François Ier à l’honneur : reconstitution du coffre des sceaux de 1536

Le 500e anniversaire de l’avènement de François Ier, et de Marignan, est fêté à par une floraison d’ouvrages et évènements, dont une exposition François Ier, pouvoir et image, à la BnF. Les sceaux y sont bien présents : outre la ratification du traité de Cambrai de 1529, on pourra découvrir au fil du parcours une copie de la fameuse bulle d’or de François Ier, gravée à l’occasion de la paix d’Amiens, ainsi que les matrices de deux sceaux pour la croisade de 1516, autrefois connues sous le nom de « matrices du Concordat ».

Mais les fonds de la BnF n’ont pas fini de livrer leur secret : aussi avons nous le plaisir de publier dans ce billet l’acte de paiement du coffre des sceaux de François Ier, achevé en 1536, celui-là même qui contenait le grand sceau, le sceau royal delphinal (utilisé sur les lettres patentes adressés aux sujets du Dauphiné) et le sceau comme duc de Bretagne. Inconnu au moment de la publication des actes de François Ier, cet intéressant mandement a été retrouvé dans la collection Chappée. Nous en donnons un dessin, d’après les indications fournies par le dispositif.

1536_Coffre des sceaux

Reconstitution du coffre des sceaux royaux, qui servait en la Grande Chancellerie, fabriqué en 1536. Auteur du dessin: Solène de la Forest d’Armaillé.

1536, 30 juillet.- Lyon

Mandement de François Ier pour le paiement du nouveau coffre des grands sceaux.

Orig. jadis scellé sur simple queue. BnF, Chappée 25, pièce 11. Manuscrit sur parchemin, autrefois scellé sur simple queue en cire jaune.

Françoys par la grace de Dieu roy de France, a noz amez et feaulx gens de noz comptes salut et dilection. Nous voullons et vous mandons, commandons et enjoignons,  que la somme de cinquante une livres quatorze solz deux deniers tournois, laquelle notre amé et feal notaire et secretaire et audiencier de la chancellerie de France maistre Jacques Hurault a paiée, baillée et fournye des deniers de ladite audience par commandement de notre amé et feal chancellier pour avoir faict ung coffre neuf a mectre notre seel de par nous estably en notredite Chancellerie a Paris, par ce que le viel coffre servant a enfermer notre seel estoit rompu. C’est assavoir :

  • pour ung coffre de boys ferré par les coings, dix solz tournois ;
  • pour velours cramoisy viollet a couvrir ledit coffre et satin cramoisy a le doubler, quatre livres sept solz six deniers tournois ;
  • pour trois grue d’argent a renforcer les montures dudit coffre oultre l’argent dudit viel coffre, quatorze sols deux deniers tournois ;
  • pour quatre caratz et demy d’or pour dorer les montures, serrures et fleurs de lys estant semées sur ledit coffre, unze livres tournois ;
  • pour la façon desdites montures et fleurs de lys, icelles assises et rivées sur ledit coffre, vingt deux livres six solz tournois ;
  • pour une serrure d’assier fermant a double ressort, mise soubz la couverture d’argent pour la seureté dudit seel, vingt sept solz six deniers tournois ;
  • pour deux cussinetz de taffetas cramoisy picquéz, a mectre dessoubz et dessus le seel dedans le coffre, vingt cinq solz tournois.

Faisant lesdites parties la somme de XLI l. XIIII s. II d. t., vous passez et allouez de vos comptes et rabatez de la recepte dudit audiencier, en rapportant ces presentes signées de notre main avec certiffication de la reception dudit coffre, ainsi acoustré que dit est de noz améz et feaulx conseillers les maistres des requestes ordinaires de notre hostel ayant la garde de notredit seel a Paris, ou deux d’iceulx seulement, et sans ce que ledit audiencier soit tenu fournir autre quictance desdites parties, dont actendu la modicité d’icelles l’avons relevé et relevons, de grace especial, pas ces presentes. Et laquelle somme voullons estre passée et allouée audit audiencier, sans aucune difficulté, car ainsi nous plaist il estre faict, nonobstant l’ordonnance par nous faicte par laquelle avons ordonné tous les deniers de noz finances estre portéz en coffres du chateau du Louvre a Paris, et la distribuéz par le tresorier de notre espargne en la presence des presidents de noz comptes. A laquelle avons desrogué et desroguons [sic] pour ceste fois seulement, et a la desrogatoire de la desrogatoire de notre certaine science, plaine puissance et auctorité royal, et sans prendre d’icelle en autres choses et quelconques ordonnances, mandemens, restrictions ou deffense a ce contraires. Donné a Lyon le dernier jour de juillet mil cinq cens trente six, et de notre regne le vingt deuxieme.

FRANÇOIS.

Par le roy, BOCHETEL.

Rares sont les coffres à sceaux encore conservés  : celui de la Chancellerie près le Parlement de Bretagne est conservé au département des Monnaies, Médailles et Antiques à la BnF, tandis que le coffre en métal forgé, attribué à la Chancellerie près le Parlement de Dijon, du XVIIe siècle, est exposé au musée le Secg des Tournelles, à Rouen.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *