Les archives du Cogner, ou collection Chappée, à la une

Peu nombreux sont les lecteurs connaissant l’existence d’une splendide collection de la BnF, celle des Archives du Cogner ou collection Chappée, du nom de son auteur Julien Chappée. L’ayant moi-même découvert au cours de ce projet de recherche, j’ai cru que cette découverte méritait d’être partagée : rdv donc sur la page « Guide de recherche  au Département des manuscrits », pour une présentation sommaire, issue du travail de recherche et de catalogage de Mathieu Lescuyer, directeur adjoint au département des Manuscrits. Bonnes recherches!

Louis XIV, Saint-Michel terrassant le démon de Raphaël et le sceau de l’ordre de Saint-Michel (1701)

Rares sont les archives donnant matière à disserter sur le commandement d’une nouvelle matrice de sceau royal. Pierre Clairambault nous a laissé sa propre contribution au choix du nouveau sceau de l’ordre de Saint-Michel, en 1701, après la nomination du nouveau chancelier M. de Torcy. La matrice avait déjà été changée en 1664, suite à la réformation des statuts de l’ordre. A cette date, elle avait été gravée par Antoine Aury, graveur général des sceaux du roi, pour 170 l. t. En 1701, Pierre Clairambault, généalogiste des ordres du roi, est chargé de rechercher les exemples des anciens sceaux afin de soumettre ces exemples au roi et au chancelier : il trouve ainsi le sceau gravé sous Charles IX (que nous ne connaissons pas), celui de 1664, ainsi que l’estampe de la cérémonie de 1662 dont il a fini par retrouvé la planche, à défaut d’un tirage!

La commande du nouveau sceau émane de haut : Louis XIV veut qu’elle soit imitée du tableau de Raphaël, Saint-Michel terrassant le démon. L’historien pense immédiatement au tableau dit « le Grand Saint-Michel » (Louvre, inv. 610). Commandé en 1518 par le pape Léon X à l’intention de François Ier, ce tableau magnifiait sans fard l’Ordre de Saint-Michel dont le roi très chrétien était grand maître. Il est tentant de l’associer à la matrice de sceau, au vu de son pedigree : le chef-d’œuvre avait été offert au souverain dans un contexte d’intense activité diplomatique, et notamment de croisade contre les Turcs. Pourtant, le dessin que Clairambault recommande au chancelier des ordres, pour la matrice du sceau, parle de lui même : le tableau que le roi avait en tête était bien le Petit Saint-Michel (Louvre, inv. 609), caractéristique d’une série de tableaux de très petits formats peints par Raphaël dans les années 1503-1505. Probablement peint pour le duc d’Urbino à l’intention de François Ier, ce tableau est lui aussi associé à l’ordre royal  : ne passe-t-il pas pour un cadeau de remerciement pour le collier de l’ordre de Saint-Michel, attribué au duc? Louis XIV connaissait bien ce petit tableau, lui qui l’avait acquis à la mort de Mazarin en 1661.

Clairambault est connu des collectionneurs pour sa merveilleuse collection des Titres scellés, comprenant plus de 22 500 empreintes de sceaux, et ses recherches pour le Cabinet des Ordres. Mais il fut aussi le conseiller et l’intermédiaire raffiné et audacieux de Louis XIV, osant lui soumettre plusieurs dessins préparatoires pour la gravure du nouveau sceau de l’ordre. Il propose de faire les sceaux en cuivre, car « il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent ». Il soumet également le nom de deux graveurs de sceau, Chalochet et Rousselet, en conseillant Chalochet pour sa dextérité (bien qu’il soit visiblement dur en affaire). Son conseil fut entendu : Chalochet grava les sceaux, sur le modèle qui avait la préférence du généalogiste.

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l'histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l'Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729)

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l’histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l’Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729) Source: gallica.bnf.fr

Signalons, au passage, qu’un moulage conservé en collection Depaulis aux Archives nationales atteste de la grande fidélité du dessin du sceau de 1701 conservé par Clairambault  : ce moulage de 105 mm de diamètre,  a apparemment été tiré de la matrice aujourd’hui inconnue dans les collections publiques, ou d’un surmoulage de belle qualité. Le contre-sceau n’a malheureusement pas été moulé.

Clairambault (2) - Copie

Dessin du sceau de l’Ordre de Saint-Michel gravé en 1701 par Chalochet, à Paris. BnF, Clairambault 1245, fol. 137. Gallica

DSCN7440

Moulage du sceau de l’Ordre de Saint-Michel de 1701, conservé en collection Depaulis aux Archives nationales. Archives nationales, Supplément 7376.

 

Lire la suite

Colloque : le sceau dans les Pays-Bas méridionnaux Xe-XVIe siècle

(The seal in the southern Netherlands, 10th-16th century)

Voici le lien vers l’annonce de se colloque, qui se tiendra à Bruxelles et Namur les 27 et 28 novembre 2014, à l’occasion du  150e anniversaire de la collection de moulages de sceaux des Archives générales du Royaume (AGR, Bruxelles).

http://calenda.org/286149