Quand la Grande Chancellerie commande une tapisserie de presque 300 m (1537)

Reconstitution d’un pan de la tapisserie commandée pour la Grande Chancellerie en 1537. (Dessin : Solène de la Forest d’Armaillé)

Il y a quelques mois, nous donnions la reconstitution du coffre des sceaux de la Grande Chancellerie, en 1536, et évoquions au passage la richesse de la collection de Julien Chappée à la BnF (dont le contenu est désormais décrit sur la base Archives et Manuscrits). Voici maintenant un essai de reconstitution de l’immense tapisserie commandée en 1537 par Jacques Hurault, alors Audiencier, à deux maîtres tapissiers de haute lisse à Paris. Nous avons retrouvé le contrat de commande dans l’ensemble dit « Quittances et pièces diverses » (ms. Fr. 25592-26262), qui contient en vérité des pièces passionnantes et un grand nombre de sceaux, à l’instar des Pièces originales (puisque issu en bonne partie de la Chambre des comptes). On y trouvera notamment de nombreux comptes comprenant des œuvres d’art, des fournitures pour les officiers du Conseil (dont des matrices de sceaux et l’achat de cire), des achats pour des navires, des lunettes, des habits ; des comptes de chevauchées et voyages ; des comptants du roi ; des fragments de comptes de la Chancellerie ; des sceaux des Chanceliers ; des comptes de réparations du Palais (complétés par des pièces en V4, aux Archives nationales).

L’essai de reconstitution n’est, bien sûr, qu’une hypothèse de travail imparfaite, mais nous espérons qu’elle aidera à mieux comprendre cet acte et à mieux se figurer le décor de la Chancellerie.

18 mars 1537 [n. st.]-Paris

Orig. Contrat notarié de commande de la tapisserie de la chancellerie, entre Me Jacques Hurault, audiencier, d’une part, et Guillaume Tancheux et Girard Laurens, maîtres tapissiers, d’autre part. 18 mars 1537 [n. st.], Paris. Bi-feuillet de parchemin, encre ferrogallique. Ms. Fr. 26126, p. 1777-1778, tiré de la Chambre des Comptes (ancienne collection Beaumarchais, acquise en 1784 par la Bibliothèque du roi)[1].

C’est de duus de la forme et estoffes que se doibt faire une tappisserie pour la chancellerie jusques au nombre de deux cens cinquante aulnes de Paris[2].

Et premierement,

Fault que ladicte tappisserie porte de hault troys aulnes ung demy quartier[3]. En ce comprins les bordures qui seront d’un quartier de large autour de chacune piece. Et quant a la largeur fauldra qu’il y ait des pieces grandes, moyennes et petites comme l’on a acoustumé.

Item aura ladicte tappisserie son champ de bleu azuré semé de fleurs de liz jaulne doré, lesdites fleurs de liz equidistans en droict et ligne et d’eschiquiez en tous sens, dont le champ en portera quatorze, y comprins les deux demys du hault et bas, arondies et rehaulsées, faictes de sayette fine[4], et sur le champ bleu azuré de fine laine françoise, le tout de couleurs unies.

Item esdictes bordures d’un quartier de large ou environ[5], comprins les filletz, sera les fonds de rouge obscur, laine françoise fine, lesdits fillets contenant de chacun costé, oultre le petit bout noir, ung petit poulse d’epoisseur[6] faictz de sayette blanche unie de bleu qui seront entrelassées par voyes en ladite bordure, a laz d’amours en cordes d’entrelaz. Et esdites entrelasseries aura des F et salamandres couronnées puis l’un puis l’autre ; et seront lesdits F de couleur jaulne doré, fine sayette, et les salamandres de cynople, aussi fine sayette, arondies et rehaulsées comme il appartient le tout unies couleurs, et selon l’ordonnance du pourtaict de ce faict.

Il fault que ladicte tapisserie soit de haulte lysse, bien proprement tissée, faicte et parfaicte des estoffes et matieres dessusdites, et non autres, et que ainsi deuement faicte et parfaicte les ouvriers la rendent preste jusqu’au nombre desdits deux cens cinquante aulnes. C’est assavoir dedans six moys, la moictié et l’autre moictié dedans autres six moys ensuyvant.

Aujourd’huy dacté de ces presentes mil cinq cens trente six, le dix huitieme jour de mars, par devant les notaires soubzscritz et en personne de [pièce 1777v] nobles hommes et saiges maitre Jacques Hurault, conseiller du roy et audiencier de France, et de maitre Claude Guyot, controlleur de ladicte audience, stipullans en ceste partie pour le roy notre sire, Guillaume Tancheux et Girard Laurens, maitres  tapissiers de haulte lysse, en ceste ville de Paris, ont promis et promectent en leurs noms et chacun d’iceulx seul et pour le tout sans division faire et parfaire la tapisserie dessusdite, bien et deuement selon le duus des estoffes et matieres devantdites, et selon l’ordonnance & du pourtraict [sic] de ce faict a eulx baillé par ledit audiencier. Et icelle tappisserie audit nombre de deux cens cinquante aulnes, rendue deuement faicte et parfaicte audicts ouvriers et gens a ce congnoissans, dedans le temps dessusdit, prochainement venant. Et ce moyennant le prie de cens dix sol tournoys pour chacune aulne de ladicte tapisserie en euvre que ledit Hurault a promis et promet payer ausdits Guillaume Tancheux et Girard Laurens a mesure que l’ouvraige ce fera. Sur lequel pris ledit audiencier leur a incontinans advancé et fourny presentement comptant la somme de troys cens livres, en escuz d’or soleil et couronne, et monnoye ayant de present cours, dont ilz se sont tenuz pour contens et bien payéz. Et en ont quicté et quictent le roy notredit sire, ledit audiencier et tous autres. Eulx soubmectans lesdicts Guillaume Tancheux et Girard Laurens et chacun d’iceulx seul et pour le tout que dessus, que la et en cas que ladicte tappisserie ou aucune portion d’icelle ne se trouvast bien et deument faicte, et des matieres dessusdites audicts ouvriers et gens a ce congnoissant, elle soit confisquée au roy et neanmoins qu’ilz soient tenuz en reffaire et livrer autre, en la forme, estoffes et matieres dessusdites a leurs propres coustz et despens, et sans leur en faire autre payement que le premier par eulx receu en vertu de ce present contract. Pour ce qui ainsi a esté expressement accordé et convenu entre lesdits contractans, obligeans lesdits Guillaume Tancheux , Girard Laurens et chacun d’eulx seul et pour le tout, leurs personnes et biens comme pour lesdits propres deniers & affaires du roy, a l’entier acomplissement [fol. 1778] de tout ce que dessus. En revenche, au beneffice de division, d’ordre & disention, l’effect desquelz leur a esté par nous notaires notiffié et amplement declairé, pour n’en pouvoir pretendre cause d’ignorance n’y apres lesdits audiencier et Guyot, stipullant et arrestant pour le roy notre sire lesdites promesses, submissions, obligations et renonciacions dessudites. Ce fut faict et passé a multipple, l’an et jour dessusdit [ajouté après le texte, avec le parafe de Montigne] + en la presence de nous dits notaires.

MAHEUT      J.MONTIGNE

[1] Gaignière nous a laissé un dessin d’une tapisserie aux armes de François Ier, à la fois proche d’un point de vue iconographique et différente stylistiquement de celle présentée ici. Trois écus aux armes de France, timbrés d’une couronne fermée, entourés chacun  du collier de Saint-Michel et d’une couronne de laurier, sont disposés en triangle sur un fond orné de cordes en treillis, avec, entre chaque croisement de corde, un F ou une salamandre couronnés, disposés en quinconce. La bordure, faite sur un fond de couleur différente, est ornée d’un collier de Saint-Michel sans médaille. BNF, Département des estampes, Gaignières 1722, fol. 4. Reproduite dans Jules Guifrey, Histoire de la tapisserie depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, chez Alfred et fils, Tours, 1886, p. 221, et numérisée sur Gallica.

[2] Un aune de Paris vaut trois pieds, huit pouces et quatre ligne et équivaut à 118, 84cm. La longueur totale de la tapisserie ferait donc 297, 10 m.

[3] Soit 3,71m environ.

[4] La sayette fine est un fil de laine filé servant à tisser la trame de la tapisserie.

[5] Soit un quart d’aune, équivalent à 30 cm environ.

[6] Soit 2,7 cm environ.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *