Empreintes du passé : exposition sur les sceaux à Rouen

Sceau de la Chancellerie près le Parlement de Rouen, BnF, 1559 (BnF, Mélanges de Colbert 374, n°405)

Sceau de la Chancellerie près le Parlement de Rouen, BnF, 1559 (BnF, Mélanges de Colbert 374, n°405)

La rentrée sigillographique s’annonce haute en couleurs, avec l’exposition « Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux » à Rouen. Venez nombreux!

Présentée sur trois sites du conseil départemental de la Seine-Maritime, aux Archives historiques du Département (Pôle culturel Grammont), au Musée départemental des Antiquités mais également à l’abbaye de Jumièges, l’exposition « Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux » est le fruit d’un travail de plusieurs années, mené conjointement sur leurs collections de sceaux par les Archives départementales de la Seine-Maritime, à l’initiative du projet, et le Musée départemental des antiquités. Fait remarquable, pour la première fois depuis la Révolution, on pourra découvrir sur le site même de l’abbaye de Jumièges, des pièces extraites du fonds d’archives du monastère conservé par les Archives départementales.

Le volet antique de l’exposition, « Aux origines du sceau » (commissariat Caroline Dorion-Peyronnet, directrice du Musée départemental des Antiquités, Rouen), aborde les sceaux et les scellements dans l’Antiquité à travers des exemples empruntés à la Mésopotamie, à l’Egypte et à l’époque gallo-romaine en Normandie. Les collections du Musée départemental des Antiquités forment la base de cette exposition mais les domaines égyptien et mésopotamien sont enrichis par des prêts du musée du Louvre (Département des Antiquités égyptiennes, Département des Antiquités Orientales). Ce volet antique est primordial dans la mesure où, dans le domaine de la sigillographie, les périodes antérieures au Moyen Âge ne sont que très rarement abordées.

Le volet de l’exposition présenté aux Archives départementales, « 1000 ans de sceaux en Seine-Maritime » (commissariat Michaël Bloche, directeur adjoint des Archives départementales de la Seine-Maritime), prend la suite du Musée départemental des antiquités, d’un point de vue chronologique. Les sceaux au Moyen Âge mais aussi aux époques modernes et contemporaines, jusqu’à nos jours, y sont en effet abordés. Les usages non diplomatiques du sceau, au-delà du scellement des actes, y sont également traités, avec un focus sur les plombs de drapier de la région de Rouen aux époques médiévales et modernes, et un autre sur le cachetage des bouteilles de la fameuse liqueur Bénédictine de Fécamp. Le travail mené pour la conservation et la valorisation de ces fragiles objets est enfin évoqué.

L’exposition « Jumièges, images de cire » (commissariat Michaël Bloche), troisième et dernier volet de l’exposition, invite à explorer le richissime chartrier de l’abbaye. Pour cela, une sélection a été faite parmi les innombrables sceaux, appendus aux bas des chartes, que compte le fonds d’archives de l’abbaye de Jumièges, conservé de nos jours aux Archives départementales de Seine-Maritime. Au total, ce sont près de 2 000 empreintes originales de cire qui sont conservées du XIIe siècle à la Révolution, ce qui fait de Jumièges un laboratoire exceptionnel pour l’étude des sceaux, sans égal en Normandie. Une première partie aborde les sceaux comme reflet de l’abbaye dans la société médiévale (féodalité, Église, paysans), l’accent étant mis sur les innombrables sceaux de villageois, phénomène unique en France ; une seconde traite des sceaux des abbés et du monastère du Moyen Âge à la Révolution, tandis qu’une dernière partie s’attarde sur les animaux fantastiques présents sur les sceaux et sur le phénomène des intailles antiques réutilisées comme matrices de sceaux et contre-sceaux au Moyen Âge.
L’exposition a bénéficié du concours de nombreux prêteurs : le musée du Louvre (départements des antiquités orientales et égyptiennes), le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, les Musées de Rouen (musée de la ferronnerie Le Secq des Tournelles), la bibliothèque et les Archives municipales de Rouen, l’Archevêché de Rouen, le Palais Bénédictine de Fécamp, le Musée Mathon-Durand de Neufchâtel-en-Bray, l’Abbaye de Saint-Wandrille, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *