Quand la Grande Chancellerie commande une tapisserie de presque 300 m (1537)

Reconstitution d’un pan de la tapisserie commandée pour la Grande Chancellerie en 1537. (Dessin : Solène de la Forest d’Armaillé)

Il y a quelques mois, nous donnions la reconstitution du coffre des sceaux de la Grande Chancellerie, en 1536, et évoquions au passage la richesse de la collection de Julien Chappée à la BnF (dont le contenu est désormais décrit sur la base Archives et Manuscrits). Voici maintenant un essai de reconstitution de l’immense tapisserie commandée en 1537 par Jacques Hurault, alors Audiencier, à deux maîtres tapissiers de haute lisse à Paris. Nous avons retrouvé le contrat de commande dans l’ensemble dit « Quittances et pièces diverses » (ms. Fr. 25592-26262), qui contient en vérité des pièces passionnantes et un grand nombre de sceaux, à l’instar des Pièces originales (puisque issu en bonne partie de la Chambre des comptes). On y trouvera notamment de nombreux comptes comprenant des œuvres d’art, des fournitures pour les officiers du Conseil (dont des matrices de sceaux et l’achat de cire), des achats pour des navires, des lunettes, des habits ; des comptes de chevauchées et voyages ; des comptants du roi ; des fragments de comptes de la Chancellerie ; des sceaux des Chanceliers ; des comptes de réparations du Palais (complétés par des pièces en V4, aux Archives nationales).

L’essai de reconstitution n’est, bien sûr, qu’une hypothèse de travail imparfaite, mais nous espérons qu’elle aidera à mieux comprendre cet acte et à mieux se figurer le décor de la Chancellerie.

18 mars 1537 [n. st.]-Paris

Orig. Contrat notarié de commande de la tapisserie de la chancellerie, entre Me Jacques Hurault, audiencier, d’une part, et Guillaume Tancheux et Girard Laurens, maîtres tapissiers, d’autre part. 18 mars 1537 [n. st.], Paris. Bi-feuillet de parchemin, encre ferrogallique. Ms. Fr. 26126, p. 1777-1778, tiré de la Chambre des Comptes (ancienne collection Beaumarchais, acquise en 1784 par la Bibliothèque du roi)[1].

C’est de duus de la forme et estoffes que se doibt faire une tappisserie pour la chancellerie jusques au nombre de deux cens cinquante aulnes de Paris[2].

Et premierement,

Fault que ladicte tappisserie porte de hault troys aulnes ung demy quartier[3]. En ce comprins les bordures qui seront d’un quartier de large autour de chacune piece. Et quant a la largeur fauldra qu’il y ait des pieces grandes, moyennes et petites comme l’on a acoustumé.

Item aura ladicte tappisserie son champ de bleu azuré semé de fleurs de liz jaulne doré, lesdites fleurs de liz equidistans en droict et ligne et d’eschiquiez en tous sens, dont le champ en portera quatorze, y comprins les deux demys du hault et bas, arondies et rehaulsées, faictes de sayette fine[4], et sur le champ bleu azuré de fine laine françoise, le tout de couleurs unies.

Item esdictes bordures d’un quartier de large ou environ[5], comprins les filletz, sera les fonds de rouge obscur, laine françoise fine, lesdits fillets contenant de chacun costé, oultre le petit bout noir, ung petit poulse d’epoisseur[6] faictz de sayette blanche unie de bleu qui seront entrelassées par voyes en ladite bordure, a laz d’amours en cordes d’entrelaz. Et esdites entrelasseries aura des F et salamandres couronnées puis l’un puis l’autre ; et seront lesdits F de couleur jaulne doré, fine sayette, et les salamandres de cynople, aussi fine sayette, arondies et rehaulsées comme il appartient le tout unies couleurs, et selon l’ordonnance du pourtaict de ce faict.

Lire la suite

Mise en ligne des tomes 2 et 3 de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales (BnF)

POVous êtes nombreux à demander ce que deviendront les deux tomes manuscrits de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales du Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale, de Joseph Roman (tomes 2 et 3). A défaut d’un projet de publication ou d’une numérisation, j’en ai commencé la transcription. Le tout sera probablement versé dans HAL d’ici cet été, en espérant que ce fichier rende quelques services aux lecteurs et chercheurs qui souhaiteraient pousser leur investigation du côté des PO.  Il permettra au moins une recherche plein texte, ce que n’aurait pas permis une numérisation du manuscrit (mais pas d’interopérabilité possible, puisque pas de standard EAD…). Rappelons que seule une petite partie des sceaux décrits par Roman a été moulée… A la demande, je peux aussi mettre la transcription petit à petit sur les pages de ce site, bien que ce soit un peu lourd d’un point de vue technique.

Par ailleurs, une concordance exacte des cotes entre la collection de moulage dite « Lorraine » des Archives nationales, et celle de la BnF (dont une bonne partie des moulages sont tirés), sera mise en ligne sur ce site, d’ici quelques semaines.

Louis XIV, Saint-Michel terrassant le démon de Raphaël et le sceau de l’ordre de Saint-Michel (1701)

Rares sont les archives donnant matière à disserter sur le commandement d’une nouvelle matrice de sceau royal. Pierre Clairambault nous a laissé sa propre contribution au choix du nouveau sceau de l’ordre de Saint-Michel, en 1701, après la nomination du nouveau chancelier M. de Torcy. La matrice avait déjà été changée en 1664, suite à la réformation des statuts de l’ordre. A cette date, elle avait été gravée par Antoine Aury, graveur général des sceaux du roi, pour 170 l. t. En 1701, Pierre Clairambault, généalogiste des ordres du roi, est chargé de rechercher les exemples des anciens sceaux afin de soumettre ces exemples au roi et au chancelier : il trouve ainsi le sceau gravé sous Charles IX (que nous ne connaissons pas), celui de 1664, ainsi que l’estampe de la cérémonie de 1662 dont il a fini par retrouvé la planche, à défaut d’un tirage!

La commande du nouveau sceau émane de haut : Louis XIV veut qu’elle soit imitée du tableau de Raphaël, Saint-Michel terrassant le démon. L’historien pense immédiatement au tableau dit « le Grand Saint-Michel » (Louvre, inv. 610). Commandé en 1518 par le pape Léon X à l’intention de François Ier, ce tableau magnifiait sans fard l’Ordre de Saint-Michel dont le roi très chrétien était grand maître. Il est tentant de l’associer à la matrice de sceau, au vu de son pedigree : le chef-d’œuvre avait été offert au souverain dans un contexte d’intense activité diplomatique, et notamment de croisade contre les Turcs. Pourtant, le dessin que Clairambault recommande au chancelier des ordres, pour la matrice du sceau, parle de lui même : le tableau que le roi avait en tête était bien le Petit Saint-Michel (Louvre, inv. 609), caractéristique d’une série de tableaux de très petits formats peints par Raphaël dans les années 1503-1505. Probablement peint pour le duc d’Urbino à l’intention de François Ier, ce tableau est lui aussi associé à l’ordre royal  : ne passe-t-il pas pour un cadeau de remerciement pour le collier de l’ordre de Saint-Michel, attribué au duc? Louis XIV connaissait bien ce petit tableau, lui qui l’avait acquis à la mort de Mazarin en 1661.

Clairambault est connu des collectionneurs pour sa merveilleuse collection des Titres scellés, comprenant plus de 22 500 empreintes de sceaux, et ses recherches pour le Cabinet des Ordres. Mais il fut aussi le conseiller et l’intermédiaire raffiné et audacieux de Louis XIV, osant lui soumettre plusieurs dessins préparatoires pour la gravure du nouveau sceau de l’ordre. Il propose de faire les sceaux en cuivre, car « il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent ». Il soumet également le nom de deux graveurs de sceau, Chalochet et Rousselet, en conseillant Chalochet pour sa dextérité (bien qu’il soit visiblement dur en affaire). Son conseil fut entendu : Chalochet grava les sceaux, sur le modèle qui avait la préférence du généalogiste.

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l'histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l'Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729)

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l’histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l’Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729) Source: gallica.bnf.fr

Signalons, au passage, qu’un moulage conservé en collection Depaulis aux Archives nationales atteste de la grande fidélité du dessin du sceau de 1701 conservé par Clairambault  : ce moulage de 105 mm de diamètre,  a apparemment été tiré de la matrice aujourd’hui inconnue dans les collections publiques, ou d’un surmoulage de belle qualité. Le contre-sceau n’a malheureusement pas été moulé.

Clairambault (2) - Copie

Dessin du sceau de l’Ordre de Saint-Michel gravé en 1701 par Chalochet, à Paris. BnF, Clairambault 1245, fol. 137. Gallica

DSCN7440

Moulage du sceau de l’Ordre de Saint-Michel de 1701, conservé en collection Depaulis aux Archives nationales. Archives nationales, Supplément 7376.

 

Lire la suite

Une rentrée studieuse : étudiantes restauratrices et restauratrices découvrent les Mélanges de Colbert

La rentrée sigillographique s’annonçait riche en rencontres à la BnF, et elle ne nous déçoit pas. Trois étudiantes, dont deux en Master I et une diplômée, de l’université Sorbonne-Paris I et quatre restauratrices de la BnF ont travaillé, pendant deux semaines, pour se familiariser avec la conservation des chartes des Mélanges de Colbert. Au programme : Philippe le Bel, Louis le Hutin, Philippe V, Charles V, Philippe le Hardi, Guillaume III de Saxe, Henry VII, pour les médiévistes, François Ier, Charles Quint, Louise de Savoie et Henry VIII, et une partie du traité de Crépy (1544) pour le plus grand bonheur des seiziémistes. Le petites mains, déjà familières des techniques de restauration de reliure et Arts graphiques, ont ainsi pu approcher de très près trente actes scellés. Au delà de l’aspect technique, l’objectif principal de cette rencontre était d’envisager la complexité des niveaux de traitements physiques et numériques, et leur nécessaire coordination, sur une collection au combien précieuse.

Lire la suite

Le « Repertoire alphabétique des séries génélogiques de l’ancien Cabinet des titres » de la BnF est en ligne !

L’évènement était attendu impatiemment parmi les historiens, généalogistes, héraldistes et sigillographes: c’est désormais chose faite. Le Répertoire alphabétique des séries généalogiques de l’ancien Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale (autrefois en salle de références de Richelieu) a fait son entrée dans la Base Archives et Manuscrits. L’indexation des noms de famille des six séries du Cabinet des Titres permet désormais une interrogation via le « formulaire de recherche » (en ce cas cochez la case « Collections généalogiques-Cabinet des Titres » dans l’arborescence à droite, pour des réponses plus ciblées). Le manuscrit d’Ulysse Robert est également numérisé et mis en ligne sur Gallica. Attention tout de même : l’indexation des noms est celle des dossiers, qui ont eux-mêmes été constitués avec une certaine souplesse. Ainsi, une archive peut-être classée au nom du bénéficiaire, ou de l’auteur juridique, par exemple, mais l’indexation ne reprend que le nom retenu pour le dossier.

Un fichier chronologique sur fiche existe également pour le Cabinet des Titres et la collection Clairambault, jusqu’en 1514, ainsi qu’un fichier alphabétique de la collection Clairambault en volume 280. [Voir P. GASNAULT, L. MERIGOT, Les catalogues du départements des manuscrits : manuscrits occidentaux, Paris, 1971, « collection Clairambault]

Et, pour ceux qui voudraient commencer des recherches dans le Cabinet des Titres, nous recommandons vivement la consultation des miscellanées en ligne de la BnF!

Le Répertoire alphabétique des séries généalogique d’Ulysse Robert (NAF28674)

Analyse de cire à sceller : 54 échantillons prélevés

Les restaurateurs qui se sont confrontés un jour à la restauration de sceaux brisés ou lacunaires le savent : une part d’empirisme reste toujours attachée aux protocoles de traitement. Peu d’études ont été menées sur les produits et techniques employées. Force est de constater que l’éventail des procédés se rédui à des collages à la colle d’esturgeon, et les comblements de lacune à l’usage d’une cire de comblement appliquée à la pointe chauffante. Cires minérales en mélange, cire d’abeille blanchie, ou cire d’abeille en mélange avec une cire carnauba ou une résine polysaccharide sont ainsi les principaux produits de comblement : mais comment les utiliser à bon escient? Quelles sont leurs propriétés? Et surtout : quelles sont les propriétés (rhéologiques, mécaniques, chimiques) des cires de sceaux originaux, qui restent les éléments décisifs dans la rédaction d’un cahier des charges des cires de comblement?

Lire la suite

A l’avant-garde de la conservation préventive des sceaux: Pierre Clairambault (1651-1740)

On incrimine souvent le conditionnement anciens des archives scellées (boîtes, cartons, etc.) comme un des facteurs de dégradation majeurs desdites archives. Mais ce poncif est-il fondé? Est-il une réalité inconditionnelle, ou une extrapolation des cas inquiétants d’altération de sceaux?

S’extraire des a priori touchant la conservation des archives scellées n’est pas chose aisée. Nous avons tenté l’expérience sur la collection Clairambault de la BnF, grâce à la diligence, l’expérience et l’assiduité de Domitille Nodin, chargée de l’évaluation sanitaire des fonds d’archives scellées. Après avoir fait le point sur le signalement des archives porteuses d’empreintes de sceaux (principalement localisées dans les Titres scellés, soit les 227 premiers volumes correspondant à la cinquième division de la collection originale de Pierre Clairambault), l’état de l’intégralité des volumes contenant des pièces scellées a été évalué. Nous avons tenté de pousser plus avant l’investigation, en comparant 5% des sceaux originaux, soit 485 sceaux, avec leurs moulages réalisés vers 1880-1885 et conservés aux Archives nationales de France. Les premières conclusions sont sans appel : si la collection Clairambault est globalement altérée (encore faut-il nuancer largement cet adjectif) , les altérations ne sont pas dues principalement à la reliure ou au moulage, comme on l’avait souvent subodoré. L’approche codicologique offre en outre une nouvelle vision de la constitution de la collection.

Lire la suite

Restaurer des actes scellés à la BnF : au-delà de la question technique

Dans le billet précèdent, nous avions insisté sur  deux éléments essentiels à la compréhension de nos objectifs :  le contexte de développement du projet et l’esprit de coopération entre les équipes de la BnF. Si une telle attention est portée au facteur humain, ce n’est pas par pure rhétorique. L’acquisition d’un savoir-faire et sa transmission « de main en main », d’acteur en acteur, est sans doute l’objectif le plus difficile à atteindre, puisqu’il inclu une part de pédagogie et de formation continue, par la pratique et par la réflexion interdisciplinaire.

Le milieu universitaire connait certes un enseignement archivistique. Rares sont les formations sigillographiques (enseignées à l’Ecole nationale des chartes) et diplomatiques (à l’ENC et dans certains parcours en Histoire). Inexistantes sont les formations en restauration-conservation incluant un enseignement pratique sur les chartes scellées. Jusqu’à présent, seul l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales, autrefois institué comme unité de proximité de la Section ancienne (aujourd’hui DMAAR), offre une excellente formation en restauration-conservation de sceaux.  L’étudiant qui cherchera à acquérir ce savoir-faire n’aura d’autre recourt que la formation hors circuit universitaire.

Lire la suite

Le projet de recherche a commencé

  Après un an et demi de préparation, le projet de recherche sur les actes scellés de la BnF a commencé le 1e septembre dernier. L’idée a pris racine au sein de l’atelier de restauration de Richelieu, dans un contexte de  réaménagement du site et de déménagement temporaires des collections du Cabinet des titres, des collections des Provinces et collections des Érudits et Bibliophiles vers le site de Bussy-Saint-Georges. Un reliquat de de la collection des Mélanges de Colbert était encore conservée dans les magasins de Richelieu. Pas n’importe quel reliquat : il s’agissait des 41 actes qui étaient exposés à partir de 1878 dans la Galerie des chartes attenante à la galerie Mazarine. Après une vingtaine d’années d’exposition, les chartes encadrées ont réintégré les magasins, séparées  des 899 autres pièces originales des Mélanges de Colbert conservées en liasse.

  Le conditionnement et l’état de ces chartes nécessitaient une intervention curative avant déménagement : leur restauration, leur reconditionnement et leur numérisation a donc été envisagé par le département des Manuscrits et le département de la Conservation. La principale difficulté était de taille : les équipes devaient se familiariser avec les techniques de restauration, de conservation et de numérisation. En la matière, l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales est une référence. Fort d’une expérience plus que centenaire, cet atelier est adjacent aux collections de moulages de sceaux. Des restaurateurs de la BnF se sont donc naturellement tourné vers cet atelier, avant de commencer à travailler sur le lot de pièces scellées. Cécile Sarrion, Tamara Couval (atelier de restauration de Bussy-Saint-Georges) et moi-même avons ainsi traité les 20 premières chartes, par ordre de difficulté croissant : mandement de Louis XI, lettres patentes de Philippe le Bel, ratification du traité de Cambrai (1516) par les ambassadeurs, projet de mariage de Charles de Gand avec Marie d’Angleterre, etc. Autant de pièces uniques qui ont retrouvé une fraicheur et un lisibilité perdues depuis longtemps. La restauration des 16 dernières chartes se poursuit, parallèlement au déménagement de l’atelier de restauration vers le site de Tolbiac.

  Au cours de l’été 2012, l’atelier de restauration a répondu à l’appel à projet triennal lancé par la BnF, et cofinancé par le Ministère de la Culture et de la communication. Porté par le département de la conservation, en dialogue constant avec le département des manuscrit, ce projet a pour objectif de pérenniser les savoir-faire en atelier et dans les départements en la soutenant par la recherche, d’une part, et en programmant les traitements, d’autre part. L’évaluation sanitaire des collections, la travail du laboratoire, l’ingéniosité des restaurateurs et de l’équipe de conditionnement, l’attention portée par les conservateurs sont ainsi les moteurs d’un projet dynamique.  Mais la coordinations des différents volets ne serait pas possible sans l’enthousiasme jamais démenti des équipes, et la volonté de répondre à une forte attente des chercheurs.

  Nous vous souhaitons une bonne lecture, et restons présents pour répondre à toutes vos remarques, questions et suggestions!