Les « sachets de bijoutier » impropres à la conservation des sceaux

sachet de bijoutier

Sachet de bijoutier

Il y a une quinzaine d’années de cela, des sachets de bijoutier synthétique, d’aspect satiné, gris et brillant, on été mis sur des centaines de sceaux dans des institutions patrimoniales. L’idée partait d’une bonne intention : protéger les sceaux , réduire le risque de dispersion des fragments, éviter les manipulations. Pourtant, ils ont eu pour conséquence de nombreux problèmes : les fils, en se défibrant au niveau des coutures, se collent en myriades pailletées sur les cires (qui ont un comportement collant résiduel) ; les sachets, en gênant la visibilité, invitent à tâter le contenu, et à ouvrir et refermer les lacets, parfois avec de graves conséquences. Surtout,  ces sachets n’avaient pas été, jusqu’à présent, analysés d’un point de vue chimique.

Les chimistes du laboratoire de la BnF, à Bussy-Saint-Georges, ont donc soumis ces sachets à une batterie de tests : spectromètre Infra-Rouge à Transformée de Fourier (IRTF) équipé d’un ATR diamant ; pyrolyse couplée à la chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse ; test d’activité photographique (norme ISO 14523 :1999) ; test de corrosion accéléré (Oddy test).

Les résultats indiquent que ces sachets sont en acétate de cellulose, plus connu sous le nom de rayonne, viscose ou soie synthétique. Ils émettent des polluants acétates, et probablement des polluants composés de  sulfure (Ag2S) et de chlorure d’argent (AgCl), pouvant oxyder les matériaux organiques et inorganiques, notamment le plomb.

En conséquence, tout contact de ces sachets avec des documents patrimoniaux, et notamment les bulles en plomb, est néfaste à leur conservation. Toutefois, il serait encore plus néfaste de réagir dans la précipitation pour retirer ces sachets : mieux vaut réfléchir à une solution alternative, à la nécessité ou non de garder des sachets sur des sceaux en bon état (ce qui peut entrainer de graves dommages mécaniques, ou, au mieux, être inutile) en fonction de l’usage et des conditions de conservation des archives, et à une méthode systématique de traitement des fonds concernés. Il est recommandé de se référer aux Clauses techniques de la restauration-conservation des sceaux et aux conclusions de la Table ronde des restaurateurs de sceaux 2003 .