le 15 mars 1701


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *