Le projet de recherche a commencé

  Après un an et demi de préparation, le projet de recherche sur les actes scellés de la BnF a commencé le 1e septembre dernier. L’idée a pris racine au sein de l’atelier de restauration de Richelieu, dans un contexte de  réaménagement du site et de déménagement temporaires des collections du Cabinet des titres, des collections des Provinces et collections des Érudits et Bibliophiles vers le site de Bussy-Saint-Georges. Un reliquat de de la collection des Mélanges de Colbert était encore conservée dans les magasins de Richelieu. Pas n’importe quel reliquat : il s’agissait des 41 actes qui étaient exposés à partir de 1878 dans la Galerie des chartes attenante à la galerie Mazarine. Après une vingtaine d’années d’exposition, les chartes encadrées ont réintégré les magasins, séparées  des 899 autres pièces originales des Mélanges de Colbert conservées en liasse.

  Le conditionnement et l’état de ces chartes nécessitaient une intervention curative avant déménagement : leur restauration, leur reconditionnement et leur numérisation a donc été envisagé par le département des Manuscrits et le département de la Conservation. La principale difficulté était de taille : les équipes devaient se familiariser avec les techniques de restauration, de conservation et de numérisation. En la matière, l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales est une référence. Fort d’une expérience plus que centenaire, cet atelier est adjacent aux collections de moulages de sceaux. Des restaurateurs de la BnF se sont donc naturellement tourné vers cet atelier, avant de commencer à travailler sur le lot de pièces scellées. Cécile Sarrion, Tamara Couval (atelier de restauration de Bussy-Saint-Georges) et moi-même avons ainsi traité les 20 premières chartes, par ordre de difficulté croissant : mandement de Louis XI, lettres patentes de Philippe le Bel, ratification du traité de Cambrai (1516) par les ambassadeurs, projet de mariage de Charles de Gand avec Marie d’Angleterre, etc. Autant de pièces uniques qui ont retrouvé une fraicheur et un lisibilité perdues depuis longtemps. La restauration des 16 dernières chartes se poursuit, parallèlement au déménagement de l’atelier de restauration vers le site de Tolbiac.

  Au cours de l’été 2012, l’atelier de restauration a répondu à l’appel à projet triennal lancé par la BnF, et cofinancé par le Ministère de la Culture et de la communication. Porté par le département de la conservation, en dialogue constant avec le département des manuscrit, ce projet a pour objectif de pérenniser les savoir-faire en atelier et dans les départements en la soutenant par la recherche, d’une part, et en programmant les traitements, d’autre part. L’évaluation sanitaire des collections, la travail du laboratoire, l’ingéniosité des restaurateurs et de l’équipe de conditionnement, l’attention portée par les conservateurs sont ainsi les moteurs d’un projet dynamique.  Mais la coordinations des différents volets ne serait pas possible sans l’enthousiasme jamais démenti des équipes, et la volonté de répondre à une forte attente des chercheurs.

  Nous vous souhaitons une bonne lecture, et restons présents pour répondre à toutes vos remarques, questions et suggestions!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *