De la restauration des fonds de chartes scellées à la préservation des savoirs-faire : bonne nouvelle!

A l’issue du projet de recherche, la BnF a mis en place une programmation permanente, d’années en années, pour restaurer progressivement les chartes scellées du Département des Manuscrits. Un à deux ateliers ateliers, comprenant six à sept restaurateurs compétents dans ce domaine, travaillent ainsi, un jour par semaine en moyenne. Les Mélanges de Colbert passent ainsi, petit à petit mais avec régularité, sous les mains attentionnés des restaurateurs. Pourquoi ce choix d’une conservation sur programmation? Tout simplement en raison de la quantité d’actes scellés conservés à la BnF : plus de 200 000. Ce chiffre ne doit pas faire oublier l’importance des autres collections conservées à la BnF (manuscrits, cartes et plans, journaux, etc.), eux aussi en attente de restauration. Une restauration de charte prenant entre 3h et plusieurs dizaines d’heures de travail (voir plusieurs centaines s’agissant des volumes de Clairambault), on imagine qu’il faudrait des centaines d’années pour venir à bout de la restauration des fonds scellés! Ainsi, la BnF a privilégié la préservation des savoir-faire sur le long terme, et non une restauration en série mais ponctuelle: un point essentiel étant de conserver dans l’établissement du personnel formé et heureux de pouvoir redonner vie à ces pièces, pour les chercheurs présents et à venir.

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).