Le procès-verbal de la destruction des sceaux de Louis XIII et de la fabrication des Grands sceaux de Louis XIV

BnF, ms. fr. 16270, fol. 87-88. « Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13 ».

BnF, ms. fr. 16270, fol. 87-88. « Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13 ».

Les fonds du Département des manuscrits sont, comme nous l’avons vu dans les précédents billets, d’une grande richesse en ce qui concerne les actes scellés. Deux  représentations de scellage sont également conservés à la BnF (voire le billet précédent). Mais il est souvent plus délicat de cibler des archives traitant des usages des sceaux ou des objets du decorum de la Chancellerie. Ces archives émergent parfois d’une collection, telles celles sur la fabrication du coffre des sceaux et de la tapisserie de la Chancellerie, sous François Ier (voire les billets passés). Aujourd’hui, nous donnons un autre exemple de cette richesse, avec le procès-verbal de la destruction du grand sceau de Louis XIII et la fabrication du grand sceau de Louis XIV. Bien que de nombreuses traces archivistiques éclairent ce sujet, pour les XVIe-XVIIIe siècles, aucun exemple similaire n’a été retrouvé pour la période médiévale et moderne, d’où l’importance de ce texte. Il donne à voir un très bel exemple du dialogue serré qui pourrait exister entre sigillographie et diplomatique du Moyen Age et de l’époque moderne, et donne un bon point de départ pour une réflexion épistémologique sur le découpage périodique très rigide qui a souvent limité les études sur le « temps long ». Voici donc le texte, suivi de quelques réflexions et éclairages:


1643, 1e juillet. – Paris.

Original. – BnF, ms. fr. 16270, fol. 85-87. Procès-verbal de la destruction du sceau de Louis XIII et de la fabrication du sceau de Louis XIV. Bi-feuillet de papier vergé, encre ferrogallique.

[1] Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13.

[2] L’an mil six cens quarante trois, le mercredy premier jour de juillet2, par devant nous Denis Amelot, chevalier, conseiller de sa Majesté en ses conseils d’Estat & privé & direction de ses finances, vicomte d’Ay, seigneur de Chaillou et autres lieux, premier Maitre des requetes ordinaires de l’Hostel du Roy, tenant le sceau en la chancellerie du Pallais à Paris, conseiller, secretaire et audiencier en ladite chancellerie ; sont comparus par-devant nous Philippe Leprat, conseiller secrettaire des audienciers en ladite chancellerye ;  Me Denis Roussel aussy conseiller secretaire du roy, et conseiller en la chancellerie, et Me Bernard Labbé, l’un des quatre chauffecire et scelleur héréditaire de France, lesquels nous ont raconté qu’au commencement du regne des roys de France on a accoustumé de faire un nouveau seel pour l’usage de ladite chancellerie du pallais, avec l’inscription du nom du roy régnant. Et qu’attendu le décès du feu roy Louis treize d’honoré la mémoire, il seroit besoing à nouveau de faire fabricquer un autre sceau, [après] le sceau dont on use et dont on scelle de presant et y faire mettre l’inscription semblable en le nom du Roy Louis XIII de present regnant, mesme qu’il seroit besoin de faire faire un autre coffre pour les mettre, à cause que pour l’ancienneté de celuy qui sert aujourd’huy il se voit presque rompu & usé, y ayant près de quatre-vingt ans qu’il est faict et depuis ce temps a toujours servi a mettre les sceaux de ladite chancellerie.

[3] Laquelle remonstrance nous, conseillers susdits, avons receu desdits officiers pour en communiquer à monseigneur le chancelier et savoir sa volonté sur icelle.

[4] Le samedy quatrièsme jour dudit mois du juillet du matin, nous estant en ladite chancellerie du pallais, avons faict appeler les audiencier, conseiller et chauffecire auxquels avons faict scavoir l’ intention dudict seigneur chancelier estre telle que fut incessament procedé à la frabricquation dudit sceau et contre-sceau, semblable à celuy qui scel ce présent, que suivant son ordonnance aucun mandé Didier Favière, graveur ordinaire des sceaux de France auquel pour ce procède aucun dellais ; ladite ordonnance est en suivant de se rendre en nostre hostel pour travailler continuellement, expressement ledit Favière à la fabrication dudit seel et contressel, comme semblablement nous avons mandé  [blanc laissé] Pijard, maitre orfèvre de Paris pour faire un coffre de neuf pour mettre lesdits seel et contre-seel, lesquels ont obeys pour ce le faire incessament.

[5] Ce jeudy XXIIIe dudit mois de juillet, [devant servir] de relence en notre hostel, sont comparus ledit audiencier, conseiller et chauffecire lesquels nous ont remonstré que depuis le jour IIIIe du present moys ledit Favière a continuellement travaillé à la fabrication desdist seel & contre-seel, mais que aujourd’huy qu’ils ont esté parfaicts, et qu’il nous pleust iceux recevoir et faire casser les effigies, creux et cuivraux  qui ont esté faict pour ladite fabrication comme pareillement faire faire casser le vieil seel et contre-seel pour se servir du nouveau en la manière accoustumée.

[6 ; Fol. 86v°] Sur quoy nous avons suivant la remonstrance desdits Leprat, Roussel, Labbé et Favière receu ledit scel & contre-scel nouvellement faict & fabricqué par ledit Favière en notre hostel et au mesme temps que ledit Favière en presence desdits officiers faict casser et briser lesdites effigies de cire, creux de plastre et cuivrau, comme pareillement avons faict feisler & briser ledit vieil seel & contre-seel d’argent en plusieurs pièces & morceaux, et après l’avons donné audit Labbé chauffecire comme appartenant à sa charge. Ainsi faict nous nous sommes transporter avec lesdits officiers & Fauvières en l’hostel dudit seigneur chancelier auxquels avons faict voir ledit seel et contre-seel nouvellement faict, lequel l’ayant  pour [denomé] & considéré, nous l’a au mesme temps rendu pour servir à ladite chancelery du palais en la manière accoustumée.


Plusieurs points nous étonnent. En premier lieu, la temporalité et la spontanéité de la requête est pour le moins surprenante : deux mois se sont écoulés depuis la mort de Louis XIII le 14 mai, et plus d’un mois et demi depuis ses funérailles à Saint-Denis le 19 mai. Le contexte tendu de l’instauration d’une régence, le règlement tortueux de la succession et de la formation du gouvernement, ainsi que la poursuite de la guerre avec l’Espagne, ont certes occupé les esprits. Mais faut-il penser que le grand sceau était à ce point dénué de valeur, pour qu’aucun officier de la chancellerie, pas même le chancelier, n’ait eu l’initiative de faire graver une nouvelle matrice ? Le nom Louis du jeune roi n’imposait, il est vrai, aucune urgence, puisque la légende nécessitait dune modification au niveau du numéro d’ordre seulement. L’effigie du père, gravée sur le sceau, rendait toutefois délicate toute qualification de « vraisemblance ». Le sceau gravé par Favière reprend le modèle paternel, simplifié et alourdi, en représentant visiblement un jeune garçon, de petite taille, croulant sous le poids de ses vêtements d’apparat, aux joues encore rebondies par l’enfance. Cette différence suffisait-elle à motiver le changement de matrice ? Nous croyons que non, au vu des deux mois d’attente et de l’attitude plutôt désinvolte du chancelier. Plutôt faut-il considérer l’importance de la mémoire d’une tradition, et le gain non négligeable pour le principal bénéficiaire, Bernard Labbé.

Dessin du sceau de Louis XIV, reconstitué à partir de plusieurs empreintes. Il est possible que le dais porte un écusson armorié. (Dessin : S. Armaillé).

Dessin du sceau de Louis XIV, reconstitué à partir de plusieurs empreintes. Il est possible que le dais porte un écusson armorié. (Dessin : S. Armaillé).

Le contexte de destruction des anciens sceaux retient également notre attention : l’acte a lieu au Palais, haut lieu de la Justice et siège de la Chancellerie. La qualité de l’acteur choisi pour mener à bien ce geste définitif ne surprend pas : orfèvre de son état, graveur des sceaux du roi, il était le plus apte socialement et le plus dextre pour briser le métal. Le chancelier n’est pas appelé pour assister à la cancelation par fêlure de l’image, puis cassure de l’objet dans sa masse, à laquelle assistent les requérants et l’audiencier ; il se trouve de fait dans l’impossibilité de comparer les deux matrices, puisque son approbation n’intervient qu’après destruction de l’ancien sceau. Le rôle de Séguier reste par conséquent très secondaire, limité à une approbation. Sa présence et son avis ne sont pas même requis pour valider l’effigie préparatoire en cire, modelé sur une plaque de cuivre. On ne peut que constater la distance qui s’est creusée entre le chancelier et la tâche qui aurait dû lui incomber de fait.

Plus troublant encore est le caractère douteux du procès-verbal sur un point essentiel : nous savons, par le biais des empreintes de Louis XIV, que le contre-sceau de Louis XIII n’a pas été détruit, et qu’il a servi jusqu’en mars 1718 au moins. Il s’agit d’un contre-sceau déjà relativement ancien, probablement taillé par Pierre Turpin en 1617 pour la seconde matrice de grand sceau de Louis XIII, sur lequel deux anges vêtus d’une tunique fluide, appuyés en contrapposto, soutiennent l’écu de France à trois fleurs de lys timbré d’une couronne fermée[1]. L’information erronée de maître Amelot à ce sujet peut s’expliquer de deux manières, la seconde étant sans doute plus satisfaisante : soit Favière a bien gravé un nouveau contre-sceau, mais ne l’aurait pas présenté ; soit il n’a gravé qu’un avers de matrice, portant l’effigie du roi et la légende. Faut-il interpréter cela en termes de valeur négligeable du contre-sceau, qui ne porte pas de représentation du corps du roi si ce n’est héraldique ? Rien n’est moins sûr : la pratique de la transmission du contre-sceau est propre à plusieurs matrices royales, dont le sceau delphinal et le sceau des Ordres de Saint-Lazare et de Notre-Dame du Mont-Carmel.

Le problème de la donation au chauffe-cire est tout aussi épineux : les quatre chauffe-cire qui exerçaient à la Chancellerie en 1643 se sont-ils partagé les morceaux, ou des deniers issus d’une éventuelle revente ou fonte ? Ou allait-il au doyen des officiers ? En l’absence d’information à ce sujet, mieux vaut ne pas lancer d’hypothèse trop hasardeuse[2]. Le testament de Labbé ne fait quant à lui aucune mention d’un morceau de matrice de sceau, et ne notifie qu’un tableau « peint par Janet »[3].

Dernier élément, qui une fois encore surprend : le paiement des matrices et du coffre nous est connu au travers d’une copie des comptes de la chancellerie, conservée dans les papiers d’une compilation sur la chancellerie, réunie dans un volume frappé des armes de Séguier et aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France. Le 21 juillet 1643, 600 l.t. et 700 l.t ont respectivement été données « sur ordonnance de monseigneur le Chancellier » à Jean Pijard, maître orfèvre parisien pour les matériaux et la fabrication du coffre, et à Didier Favières, pour l’argent et la gravure des matrices. Le paiement est donc passé trois jours avant la livraison des matrices. Faut-il en conclure que le temps de fabrication des matrices doit être réduit à dix-sept jours ? Rien ne permet de l’affirmer. Quant au coffre, on ne sait quand il a été remis à la Chancellerie, bien que son aspect nous soit sommairement connu par un tableau représentant Louis XIV tenant les sceaux, aujourd’hui conservé à Versailles[4].

Bien que le procès verbal de 1643 soit, à notre connaissance, le seul texte relatant précisément une destruction de matrices royales, il serait périlleux voire anachronique d’en tirer de larges généralités. Les conditions de la « remontrance » des officiers de la Chancellerie ne peuvent être indifféremment étendues à l’éclaircissement du devenir des matrices royales, a fortiori après avoir souligné les incohérences de la procédure suivie. N’a-t-on pas assisté, à la mort de Louis XIII, à de profonds changements dans le déroulement des pompes funèbres, loin des fastes de son père et de ses prédécesseurs Valois ? Les éléments recueillis pour les autres règnes invitent à la prudence.

[1] Louis Douët d’Arcq, Inventaires de la collection des sceaux…, n°110.

[2] En 1643, Labbé n’était pas le plus ancien des quatre chauffe-cire héréditaires de la chancellerie, puisque Jean Bourbonne avait été pourvu en janvier 1633 (quatre ans avant Labbé) et résigna en août 1652 au profit de Jean Janzon. Des deux autres chauffe-cire, Pierre Soubeyran avait été pourvu en octobre 1639, et avait résigné au profit de la charge de secrétaire entre janvier et juin 1654. Enfin, Jean du Chesnes avait reçu l’office de chauffe-cire en mars 1641, et avait lui-même résigné en janvier 1647. Abraham Tessereau, Histoire chronologie…p. 335, 381, 386, 392, 418, 436.

[3] Archives nationales, MC/ET/VIII, 525, testament de Bernard Labbé, chauffe-cire scelleur héréditaire de la grande Chancellerie, Paris, le 1e octobre 1650.

[4] Le nouveau coffre, fabriqué par Jean Pijard en 1643 est visible à droite du tableau Louis XIV tenant les sceaux, vers 1672. Peinture à l’huile, H.110 x L. 128 cm, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV5638. Il l’est également sur le portrait du chancelier Louis Boucherat, peint pendant son cancellariat entre 1685 et 1699. Peinture à l’huile, H. 101 x L. 81 cm, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4314. Sur les Pijard : Michel Bimbenet-Privat, Les orfèvres et l’orfèvrerie de Paris au XVIIe siècle: Les œuvres, Commission des travaux historiques de la ville de Paris, Paris, 2002, 1134p. 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *