Le sceau de l’Ordre du Saint-Esprit

La BnF conserve, en collection Clairambault, un bel ensemble d’archives et de notes érudites sur l’Ordre du Saint-Esprit. Jusqu’à présent, aucune empreinte originale du sceau de cet Ordre n’a été retrouvée en collection publique. Clairambault en a laissé un dessin hérité de Gaignières (Clairambault 1111). Une empreinte est passée en vente aux enchères en mars dernier.

Dessin de la face du sceau de l'Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111.

Dessin de la face du sceau de l’Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111 (Gallica)

D’après Favyn, cité par Mazerolle, le sujet du contre-sceau serait le même que celui d’un tableau déposé au couvent des Augustins qui fut enlevé par les ligueurs1. La matrice fut gravée par Claude de Héry, graveur au moulin de la Monnaie2. Il avait succédé en 1577 à Marc Béchot, premier graveur des Monnaies, et mourut en 1582. Germain Pilon semble avoir eu une grande influence sur lui, si l’on en juge par son sceau. À l’occasion de la création de l’Ordre du Saint-Esprit, une médaille fut frappée par Héry : elle offre le même programme que celui du sceau, pris tous deux sur un même patron3. Le greffier porte, comme, sur le sceau, le collier de l’Ordre sur le manteau et le mantelet. La légende diffère au droit :

IN TE VERE CHRISTVS (anagramme de Henricus Tertius).

Elle porte à l’exergue « 1579 », et, au revers :

HENRI .III . DE CE . NOM .ROY . DE . FRAN(ce) . ET .DE . POL(ogne) . AVTHEVR .ET . SOVVREAIN .DE . LORDRE DES .CHEVALIERS DV . S(aint) . ESPRIT. 1579 .

Le paiement de la matrice et du coffre est connu par une copie de Clairambault, donnée ci-dessous. Ce paiement apparait également sur les comptes de l’Ordre du Saint-Esprit pour les années 1578-1579, copiés par Clairambault (BnF, Clairambault 1231, fol. 103r et 106v).


Mention de paiement à Claude de Héry, graveur général à la Monnaie, du grand sceau et du coffre de l’Ordre du Saint-Esprit
6 et 8 juillet 1579. – Paris.

B. Copie. BnF, Clairambault 1231, fol. 89v et 90r. Copie de la main de Clairambault, sur papier vergé.

A Claude le Hery, graveur general des Monnoyes du Roy,

pour 4 portraits en papier et parchemin pour l’invention du sceau des chevaliers du Saint-Esprit, pour connoistre ce qui viendroit le mieux, 6 escus ;

  • lesdites 4 figures mises en cire sculptées de deux grosseurs, 10 escus ;
  • un grand sceau et contre-sceau en plomb gravé pour scavoir s’ils seroient agreables, 15 escus ;
  • le sceau et le contre-sceau d’argent ausquels sont gravez les effigies du roy assis en une chaise, le Saint-Esprit au-dessus et un chevalier a genoux, le chancelier et le greffier de l’ordre presens, et a l’entour l’inscription et plusieurs chiffres et fleurs de lis de diverses grandeurs avec flames, pesant 4 marcs un gros et demy, 26 escus un tiers 9 sols 6 deniers ;
  • pour la façon, 100 escus ; un coffre pour metre ledit sceau et contre-sceau, doublé et couvert de velours orengé garny de moulures a l’entour et aux coins des testes de cherubins et plusieurs grands chiffres apliquez en divers endroicts, avec un croix et ance sur le couvercle, le tout d’argent vermeil doré pesant 3 marcs 6 onces 3 gros, 24 escus 3 sols ;
  • pour la dorure, 12 escus ;
  • pour le coffre et la serrure et deux clefs avec coussinets de taffetas et doublure de velours orengé, 4 escus ;
  • et pour la façon des granitures d’argent du coffre, 25 escus ;

toutes lesdites parties reduites a celles de 150 escus, suivant l’arresté de M. le Chancelier du 6 juillet ; avec certiffications des graveurs & orfevres du mesme jour, et quittance du 8 dudit mois 1579. Cy : CL ecus.


1 André FAVYN, Le Théatre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1620, t. 1, p. 685. La gravure du sceau se trouve p. 674.

2 Sur Claude de Héry, on peut notamment consulter  : Fernand MAZEROLLE, « Claude de Héry, médailleur du roi Henri III« , Mélanges artistiques, 2e série,  impr. de E. Ménard, Paris, 1891, p. 116-119.

3 Fernand MAZEROLLE, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe, t. 2., Imprimerie nationale, Paris, 1902-1904, p. 39, n°160. Trésor de numismatique et de glyptique, ou Recueil général de médailles, monnaies, pierres gravées, bas-reliefs tant anciens que modernes… gravés par les procédés de M. Achille Collas, sous la direction de Paul Delaroche, Louis-Pierre Henriquel-Dupont, Charles Lenormant et Anatole Chabouillet, Paris, 1831-1850, première parie, pl. XXII, n°6.

Mise en ligne des tomes 2 et 3 de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales (BnF)

POVous êtes nombreux à demander ce que deviendront les deux tomes manuscrits de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales du Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale, de Joseph Roman (tomes 2 et 3). A défaut d’un projet de publication ou d’une numérisation, j’en ai commencé la transcription. Le tout sera probablement versé dans HAL d’ici cet été, en espérant que ce fichier rende quelques services aux lecteurs et chercheurs qui souhaiteraient pousser leur investigation du côté des PO.  Il permettra au moins une recherche plein texte, ce que n’aurait pas permis une numérisation du manuscrit (mais pas d’interopérabilité possible, puisque pas de standard EAD…). Rappelons que seule une petite partie des sceaux décrits par Roman a été moulée… A la demande, je peux aussi mettre la transcription petit à petit sur les pages de ce site, bien que ce soit un peu lourd d’un point de vue technique.

Par ailleurs, une concordance exacte des cotes entre la collection de moulage dite « Lorraine » des Archives nationales, et celle de la BnF (dont une bonne partie des moulages sont tirés), sera mise en ligne sur ce site, d’ici quelques semaines.

Empreintes du passé : exposition sur les sceaux à Rouen

Sceau de la Chancellerie près le Parlement de Rouen, BnF, 1559 (BnF, Mélanges de Colbert 374, n°405)

Sceau de la Chancellerie près le Parlement de Rouen, BnF, 1559 (BnF, Mélanges de Colbert 374, n°405)

La rentrée sigillographique s’annonce haute en couleurs, avec l’exposition « Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux » à Rouen. Venez nombreux!

Présentée sur trois sites du conseil départemental de la Seine-Maritime, aux Archives historiques du Département (Pôle culturel Grammont), au Musée départemental des Antiquités mais également à l’abbaye de Jumièges, l’exposition « Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux » est le fruit d’un travail de plusieurs années, mené conjointement sur leurs collections de sceaux par les Archives départementales de la Seine-Maritime, à l’initiative du projet, et le Musée départemental des antiquités. Fait remarquable, pour la première fois depuis la Révolution, on pourra découvrir sur le site même de l’abbaye de Jumièges, des pièces extraites du fonds d’archives du monastère conservé par les Archives départementales.

Le volet antique de l’exposition, « Aux origines du sceau » (commissariat Caroline Dorion-Peyronnet, directrice du Musée départemental des Antiquités, Rouen), aborde les sceaux et les scellements dans l’Antiquité à travers des exemples empruntés à la Mésopotamie, à l’Egypte et à l’époque gallo-romaine en Normandie. Les collections du Musée départemental des Antiquités forment la base de cette exposition mais les domaines égyptien et mésopotamien sont enrichis par des prêts du musée du Louvre (Département des Antiquités égyptiennes, Département des Antiquités Orientales). Ce volet antique est primordial dans la mesure où, dans le domaine de la sigillographie, les périodes antérieures au Moyen Âge ne sont que très rarement abordées.

Le volet de l’exposition présenté aux Archives départementales, « 1000 ans de sceaux en Seine-Maritime » (commissariat Michaël Bloche, directeur adjoint des Archives départementales de la Seine-Maritime), prend la suite du Musée départemental des antiquités, d’un point de vue chronologique. Les sceaux au Moyen Âge mais aussi aux époques modernes et contemporaines, jusqu’à nos jours, y sont en effet abordés. Les usages non diplomatiques du sceau, au-delà du scellement des actes, y sont également traités, avec un focus sur les plombs de drapier de la région de Rouen aux époques médiévales et modernes, et un autre sur le cachetage des bouteilles de la fameuse liqueur Bénédictine de Fécamp. Le travail mené pour la conservation et la valorisation de ces fragiles objets est enfin évoqué.

L’exposition « Jumièges, images de cire » (commissariat Michaël Bloche), troisième et dernier volet de l’exposition, invite à explorer le richissime chartrier de l’abbaye. Pour cela, une sélection a été faite parmi les innombrables sceaux, appendus aux bas des chartes, que compte le fonds d’archives de l’abbaye de Jumièges, conservé de nos jours aux Archives départementales de Seine-Maritime. Au total, ce sont près de 2 000 empreintes originales de cire qui sont conservées du XIIe siècle à la Révolution, ce qui fait de Jumièges un laboratoire exceptionnel pour l’étude des sceaux, sans égal en Normandie. Une première partie aborde les sceaux comme reflet de l’abbaye dans la société médiévale (féodalité, Église, paysans), l’accent étant mis sur les innombrables sceaux de villageois, phénomène unique en France ; une seconde traite des sceaux des abbés et du monastère du Moyen Âge à la Révolution, tandis qu’une dernière partie s’attarde sur les animaux fantastiques présents sur les sceaux et sur le phénomène des intailles antiques réutilisées comme matrices de sceaux et contre-sceaux au Moyen Âge.
L’exposition a bénéficié du concours de nombreux prêteurs : le musée du Louvre (départements des antiquités orientales et égyptiennes), le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, les Musées de Rouen (musée de la ferronnerie Le Secq des Tournelles), la bibliothèque et les Archives municipales de Rouen, l’Archevêché de Rouen, le Palais Bénédictine de Fécamp, le Musée Mathon-Durand de Neufchâtel-en-Bray, l’Abbaye de Saint-Wandrille, etc.

La restauration des chartes scellées à la BnF : le film!

Depuis la prise en charge des chartes en atelier jusqu’à leur conditionnement, en passant par le dépoussiérage et les phases de consolidation, découvrez la restauration des archives et des actes scellés de la BnF, pas à pas, en vidéo, sur :

http://www.bnf.fr/fr/professionnels/conservation/a.decouvrir_coulisses_de_la_conservation.html

 

Appel à contribution : A Companion to Seals in the Middle Ages

Nous signalons un appel à contribution, chez nos confrères américains:

« Medieval seals were material and visual statements of identity, power, agency, and legitimacy that could operate locally or traverse great geographic expanses to assert individual or corporate authority.  The importance of the seal in medieval culture cannot be underestimated.  This inter-disciplinary, edited volume seeks essays analyzing seal design, production, meaning, usage and reception in the Middle Ages. As a whole, the volume will critically engage with the historiography of seals as well as highlight new approaches to understanding seals across time and space with emphasis on Europe, the Latin Kingdom of Jerusalem and Byzantium c. 1100-1500. Essays therefore must include historiographical, regional and thematic explorations of medieval seals.Scholars from a range of disciplines, such as but not limited to History, Art History, Numismatics, Archaeology, Cultural and Visual Studies, are invited to contribute new and innovative examinations of select seals or seal types in context. Essays should appeal to the specialist as well as students of medieval history. Submissions are especially welcome from scholars whose work locates seals within broader developments in medieval social codes and visual or material culture. »

Deadline des soumissions le 31 octobre 2014. Plus de renseignements sur : http://arthist.net/archive/8264

Le « Repertoire alphabétique des séries génélogiques de l’ancien Cabinet des titres » de la BnF est en ligne !

L’évènement était attendu impatiemment parmi les historiens, généalogistes, héraldistes et sigillographes: c’est désormais chose faite. Le Répertoire alphabétique des séries généalogiques de l’ancien Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale (autrefois en salle de références de Richelieu) a fait son entrée dans la Base Archives et Manuscrits. L’indexation des noms de famille des six séries du Cabinet des Titres permet désormais une interrogation via le « formulaire de recherche » (en ce cas cochez la case « Collections généalogiques-Cabinet des Titres » dans l’arborescence à droite, pour des réponses plus ciblées). Le manuscrit d’Ulysse Robert est également numérisé et mis en ligne sur Gallica. Attention tout de même : l’indexation des noms est celle des dossiers, qui ont eux-mêmes été constitués avec une certaine souplesse. Ainsi, une archive peut-être classée au nom du bénéficiaire, ou de l’auteur juridique, par exemple, mais l’indexation ne reprend que le nom retenu pour le dossier.

Un fichier chronologique sur fiche existe également pour le Cabinet des Titres et la collection Clairambault, jusqu’en 1514, ainsi qu’un fichier alphabétique de la collection Clairambault en volume 280. [Voir P. GASNAULT, L. MERIGOT, Les catalogues du départements des manuscrits : manuscrits occidentaux, Paris, 1971, « collection Clairambault]

Et, pour ceux qui voudraient commencer des recherches dans le Cabinet des Titres, nous recommandons vivement la consultation des miscellanées en ligne de la BnF!

Le Répertoire alphabétique des séries généalogique d’Ulysse Robert (NAF28674)

Le projet de recherche a commencé

  Après un an et demi de préparation, le projet de recherche sur les actes scellés de la BnF a commencé le 1e septembre dernier. L’idée a pris racine au sein de l’atelier de restauration de Richelieu, dans un contexte de  réaménagement du site et de déménagement temporaires des collections du Cabinet des titres, des collections des Provinces et collections des Érudits et Bibliophiles vers le site de Bussy-Saint-Georges. Un reliquat de de la collection des Mélanges de Colbert était encore conservée dans les magasins de Richelieu. Pas n’importe quel reliquat : il s’agissait des 41 actes qui étaient exposés à partir de 1878 dans la Galerie des chartes attenante à la galerie Mazarine. Après une vingtaine d’années d’exposition, les chartes encadrées ont réintégré les magasins, séparées  des 899 autres pièces originales des Mélanges de Colbert conservées en liasse.

  Le conditionnement et l’état de ces chartes nécessitaient une intervention curative avant déménagement : leur restauration, leur reconditionnement et leur numérisation a donc été envisagé par le département des Manuscrits et le département de la Conservation. La principale difficulté était de taille : les équipes devaient se familiariser avec les techniques de restauration, de conservation et de numérisation. En la matière, l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales est une référence. Fort d’une expérience plus que centenaire, cet atelier est adjacent aux collections de moulages de sceaux. Des restaurateurs de la BnF se sont donc naturellement tourné vers cet atelier, avant de commencer à travailler sur le lot de pièces scellées. Cécile Sarrion, Tamara Couval (atelier de restauration de Bussy-Saint-Georges) et moi-même avons ainsi traité les 20 premières chartes, par ordre de difficulté croissant : mandement de Louis XI, lettres patentes de Philippe le Bel, ratification du traité de Cambrai (1516) par les ambassadeurs, projet de mariage de Charles de Gand avec Marie d’Angleterre, etc. Autant de pièces uniques qui ont retrouvé une fraicheur et un lisibilité perdues depuis longtemps. La restauration des 16 dernières chartes se poursuit, parallèlement au déménagement de l’atelier de restauration vers le site de Tolbiac.

  Au cours de l’été 2012, l’atelier de restauration a répondu à l’appel à projet triennal lancé par la BnF, et cofinancé par le Ministère de la Culture et de la communication. Porté par le département de la conservation, en dialogue constant avec le département des manuscrit, ce projet a pour objectif de pérenniser les savoir-faire en atelier et dans les départements en la soutenant par la recherche, d’une part, et en programmant les traitements, d’autre part. L’évaluation sanitaire des collections, la travail du laboratoire, l’ingéniosité des restaurateurs et de l’équipe de conditionnement, l’attention portée par les conservateurs sont ainsi les moteurs d’un projet dynamique.  Mais la coordinations des différents volets ne serait pas possible sans l’enthousiasme jamais démenti des équipes, et la volonté de répondre à une forte attente des chercheurs.

  Nous vous souhaitons une bonne lecture, et restons présents pour répondre à toutes vos remarques, questions et suggestions!