Le sceau de l’Ordre du Saint-Esprit

La BnF conserve, en collection Clairambault, un bel ensemble d’archives et de notes érudites sur l’Ordre du Saint-Esprit. Jusqu’à présent, aucune empreinte originale du sceau de cet Ordre n’a été retrouvée en collection publique. Clairambault en a laissé un dessin hérité de Gaignières (Clairambault 1111). Une empreinte est passée en vente aux enchères en mars dernier.

Dessin de la face du sceau de l'Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111.

Dessin de la face du sceau de l’Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111 (Gallica)

D’après Favyn, cité par Mazerolle, le sujet du contre-sceau serait le même que celui d’un tableau déposé au couvent des Augustins qui fut enlevé par les ligueurs1. La matrice fut gravée par Claude de Héry, graveur au moulin de la Monnaie2. Il avait succédé en 1577 à Marc Béchot, premier graveur des Monnaies, et mourut en 1582. Germain Pilon semble avoir eu une grande influence sur lui, si l’on en juge par son sceau. À l’occasion de la création de l’Ordre du Saint-Esprit, une médaille fut frappée par Héry : elle offre le même programme que celui du sceau, pris tous deux sur un même patron3. Le greffier porte, comme, sur le sceau, le collier de l’Ordre sur le manteau et le mantelet. La légende diffère au droit :

IN TE VERE CHRISTVS (anagramme de Henricus Tertius).

Elle porte à l’exergue « 1579 », et, au revers :

HENRI .III . DE CE . NOM .ROY . DE . FRAN(ce) . ET .DE . POL(ogne) . AVTHEVR .ET . SOVVREAIN .DE . LORDRE DES .CHEVALIERS DV . S(aint) . ESPRIT. 1579 .

Le paiement de la matrice et du coffre est connu par une copie de Clairambault, donnée ci-dessous. Ce paiement apparait également sur les comptes de l’Ordre du Saint-Esprit pour les années 1578-1579, copiés par Clairambault (BnF, Clairambault 1231, fol. 103r et 106v).


Mention de paiement à Claude de Héry, graveur général à la Monnaie, du grand sceau et du coffre de l’Ordre du Saint-Esprit
6 et 8 juillet 1579. – Paris.

B. Copie. BnF, Clairambault 1231, fol. 89v et 90r. Copie de la main de Clairambault, sur papier vergé.

A Claude le Hery, graveur general des Monnoyes du Roy,

pour 4 portraits en papier et parchemin pour l’invention du sceau des chevaliers du Saint-Esprit, pour connoistre ce qui viendroit le mieux, 6 escus ;

  • lesdites 4 figures mises en cire sculptées de deux grosseurs, 10 escus ;
  • un grand sceau et contre-sceau en plomb gravé pour scavoir s’ils seroient agreables, 15 escus ;
  • le sceau et le contre-sceau d’argent ausquels sont gravez les effigies du roy assis en une chaise, le Saint-Esprit au-dessus et un chevalier a genoux, le chancelier et le greffier de l’ordre presens, et a l’entour l’inscription et plusieurs chiffres et fleurs de lis de diverses grandeurs avec flames, pesant 4 marcs un gros et demy, 26 escus un tiers 9 sols 6 deniers ;
  • pour la façon, 100 escus ; un coffre pour metre ledit sceau et contre-sceau, doublé et couvert de velours orengé garny de moulures a l’entour et aux coins des testes de cherubins et plusieurs grands chiffres apliquez en divers endroicts, avec un croix et ance sur le couvercle, le tout d’argent vermeil doré pesant 3 marcs 6 onces 3 gros, 24 escus 3 sols ;
  • pour la dorure, 12 escus ;
  • pour le coffre et la serrure et deux clefs avec coussinets de taffetas et doublure de velours orengé, 4 escus ;
  • et pour la façon des granitures d’argent du coffre, 25 escus ;

toutes lesdites parties reduites a celles de 150 escus, suivant l’arresté de M. le Chancelier du 6 juillet ; avec certiffications des graveurs & orfevres du mesme jour, et quittance du 8 dudit mois 1579. Cy : CL ecus.


1 André FAVYN, Le Théatre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1620, t. 1, p. 685. La gravure du sceau se trouve p. 674.

2 Sur Claude de Héry, on peut notamment consulter  : Fernand MAZEROLLE, « Claude de Héry, médailleur du roi Henri III« , Mélanges artistiques, 2e série,  impr. de E. Ménard, Paris, 1891, p. 116-119.

3 Fernand MAZEROLLE, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe, t. 2., Imprimerie nationale, Paris, 1902-1904, p. 39, n°160. Trésor de numismatique et de glyptique, ou Recueil général de médailles, monnaies, pierres gravées, bas-reliefs tant anciens que modernes… gravés par les procédés de M. Achille Collas, sous la direction de Paul Delaroche, Louis-Pierre Henriquel-Dupont, Charles Lenormant et Anatole Chabouillet, Paris, 1831-1850, première parie, pl. XXII, n°6.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *