La fabrication des sceaux de plomb (bulles)

Très rares sont les références bibliographiques sur la fabrication des bulles de plomb. Je redécouvre un article de Gustave Schlumberger, reproduisant un très rare exemplaire de « boullotirion » byzantin :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1911_num_55_5_72863.

Sur cette fabrication, voir aussi « Les chartes scellées par des bulles de plomb et leur conservation aux Archives nationales », paru en 2001 dans la Gazette des Archives.

Nous profitons de ce billet pour mettre en ligne une bibliographie sur les traitements de restauration-conservation des plombs, qui ne prétend pas à l’exhaustivité mais pourrait, nous l’espérons, faciliter la documentation des professionnels.

Le sceau retrouvé de la Compagnie des Indes Orientales (1664)

Nous avons déjà présenté les mérites de Roger Gaignières, et de son successeur Pierre Clairambault. Ce dernier est resté célèbre pour ces Titres scellées, contenant plus de 22500 empreintes de sceaux en 227 volumes reliés. Le poids de cet héritage a pourtant laissé en marge un segment plus ténu de la collection : celui des sceaux détachés. Or, ces précieuses empreintes, loin d’être de simples remplissages de boîtes balais, recèlent quelques pièces uniques. Nous avons choisi de mettre en avant un sceau encore non signalé  : le sceau du Conseil supérieur de la Compagnie des Indes orientales, gravé en 1664, au moment de la création de la Compagnie. Fruit de la politique volontariste de Colbert, la Compagnie était pourvue de prérogatives importantes, lui permettant d’exercer son commerce dans les territoire au-delà du cap de Bonne-Espérance. Elle était en droit de rendre  souverainement la justice sur les territoires qu’elles occupait. L’iconographie de ce sceau est directement inspirée du modèle du contre-sceau du grand sceau de Louis XIV, déjà utilisé sous Louis XIII : il forme ainsi un démembrement symbolique de la puissance royale, redoublé par sa taille imposante (90 mm).

Sceau du Conseil supérieur de la Compagnie des Indes orientales. BnF, Clairambault 311, (4), n°5. LVD(ovici). XIIII. FR(anciae). ET. NA(varrae) . REG(is) . SIG(illum) . AD . VSVM. SVPR(emi) . CONS(ilii) . GALLI(a)E . ORIENTALIS. 1664

 

Cette re-découverte pose évidemment la question de la méthodologie de dépouillement : les sceaux détachés sont, de notoriété publique, particulièrement difficiles à identifier et à dater (en l’absence de suscription et de date d’expédition). Laissés au second plan comme des débris des aléas du temps, leur réputation est parfois trompeuse : ils recèlent souvent des pièces uniques, découpées de leur actes par des collectionneurs anciens. Gageons, donc, que ce sceau ne sera pas le dernier!

La BnF lance son appel à chercheur 2015-2016

Chercheurs, chercheuses et amis de la Bibliothèque nationale, un nouvel appel à chercheurs est lancé pour l’année 2015-2016 (date butoir le 15 avril 2015). Les conditions de candidatures sont accessibles sur ce lien.

  • L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse pour les chercheurs invités à tous ; pour les chercheurs associés aux doctorants.
  • L’appel à chercheurs de la BnF est ouvert à tout type de sujet. Les candidats à l’appel à chercheurs peuvent proposer spontanément à la Bibliothèque des sujets de recherches dans leur discipline. Afin d’éviter la dispersion des travaux, la Bibliothèque a défini deux larges axes de recherche :

– Axe 1 : étude et valorisation des collections
– Axe 2 : étude de l’histoire du livre et des bibliothèques

La sélection des candidats est effectuée en collaboration avec le Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France.
Conditions d’accueil : 8 bourses offertes

  • Chercheurs associés, ouvrant la possibilité d’accéder à l’une des 3 bourses BnF-Pasteur Vallery Radot à partir de la deuxième année de recherche
  • Musiciens chercheurs associés pour les interprètes élèves des conservatoires supérieurs de musique
  • Chercheurs invités par un mécène : Fondation Louis Roederer (10 000 euros sur une année pour une recherche sur la photographie), Mark Pigott (3 bourses de 10 000 euros sur une année pour une recherche en histoire, arts et histoire de l’art, innovation et technologies),  « Prix de la BnF » (8 000 euros sur une année, pour une recherche portant sur l’œuvre de Mona Ozouf, lauréat du prix de la BnF en 2014).

Pour répondre à l’appel à chercheurs
Les candidatures sont à adresser par courriel en deux étapes.

  • 1ère étape : adresser votre dossier de candidature par courriel à l’adresse appelachercheurs@bnf.fr  avec les éléments suivants au format .pdf

– Fiche de candidature complétée à télécharger sur le site bnf.fr ;
– Curriculum vitae et publications du candidat ;
– Présentation du sujet de recherche proposé (4 pages maximum)
– Projet de valorisation envisagé (2 pages maximum) pour les candidats à une bourse de recherche (Fondation Louis Roederer, Mark Pigott, Prix de la BnF)
L’objet du courriel devra indiquer : « Nom et prénom du candidat + candidature à l’Appel à chercheurs 2015-2016 ».

  • 2ème étape : faire adresser les lettres de recommandation par courriel

En complément, vous pouvez faire adresser par les personnalités qui vous recommandent (2 maximum) leur lettre de recommandation par courriel à l’adresse lettrechercheur@bnf.fr . L’objet du courriel devra indiquer : « Nom et prénom du candidat + lettre de soutien à l’appel à chercheur ».

Contacts

  • mél : appelachercheurs@bnf.fr
  • courrier : Bibliothèque nationale de France –  » Appel à chercheurs  » – Quai François Mauriac – 75706 Cedex 13 Paris

Venez nombreux!