Qu’advenait-il des matrices de sceaux perdues?

Pierre Clairambault, notre fidèle généalogiste, nous donne un curieux document extrait des registres des audiences du Chatelet de Paris, pour l’année 1411, que nous retranscrivons ci-dessous. Nous apprenons que les matrices pouvaient être portées dans des bourses, que les possesseurs déclaraient leur perte au Chatelet plus ou moins rapidement après la perte, et qu’ils étaient capable d’une fine description héraldique.

BnF, Clairambault 3, page 1 ; copie sur papier, de la main de Clairambault.

[1] Sceaux perdus revoquez des reg[istres] des audiences du Chastellet de Paris.

[2] 15 avril apres Pasques 1411. Aujourd’huy Daniel Bouquelot, disant que le jour d’hier il avoit perdu et adhiré un sien signet gravé en carrure auquel estoit empreinte un escu barré au travers a 3 molettes et une hermine au bout de l’escu en haut, au bout duquel estoit escrit son nom, a revoqué et revoque par ces presentes, disant que d’icelui il ne vouloit ne entendoit plus user, protestant que ce ou temps a venir il estoit trouvé par autre personne que on ne le peut obliger.

Lire la suite