Les « sachets de bijoutier » impropres à la conservation des sceaux

sachet de bijoutier

Sachet de bijoutier

Il y a une quinzaine d’années de cela, des sachets de bijoutier synthétique, d’aspect satiné, gris et brillant, on été mis sur des centaines de sceaux dans des institutions patrimoniales. L’idée partait d’une bonne intention : protéger les sceaux , réduire le risque de dispersion des fragments, éviter les manipulations. Pourtant, ils ont eu pour conséquence de nombreux problèmes : les fils, en se défibrant au niveau des coutures, se collent en myriades pailletées sur les cires (qui ont un comportement collant résiduel) ; les sachets, en gênant la visibilité, invitent à tâter le contenu, et à ouvrir et refermer les lacets, parfois avec de graves conséquences. Surtout,  ces sachets n’avaient pas été, jusqu’à présent, analysés d’un point de vue chimique.

Les chimistes du laboratoire de la BnF, à Bussy-Saint-Georges, ont donc soumis ces sachets à une batterie de tests : spectromètre Infra-Rouge à Transformée de Fourier (IRTF) équipé d’un ATR diamant ; pyrolyse couplée à la chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse ; test d’activité photographique (norme ISO 14523 :1999) ; test de corrosion accéléré (Oddy test).

Les résultats indiquent que ces sachets sont en acétate de cellulose, plus connu sous le nom de rayonne, viscose ou soie synthétique. Ils émettent des polluants acétates, et probablement des polluants composés de  sulfure (Ag2S) et de chlorure d’argent (AgCl), pouvant oxyder les matériaux organiques et inorganiques, notamment le plomb.

En conséquence, tout contact de ces sachets avec des documents patrimoniaux, et notamment les bulles en plomb, est néfaste à leur conservation. Toutefois, il serait encore plus néfaste de réagir dans la précipitation pour retirer ces sachets : mieux vaut réfléchir à une solution alternative, à la nécessité ou non de garder des sachets sur des sceaux en bon état (ce qui peut entrainer de graves dommages mécaniques, ou, au mieux, être inutile) en fonction de l’usage et des conditions de conservation des archives, et à une méthode systématique de traitement des fonds concernés. Il est recommandé de se référer aux Clauses techniques de la restauration-conservation des sceaux et aux conclusions de la Table ronde des restaurateurs de sceaux 2003 .

Qu’advenait-il des matrices de sceaux perdues?

Pierre Clairambault, notre fidèle généalogiste, nous donne un curieux document extrait des registres des audiences du Chatelet de Paris, pour l’année 1411, que nous retranscrivons ci-dessous. Nous apprenons que les matrices pouvaient être portées dans des bourses, que les possesseurs déclaraient leur perte au Chatelet plus ou moins rapidement après la perte, et qu’ils étaient capable d’une fine description héraldique.

BnF, Clairambault 3, page 1 ; copie sur papier, de la main de Clairambault.

[1] Sceaux perdus revoquez des reg[istres] des audiences du Chastellet de Paris.

[2] 15 avril apres Pasques 1411. Aujourd’huy Daniel Bouquelot, disant que le jour d’hier il avoit perdu et adhiré un sien signet gravé en carrure auquel estoit empreinte un escu barré au travers a 3 molettes et une hermine au bout de l’escu en haut, au bout duquel estoit escrit son nom, a revoqué et revoque par ces presentes, disant que d’icelui il ne vouloit ne entendoit plus user, protestant que ce ou temps a venir il estoit trouvé par autre personne que on ne le peut obliger.

Lire la suite

Des sceaux royaux et princiers de la Renaissance, inédits, à la BnF

1558_Sceau delphinal de François II et Marie Stuart _BnF

Dessin du sceau delphinal de François II et Marie Stuart, reine d’Ecosse (1558)

A la confluence du projet de recherche BnF et de la thèse que je mène : les collections. Et, dans ces collections, le bonheur de découvrir de nouveaux sceaux royaux et princiers du XVe siècle. Ils seront, bien sûr, décrits dans le cadre du doctorat, mais pourquoi priver la communauté d’un premier signalement? Voici donc les sceaux qui viendront enrichir,  (nous l’espérons) les collections sigillographiques de moulages :

-une empreinte du sceau de Charles X, le cardinal de Bourbon ;

-une empreinte du sceau delphinal de François II et Marie Stuart (1558) ;

] Lettres de provisions d’office pour Henry d’Escoubleau, évêque de Maillesais,  nommé conseiller et premier aumônier de François, duc d’Alençon, par le décès de Robert Fournier . A Paris, le 13 septembre 1573.

Empreinte du grand sceau de François, duc d’Alençon, en 1573 (NAF 3061, avant restauration).

-une empreinte nouvelle d’un grand sceau de François, duc d’Alençon (1573), autre que celle en Douët d’Arc D344 (1573), que les restaurateurs ont pris en charge à l’atelier au vu de sa très grande fragilité ; et deux petits sceaux du même ;

BNF, NAF 3061

Contre-sceau du grand sceau de François, duc d’Alençon (1573)

-trois empreintes de Henri, dauphin de France, futur Henri II ;

-une empreinte du grand sceau de François, dauphin de France, premier fils de François Ier (conservée, elle, aux Archives nationales);

-les empreintes des sceaux des Parlements, au milieu du XVIe siècle ;

Et d’autres encore. Ces quelques exemples montrent, une fois encore, tout l’intérêt du projet de recherche, qui a pour objectif de conserver et de mettre en valeur ces sceaux.