Quelques nouvelles de la transcription du Catalogue des sceaux des PO

Il y a quelques mois, nous commencions la transcription des deux derniers tomes du catalogue des sceaux des Pièces originales, de Roman. La livraison a pris un peu de retard, suite à quelques difficultés techniques, mais est en bonne voie. Bien sûr, ce travail restera à améliorer,  par des corrections (Roman a pu se tromper, parfois) et par des ouvertures numériques. Dans tous les cas, il permet de faire remonter quelques archives intéressantes de par leur contenu, archives qui ne pourraient pas être localisées par les instruments de recherche déjà existant, sous forme papier ou numérique : paiements d’objets d’orfèvrerie, sceau issus d’intailles et pierres antiques, renforcement de murailles, réparation de bâtiments, etc. Nous remercions donc les lecteurs pour leur patience, en attendant la mise en ligne de ce fichier d’environ 3600 notices.

Le sceau de l’Ordre du Saint-Esprit

La BnF conserve, en collection Clairambault, un bel ensemble d’archives et de notes érudites sur l’Ordre du Saint-Esprit. Jusqu’à présent, aucune empreinte originale du sceau de cet Ordre n’a été retrouvée en collection publique. Clairambault en a laissé un dessin hérité de Gaignières (Clairambault 1111). Une empreinte est passée en vente aux enchères en mars dernier.

Dessin de la face du sceau de l'Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111.

Dessin de la face du sceau de l’Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111 (Gallica)

D’après Favyn, cité par Mazerolle, le sujet du contre-sceau serait le même que celui d’un tableau déposé au couvent des Augustins qui fut enlevé par les ligueurs1. La matrice fut gravée par Claude de Héry, graveur au moulin de la Monnaie2. Il avait succédé en 1577 à Marc Béchot, premier graveur des Monnaies, et mourut en 1582. Germain Pilon semble avoir eu une grande influence sur lui, si l’on en juge par son sceau. À l’occasion de la création de l’Ordre du Saint-Esprit, une médaille fut frappée par Héry : elle offre le même programme que celui du sceau, pris tous deux sur un même patron3. Le greffier porte, comme, sur le sceau, le collier de l’Ordre sur le manteau et le mantelet. La légende diffère au droit :

IN TE VERE CHRISTVS (anagramme de Henricus Tertius).

Elle porte à l’exergue « 1579 », et, au revers :

HENRI .III . DE CE . NOM .ROY . DE . FRAN(ce) . ET .DE . POL(ogne) . AVTHEVR .ET . SOVVREAIN .DE . LORDRE DES .CHEVALIERS DV . S(aint) . ESPRIT. 1579 .

Le paiement de la matrice et du coffre est connu par une copie de Clairambault, donnée ci-dessous. Ce paiement apparait également sur les comptes de l’Ordre du Saint-Esprit pour les années 1578-1579, copiés par Clairambault (BnF, Clairambault 1231, fol. 103r et 106v).


Mention de paiement à Claude de Héry, graveur général à la Monnaie, du grand sceau et du coffre de l’Ordre du Saint-Esprit
6 et 8 juillet 1579. – Paris.

B. Copie. BnF, Clairambault 1231, fol. 89v et 90r. Copie de la main de Clairambault, sur papier vergé.

A Claude le Hery, graveur general des Monnoyes du Roy,

pour 4 portraits en papier et parchemin pour l’invention du sceau des chevaliers du Saint-Esprit, pour connoistre ce qui viendroit le mieux, 6 escus ;

  • lesdites 4 figures mises en cire sculptées de deux grosseurs, 10 escus ;
  • un grand sceau et contre-sceau en plomb gravé pour scavoir s’ils seroient agreables, 15 escus ;
  • le sceau et le contre-sceau d’argent ausquels sont gravez les effigies du roy assis en une chaise, le Saint-Esprit au-dessus et un chevalier a genoux, le chancelier et le greffier de l’ordre presens, et a l’entour l’inscription et plusieurs chiffres et fleurs de lis de diverses grandeurs avec flames, pesant 4 marcs un gros et demy, 26 escus un tiers 9 sols 6 deniers ;
  • pour la façon, 100 escus ; un coffre pour metre ledit sceau et contre-sceau, doublé et couvert de velours orengé garny de moulures a l’entour et aux coins des testes de cherubins et plusieurs grands chiffres apliquez en divers endroicts, avec un croix et ance sur le couvercle, le tout d’argent vermeil doré pesant 3 marcs 6 onces 3 gros, 24 escus 3 sols ;
  • pour la dorure, 12 escus ;
  • pour le coffre et la serrure et deux clefs avec coussinets de taffetas et doublure de velours orengé, 4 escus ;
  • et pour la façon des granitures d’argent du coffre, 25 escus ;

toutes lesdites parties reduites a celles de 150 escus, suivant l’arresté de M. le Chancelier du 6 juillet ; avec certiffications des graveurs & orfevres du mesme jour, et quittance du 8 dudit mois 1579. Cy : CL ecus.


1 André FAVYN, Le Théatre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1620, t. 1, p. 685. La gravure du sceau se trouve p. 674.

2 Sur Claude de Héry, on peut notamment consulter  : Fernand MAZEROLLE, « Claude de Héry, médailleur du roi Henri III« , Mélanges artistiques, 2e série,  impr. de E. Ménard, Paris, 1891, p. 116-119.

3 Fernand MAZEROLLE, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe, t. 2., Imprimerie nationale, Paris, 1902-1904, p. 39, n°160. Trésor de numismatique et de glyptique, ou Recueil général de médailles, monnaies, pierres gravées, bas-reliefs tant anciens que modernes… gravés par les procédés de M. Achille Collas, sous la direction de Paul Delaroche, Louis-Pierre Henriquel-Dupont, Charles Lenormant et Anatole Chabouillet, Paris, 1831-1850, première parie, pl. XXII, n°6.

Le procès-verbal de la destruction des sceaux de Louis XIII et de la fabrication des Grands sceaux de Louis XIV

BnF, ms. fr. 16270, fol. 87-88. « Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13 ».

BnF, ms. fr. 16270, fol. 87-88. « Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13 ».

Les fonds du Département des manuscrits sont, comme nous l’avons vu dans les précédents billets, d’une grande richesse en ce qui concerne les actes scellés. Deux  représentations de scellage sont également conservés à la BnF (voire le billet précédent). Mais il est souvent plus délicat de cibler des archives traitant des usages des sceaux ou des objets du decorum de la Chancellerie. Ces archives émergent parfois d’une collection, telles celles sur la fabrication du coffre des sceaux et de la tapisserie de la Chancellerie, sous François Ier (voire les billets passés). Aujourd’hui, nous donnons un autre exemple de cette richesse, avec le procès-verbal de la destruction du grand sceau de Louis XIII et la fabrication du grand sceau de Louis XIV. Bien que de nombreuses traces archivistiques éclairent ce sujet, pour les XVIe-XVIIIe siècles, aucun exemple similaire n’a été retrouvé pour la période médiévale et moderne, d’où l’importance de ce texte. Il donne à voir un très bel exemple du dialogue serré qui pourrait exister entre sigillographie et diplomatique du Moyen Age et de l’époque moderne, et donne un bon point de départ pour une réflexion épistémologique sur le découpage périodique très rigide qui a souvent limité les études sur le « temps long ». Voici donc le texte, suivi de quelques réflexions et éclairages:

Lire la suite

Quelques représentations de scellage en Chancellerie

Rares sont les représentations de scellage, médiévales ou modernes. Georges Tessier, dans « L’audience du sceau », suivi du Vocabulaire de diplomatique , distingue bien l’acte technique du scellage, d’une part, et l’action performative du scellement, qui donne force de validation et d’authentification aux actes. En ce sens, on peut dire que seul le scellage est représentable, le scellement étant sous-tendu par une oscillation entre processus juridique et réception(s) par des publics de ces mêmes valeurs. Nous ne présenterons pas dans ce billet d’images inédites, mais tenons simplement à donner leurs références et quelques explications qui pourraient aider à monter des séances pédagogiques.

Les  quatre représentations connues, circonscrites au territoire français, datent de 1545 (vraisemblablement), 1672 et 1759. La plus ancienne est souvent reproduite ou citée dans les ouvrages traitant de l’enluminure. Conservée à la BnF sur le site de l’Arsenal, elle a fait l’objet d’une étude détaillée de M. Thierry Crépin-Leblond en 1993 dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires, et est désormais accessible en version numérique sur Gallica. Notons qu’elle ouvre un traité des privilèges du collège des notaires et secrétaires du roi, en rehaussant le prestige de ces officiers soucieux de leur image.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

Le chauffe-cire, tête-nue comme le veut le protocole, tend un acte encore non scellé au maître des requêtes, pour qu’il le signe en simple-queue avant que le sceau de cire ne recouvre cette signature, étape importante de la construction de la validité de l’acte. Pendant ce temps, deux valets chauffe-cire s’apprêtent auprès du feu, où il font ramollir la cire dans un récipient métallique. Ici, pas de traces explicites de bain-marie, mais la précipitation du valet qui marche à grands pas est sensible. Pensons au témoignage de Forget de Fresnes, sous Henri III, qui assure que l’on scellait les lettres communes « sans s’y arrester ». Ainsi, les chauffe-cire pressaient la cire modelée à la main contre la face de la matrice, et apposaient souvent le contre-sceau en posant la face de la cire contre le « tapis » de table (autrement dit la nappe verte), pour gagner du temps : pour preuves les innombrables traces de textiles avec une armure toile visibles sur la face des empreintes du XVIe siècle. La masse de documents passant en Audience ne permettait plus de fignoler la technique…

Lire la suite