A l’avant-garde de la conservation préventive des sceaux: Pierre Clairambault (1651-1740)

On incrimine souvent le conditionnement anciens des archives scellées (boîtes, cartons, etc.) comme un des facteurs de dégradation majeurs desdites archives. Mais ce poncif est-il fondé? Est-il une réalité inconditionnelle, ou une extrapolation des cas inquiétants d’altération de sceaux?

S’extraire des a priori touchant la conservation des archives scellées n’est pas chose aisée. Nous avons tenté l’expérience sur la collection Clairambault de la BnF, grâce à la diligence, l’expérience et l’assiduité de Domitille Nodin, chargée de l’évaluation sanitaire des fonds d’archives scellées. Après avoir fait le point sur le signalement des archives porteuses d’empreintes de sceaux (principalement localisées dans les Titres scellés, soit les 227 premiers volumes correspondant à la cinquième division de la collection originale de Pierre Clairambault), l’état de l’intégralité des volumes contenant des pièces scellées a été évalué. Nous avons tenté de pousser plus avant l’investigation, en comparant 5% des sceaux originaux, soit 485 sceaux, avec leurs moulages réalisés vers 1880-1885 et conservés aux Archives nationales de France. Les premières conclusions sont sans appel : si la collection Clairambault est globalement altérée (encore faut-il nuancer largement cet adjectif) , les altérations ne sont pas dues principalement à la reliure ou au moulage, comme on l’avait souvent subodoré. L’approche codicologique offre en outre une nouvelle vision de la constitution de la collection.

Lire la suite