Quelques représentations de scellage en Chancellerie

Rares sont les représentations de scellage, médiévales ou modernes. Georges Tessier, dans « L’audience du sceau », suivi du Vocabulaire de diplomatique , distingue bien l’acte technique du scellage, d’une part, et l’action performative du scellement, qui donne force de validation et d’authentification aux actes. En ce sens, on peut dire que seul le scellage est représentable, le scellement étant sous-tendu par une oscillation entre processus juridique et réception(s) par des publics de ces mêmes valeurs. Nous ne présenterons pas dans ce billet d’images inédites, mais tenons simplement à donner leurs références et quelques explications qui pourraient aider à monter des séances pédagogiques.

Les  quatre représentations connues, circonscrites au territoire français, datent de 1545 (vraisemblablement), 1672 et 1759. La plus ancienne est souvent reproduite ou citée dans les ouvrages traitant de l’enluminure. Conservée à la BnF sur le site de l’Arsenal, elle a fait l’objet d’une étude détaillée de M. Thierry Crépin-Leblond en 1993 dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires, et est désormais accessible en version numérique sur Gallica. Notons qu’elle ouvre un traité des privilèges du collège des notaires et secrétaires du roi, en rehaussant le prestige de ces officiers soucieux de leur image.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

Le chauffe-cire, tête-nue comme le veut le protocole, tend un acte encore non scellé au maître des requêtes, pour qu’il le signe en simple-queue avant que le sceau de cire ne recouvre cette signature, étape importante de la construction de la validité de l’acte. Pendant ce temps, deux valets chauffe-cire s’apprêtent auprès du feu, où il font ramollir la cire dans un récipient métallique. Ici, pas de traces explicites de bain-marie, mais la précipitation du valet qui marche à grands pas est sensible. Pensons au témoignage de Forget de Fresnes, sous Henri III, qui assure que l’on scellait les lettres communes « sans s’y arrester ». Ainsi, les chauffe-cire pressaient la cire modelée à la main contre la face de la matrice, et apposaient souvent le contre-sceau en posant la face de la cire contre le « tapis » de table (autrement dit la nappe verte), pour gagner du temps : pour preuves les innombrables traces de textiles avec une armure toile visibles sur la face des empreintes du XVIe siècle. La masse de documents passant en Audience ne permettait plus de fignoler la technique…

Par ailleurs, il est frappant de constater le manque de rationalisation de la chaîne du protocole de scellage, par rapport à la Chancellerie du royaume d’Angleterre. Les chauffe-cire anglais maîtrisaient bien la technique de l’écrasement de galettes de cire dans des matrices bifaces, à tenons et mortaises. Pour preuve la célèbre enluminure exécutée vers 1465, joyaux des collections de l’Inner Temple Library.

Court de la Chancellerie, Westminster Hall, vers 1460. (Inner Temple Lybrary)

Aucune autre représentation de scellage ne nous est parvenue, à notre connaissance, pour le XVIe siècle français. Il faut attendre 1672, puis 1759, pour pouvoir établir des comparaisons. En effet, peintres et graveurs ont immortalisé les épisodes exceptionnels durant lesquels le roi tenait le sceau  lui-même, c’est-à-dire présidait en personne l’audience [1]. Il est intéressant de noter qu’au-delà de la diversité des techniques graphiques et picturales employées, les artistes ont toujours cherché à mettre en valeur le lien intime qui unit le roi au travail des chauffes-cire, par le jeu de perspective, la composition et la lumière.

Les lieux préposés à l’audience et la fréquence des séances ont varié sous les règnes de Louis XIV et Louis XV, mais les représentations et les descriptions données par les diplomatistes montrent une grande constance dans la tenue de l’audience[2]. Au matin du jour fixé pour la tenue du sceau,

« les officiers du Garde-meuble[3 [ont] préparé dans ladite-pièce un bureau couvert d’un tapis de velours vert, recouvert par le bas-bout d’un maroquin noir, sur lequel le chauffe-cire apprête la cire pour la donner au scelleur : au haut-bout dudit bureau était un  fauteuil pour le Roi, & à chacun des côtés trois sièges pliants pour MM. les conseillers d’État [4]».

L’audience commence invariablement par une présentation des matrices de sceaux au roi : c’est au scelleur que revient l’honneur d’aller chercher le coffret chez le Chancelier, de l’apporter de devant le roi, de l’ouvrir et de prendre les matrices du sceau et du contre-sceau de France. Il rejoignait ensuite le groupe des officiers techniciens, au « bas-bout » de la table. Là se tenait son valet et le porte-coffre, chargé de déposer le coffre où étaient déposées les lettres scellées[5]. Les actes sont ainsi placés sous la vigilance de l’huissier[6] et du contrôleur général, respectivement placés à gauche et en face du scelleur. Un tableau anonyme, sans doute exécuté par un peintre des Gobelins sous l’égide  de Charles le Brun vers 1672 et conservé à Versailles, offre une vision magnifiée de cette description, articulée autour du roi et du scelleur.

Louis XIV tenant les sceaux en présence des conseillers d’État et des maîtres des Requêtes

D’une manière générale, scelleur, valet-chauffe-cire, porte-coffre et cirier composent un  groupe d’officiers encore mal connu, bien qu’émaillant les archives du Minutier central et autres institutions parisiennes. Malgré les privilèges honorifiques attachés à leur fonction[7], ils restent les exécutants de tâches matérielles subalternes. Le poste est en réalité, dès le troisième tiers du XVIe siècle, une « savonnette à notaire », moyen commode d’entrée dans les arcanes de la Grande Chancellerie en profitant des vertus de la vénalité des charges. Sur le tableau de 1672, ils occupent un espace de travail dégagé et clairement circonscrit en dehors du cercle serré des officiers entourant le roi. Autour d’eux sont rassemblés un certain nombre d’instruments nécessaires au bon déroulement du scellage : les matrices du sceau et contre-sceau ; le coffret (ou cassette) de bois plaqué de métal précieux et fleurdelisé, placé sur le rebord gauche de la table par rapport au roi (mais déplacé vers le roi en 1757) ; le maroquin noir de protection ; une nef de table, coupe ou récipient peu profond, servant peut-être à maintenir au chaud la cire.

Le tableau de Louis XIV tenant le sceau s’accompagne d’une représentation contemporaine plus libre, qui fourni de précieuses indications sur le travail du scellage. Il s’agit d’un croquis –peut-être un dessin préparatoire pour la commande de tapisseries – de Charles Le Brun[8], conservé au département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Louis XIV tenant le Sceau, 1672.

Tandis que le chauffe-cire scelleur presse la cire contre la matrice, son valet est tout entier occupé à la préparation de la cire, agenouillé devant ce qui semble être un grand baquet surélevé, derrière laquelle est placé un récipient pansu à col haut. La description rapportée dans Le Thrésor ou stile et protocole de la Chancellerie de France (1614) redonne toute sa lisibilité à cette scène[9] :

« Pour sceller [la lettre], il [le chauffe-cire scelleur] prend un rondeau de cire molifiée avec de l’eau tiède que son valet (qui est derrière luy) luy baille ».

Le grand baquet n’est autre qu’un bain-marie chauffé à 50°C environ (la température de fusion de la cire d’abeille, additionnée ou non de résine, étant d’environ 63°C), accompagné de son pot à charbon. Selon les dictionnaires et ouvrages de l’époque, le terme « rondeau » employé ci-dessus, se rapporte à un pain de cire entier, de forme tronconique ou en demi-sphère, « d’environ un pied de diamètre & trois pouces de haut « [10], soit 30 centimètres de large sur 10 centimètres de haut.

En mars 1757, Louis XV tient à son tour les Sceaux. Mais, à cette date, les scelleurs et valet chauffe-cire sont relégués hors de l’espace sacré du sceau, comme le montre une gravure de Pasquier réalisée en 1759 pour l’édition du traité de diplomatique de Tassin et Toustain.  Le scelleur presse apparemment le contre-sceau sur la cire, tandis que son valet chauffe-cire apporte la cire ramollie dans l’entre-chambre.

Louis XV tenant le sceau en personne pour la première fois, 1757. Détail.

Louis XV tenant le sceau en personne pour la première fois, 1757. Détail.

La vénalité des charges devenue courante à la fin du XVIe siècle, en ce qui concerne les chauffe-cire, aura précipité les malfaçons dans le scellage des Grands sceaux royaux : les quatre offices héréditaires étant devenus des plaques tournantes pour entrer en Chancellerie (par la petite porte, bien entendu), la transmission d’un savoir gestuel ancestral était perdue depuis longtemps au XVIIIe siècle. Les gestes de la gravure témoignent de ce dépérissement, qu’il convient de mettre en relation avec la montée du prix des offices et la gestion par l’administration royale de la vénalité des charges. Les chauffe-cire eux-mêmes ont, dès la fin du XVIe siècle, cherché à se défaire de leur origine liée à des tâches trop matérielles, en demandant à être qualifiés de « scelleurs héréditaires de France », puis uniquement de « scelleurs » (XVIIIe siècle), tandis que leurs valets devenaient « chauffe-cire ». Écrire comme un secrétaire est toujours plus lucratif (il suffit de regarder les bourses, gages et émolument du sceau, le calcul est rapide) et moins salissant et dégradant que de modeler la cire, même si toucher le sceau du roi restait une tâche privilégiée.

[1] Louis XIV a tenu le sceau à la mort du chancelier Séguier, du 6 février au 27 avril 1672. Louis XV suivra les pas de son aïeul dans un contexte légèrement différent. Georges Tessier, « L’audience du sceau », dans Bibliothèque de l’école des Chartes, tome 109, livraison 1, Paris, 1951, p. 51-95.

[2] Georges Tessier, op. cit., p. 51-95 ; Bernard Barbiche, « De la commission à l’office de la couronne : les gardes des sceaux de France du XVIe au XVIIIe siècle », dans Bibliothèque de l’école des chartes, tome 151, livraison 2, 1993, p.359-390

[3] Ces officiers sont nommés huissiers de la chancellerie depuis le règne de François Ie. Germain Antoine Guyot, Traité des droits, fonctions, franchises, exemptions, prérogatives et privilèges, tome 4, chez Visse, Paris, 1784, p.114.

[4] Germain Antoine Guyot, op. cit., p. 457.

[5] Joseph Nicolas Guyot Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, chez Visse, Paris, 1784, p.121.

[6] Cet huissier, représenté debout à l’extrême droite de la gravure, est reconnaissable à « sa chaine d’or, à laquelle pend une médaille du même métal ». Germain Antoine Guyot, op. cit., p. 458.

[7] Germain Antoine Guyot, op. cit., tome 4, chez Visse, Paris, 1784, p.447-470

[8] S’il a exécuté un croquis sur le vif, Charles le Brun a donc obtenu le droit d’assister à l’audience, normalement réservée aux seuls officiers admis et désignés par l’audiencier. Ce dessin a sans doute été réalisé au début de l’année 1672, Louis XIV ayant tenu le sceau du 6 février au 23 avril 1672, à la mort du chancelier Séguier.

[9] Le Thrésor ou stile et protecolle de la Chancellerie de France et des chancelleries establies pres les parlements, chez Jean Richer, Paris, 1614, (BSG, F 8° 271, Inv. 2555, feuillet sans numéro, la signature iiij v°). George Tessier remarque que cet ouvrage n’est qu’une refonte du Trésor et nouveau stile et protecolle de la chancellerie de France et des chancelleries establies pres les parlements de ce Royaume, édité en 1599 et 1608 (BnF, site de l’Arsenal, 8° J 4295 ; BSG, inv. 2554) ; Georges Tessier, op. cit., p.51-95

[10] Jacques Savary des Bruslons, Philémon-Louis Savary Dictionnaire universel de commerce : contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde, chez les Janson à Waesberge, tome 3, Amsterdam, 1732, p.183-184.

 

 


2 réflexions au sujet de « Quelques représentations de scellage en Chancellerie »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    • Merci beaucoup, c’est une belle surprise pour la BnF et ses équipes qui ont travaillé sur le projet avec passion, et pour tous ceux qui découvriront l’univers des sceaux à travers Hypothèses.
      Bien à vous,
      Solène de la Forest d’Armaillé

Répondre à Équipe hypotheses.org Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *