Quand la Grande Chancellerie commande une tapisserie de presque 300 m (1537)

Reconstitution d’un pan de la tapisserie commandée pour la Grande Chancellerie en 1537. (Dessin : Solène de la Forest d’Armaillé)

Il y a quelques mois, nous donnions la reconstitution du coffre des sceaux de la Grande Chancellerie, en 1536, et évoquions au passage la richesse de la collection de Julien Chappée à la BnF (dont le contenu est désormais décrit sur la base Archives et Manuscrits). Voici maintenant un essai de reconstitution de l’immense tapisserie commandée en 1537 par Jacques Hurault, alors Audiencier, à deux maîtres tapissiers de haute lisse à Paris. Nous avons retrouvé le contrat de commande dans l’ensemble dit « Quittances et pièces diverses » (ms. Fr. 25592-26262), qui contient en vérité des pièces passionnantes et un grand nombre de sceaux, à l’instar des Pièces originales (puisque issu en bonne partie de la Chambre des comptes). On y trouvera notamment de nombreux comptes comprenant des œuvres d’art, des fournitures pour les officiers du Conseil (dont des matrices de sceaux et l’achat de cire), des achats pour des navires, des lunettes, des habits ; des comptes de chevauchées et voyages ; des comptants du roi ; des fragments de comptes de la Chancellerie ; des sceaux des Chanceliers ; des comptes de réparations du Palais (complétés par des pièces en V4, aux Archives nationales).

L’essai de reconstitution n’est, bien sûr, qu’une hypothèse de travail imparfaite, mais nous espérons qu’elle aidera à mieux comprendre cet acte et à mieux se figurer le décor de la Chancellerie.

18 mars 1537 [n. st.]-Paris

Orig. Contrat notarié de commande de la tapisserie de la chancellerie, entre Me Jacques Hurault, audiencier, d’une part, et Guillaume Tancheux et Girard Laurens, maîtres tapissiers, d’autre part. 18 mars 1537 [n. st.], Paris. Bi-feuillet de parchemin, encre ferrogallique. Ms. Fr. 26126, p. 1777-1778, tiré de la Chambre des Comptes (ancienne collection Beaumarchais, acquise en 1784 par la Bibliothèque du roi)[1].

C’est de duus de la forme et estoffes que se doibt faire une tappisserie pour la chancellerie jusques au nombre de deux cens cinquante aulnes de Paris[2].

Et premierement,

Fault que ladicte tappisserie porte de hault troys aulnes ung demy quartier[3]. En ce comprins les bordures qui seront d’un quartier de large autour de chacune piece. Et quant a la largeur fauldra qu’il y ait des pieces grandes, moyennes et petites comme l’on a acoustumé.

Item aura ladicte tappisserie son champ de bleu azuré semé de fleurs de liz jaulne doré, lesdites fleurs de liz equidistans en droict et ligne et d’eschiquiez en tous sens, dont le champ en portera quatorze, y comprins les deux demys du hault et bas, arondies et rehaulsées, faictes de sayette fine[4], et sur le champ bleu azuré de fine laine françoise, le tout de couleurs unies.

Item esdictes bordures d’un quartier de large ou environ[5], comprins les filletz, sera les fonds de rouge obscur, laine françoise fine, lesdits fillets contenant de chacun costé, oultre le petit bout noir, ung petit poulse d’epoisseur[6] faictz de sayette blanche unie de bleu qui seront entrelassées par voyes en ladite bordure, a laz d’amours en cordes d’entrelaz. Et esdites entrelasseries aura des F et salamandres couronnées puis l’un puis l’autre ; et seront lesdits F de couleur jaulne doré, fine sayette, et les salamandres de cynople, aussi fine sayette, arondies et rehaulsées comme il appartient le tout unies couleurs, et selon l’ordonnance du pourtaict de ce faict.

Lire la suite

Mise en ligne des tomes 2 et 3 de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales (BnF)

POVous êtes nombreux à demander ce que deviendront les deux tomes manuscrits de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales du Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale, de Joseph Roman (tomes 2 et 3). A défaut d’un projet de publication ou d’une numérisation, j’en ai commencé la transcription. Le tout sera probablement versé dans HAL d’ici cet été, en espérant que ce fichier rende quelques services aux lecteurs et chercheurs qui souhaiteraient pousser leur investigation du côté des PO.  Il permettra au moins une recherche plein texte, ce que n’aurait pas permis une numérisation du manuscrit (mais pas d’interopérabilité possible, puisque pas de standard EAD…). Rappelons que seule une petite partie des sceaux décrits par Roman a été moulée… A la demande, je peux aussi mettre la transcription petit à petit sur les pages de ce site, bien que ce soit un peu lourd d’un point de vue technique.

Par ailleurs, une concordance exacte des cotes entre la collection de moulage dite « Lorraine » des Archives nationales, et celle de la BnF (dont une bonne partie des moulages sont tirés), sera mise en ligne sur ce site, d’ici quelques semaines.