La signature en or de François Ier (1526)

Les fêtes de fin d’année approchent, avec leur cortège de lumières scintillantes. C’est un tout autre brin de lumière que nous aimerions mettre en valeur ici, petit brin oublié dans les fonds de la Bibliothèque et qui ravira les chercheurs et diplomates…

L’année 2015 commémorait par de belles expositions l’avènement de François Ier en 1515. Roi protecteur, roi bâtisseur et « très chrétien », guerrier vainqueur de Marignan et prince des arts, François Ier a largement repris et infléchi les représentations royales. L’image du roi diplomate est toutefois moins connue du grand public, Marignan semble éclipser la période noire de François Ier prisonnier à Madrid.  C’est aux confins de ces sombres années 1525-1526 qu’a été rédigée, avec grand soin, une lettre adressée à Soliman le Magnifique, lettre qui tente de faire plier les lignes de forces espagnoles en conjuguant le restant des armées françaises et la puissance ottomane. Sans plus tarder, voici donc cette lettre, conservée dans les portefeuilles de Fontanieu, encore non numérisée et, semble-t-il, inédite :

Lettre de François Ier à Soliman le Magnifique, 1526. Original en latin. Parchemin vélin plié en 8, enluminé et doré à la feuille d’or, H. 320mm x L. 553mm. BNF, NAF 7669.

Cette lettre a été écrite au retour du roi en France, et demande de l’aide à Soliman. Elle est signée « Françoys » à la feuille d’or. Il ne s’agit pas d’une signature autographe, mais sans doute d’une des dernières signatures pour le roi du grand Florimond Robertet, secrétaire mort en 1527. Nous prions les lecteurs de nous pardonner la qualité médiocre de la photo, il est excessivement difficile de prendre un cliché de lettres dorées sans un appareillage de très bonne qualité.

BNF, NAF 7669.

Détail de la lettre de François Ier à Soliman : signature « Francoys » à la feuille d’or,

La lettre de réponse de Soliman a été transcrite par Fontanieu dans le même volume, et est déjà connue. On connait la suite des liaisons tumultueuses entre François Ier, Charles Quint et Soliman, notamment avec la belle exposition en 2010 au musée d’Ecouen.

D’un point de vue diplomatique, la comparaison avec l’apposition des bulles d’or par François Ier et Henri VIII au traité d’Amiens, en 1527, vient immédiatement à l’esprit. De même, la comparaison entre cette lettre ornée et l’ exemplaire préparatoire de la ratification du traité d’Amiens, conservé aux Archives nationales, ne manque pas d’intérêt, bien que le traitement plastique des salamandres et des écus soit fort différent d’un document à l’autre. Pourtant, la signature en or de François Ier ne s’inscrit pas exactement dans le même registre : elle est un positionnement implicite sur un pied d’égalité avec Soliman, qui se considérait pourtant comme maître universel, et fait directement écho à la tughra d’or du sultan, majestueusement calligraphiée comme sur les lettres du sultan répondant à François Ier.

Belle manière, pour François Ier, de ne pas perdre la face et de faire entendre sa voix avec un art diplomatique consommé.

Les enluminures mériteraient une étude approfondie, que nous ne pouvons entreprendre dans ce billet. Notons toutefois un rapprochement possible avec l’œuvre de Bellemare,

Détail de la lettre de François Ier à Soliman le Magnifique, 1526. BNF, NAF 7669.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *