Le sceau des amours « discrets » de Henri IV

Les recensements des sceaux des rois de France, à partir du bas Moyen Age, montrent une centration de plus en plus marquée de l’iconographie autour des fleurs de lis. Peu de sceaux échappent à cette volonté de marquer l’État et la puissance royale. Il en est un pourtant qui rappelle le temps des amours de Henri IV avec Henriette d’Entragues, après la mort dramatique de Gabrielle d’Estrée. Pour écrire secrètement à sa douce, Henri IV utilise un sceau tout à fait anodin pour l’époque, composé de deux V entrelacés en forme de cœur[1]. Plusieurs sceaux peuvent clore une même missive, en attachant les brins de soie qui entourent et maintiennent fermé le petit pli de papier de quelques centimètres de long.

Sceau de Henri IV, roi de France, pour ses lettres galantes à Henriette d'Entragues. BNF, ms. fr. 3639, fol. 3. H. 9 x l. 7 mm, gomme laque sur brins de soie rose.

Sceau de Henri IV, roi de France, pour ses lettres galantes à Henriette d’Entragues. BNF, ms. fr. 3639, fol. 3. H. 9 x l. 7 mm, gomme laque sur brins de soie rose.

Bien sûr, le roi ne signe pas sa lettre, autographe, qui porte seulement son monogramme[2]. Le texte, dont nous donnons une transcription ci-dessous (la patience du gascon est visiblement mise à rude épreuve), est parsemé de S barrés appelés « fermesses », qui remplissent les débuts et fins de lignes qui auraient été vides sans eux. Les significations de ce signe cryptique, qui ont déjà fait l’objet de discussions, dépendent des aptitudes de compréhension culturelles du lecteur et de sa capacité à partager un code commun avec le rédacteur. Ainsi, il serait aventureux d’affirmer qu’il s’agit, pour Henri IV, d’un signe d’attachement particulier à sa maîtresse car… on retrouve cette fermesse dans les mentions autographes du roi apposées aux rôles états de comptants[3]. Il s’agit avant tout d’une habitude d’écriture du roi, peut-être héritée de sa mère Jeanne d’Albret ; libre à sa maîtresse de l’interpréter comme la marque de son ardent désir… Quoi qu’il en soit, l’usage simultané du sceau et du monogramme personnel du roi, sans signature, est capital pour comprendre l’esprit dans lequel cette lettre était rédigée, acheminée et lue. Si le roi et Henriette restaient discrets sur son contenu, la lettre elle-même ne pouvait être identifiée par un tiers, vue de l’extérieur, à moins que ce tiers connaisse parfaitement les habitudes et l’écriture du roi. Quant au porteur, il avait tout intérêt à être discret…


7 octobre [s. a.]. ̶ [s. l.]

Lettre d’amour et de reproches de Henri IV à Henriette d’Entragues.

A.original. BNF, Ms. fr. 3639. Encre sur papier vergé.

J’ay bien connu par votre lettre que vous n’avyés pas lé yeus bien ouvers, ny les conseptyons aussy, car vous aves pryns la myene d’un autre bié que je ne l’antandoys. Il faut lesser ces brusquetés sy vous voullés l’antyere possetyon de mon amour, car comme roy et comme guascon je ne say pas andurer, aussy ceus quy ayment parfetemant comme moy veullent estre flatés, non rudoyés. Quant Monsieur d’Antragues sera ycy, je vous temoygnere sy je vous ayme ou non. Cependant, yl vous cyet mal d’en douter, et cela m’ofance. Ce soyr votre dyamant tomba hors de vue  et fort heureusemant je lé retreuvé. Dieu scayt sy j’en fus an peyne car j’usse myeus ayme avoyr perdu le doyt tenant sy cher tout ce quy vyent de vous, que ryen n’an aproche en comparaison, n’ans n’est pouynt ancores venu. J’espere vous voyr dymanches au publyc, puys que me l’avés denyé an partyculyer. Bonjour mes cheres amours, je ne suys pas bien satisfayt, je ne le vous puys tere. Je bese vos beaux yeux un mylyon de foys. Ce VIIme octobre [monogramme de Henri IV]

[Au dos de la lettre fermée, trois sceaux identiques à celui présenté ici, et deux fermesses]


[1] Ce sceau a été signalé en 1982 par Claude Dulong dans un article intitulé Les signes cryptiques dans la correspondance d’Anne d’Autriche avec Mazarin, contribution à l’emblématique du XVIIe siècle, paru dans Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 140, n°1, p. 61-83 [reproduit en planche 2].

[2] Il s’agit d’un H surmonté d’une fermesse, et entouré de quatre fermesses aux points cardinaux.

[3] Il s’agit des traces des dépenses que le roi ne voulait pas faire contrôler et dont les acquis (expéditions remises au trésorier) ne portaient pas de justification de la raison de la dépense. Il s’agissait généralement de dépenses liées à des remboursements (à Zamet, par exemple), des faveurs, des pertes aux jeux, des arrangements diplomatiques, etc.  On trouve un bel exemple de cet usage dans les états de comptants conservés à la BnF en ms. fr. 4559. 

Quand Marie de Médicis commande ses sceaux

Les archives du Moyen Age livrent parfois quelques traces de la commande de matrices royales, laissant au chercheur le soin de reconstituer les étapes de la confection technique et de l’articulation entre volonté souveraine et liberté artistique. Les archives de l’époque moderne ouvrent quant à elles des perspectives inexplorées et en confirment d’autres, tout en précisant les chemins de la jussio, soit  les modalités de la prise de décision du commanditaire. Nous avions déjà donné quelques textes intéressants, qui avaient fait l’objet d’une collecte d’érudits des XVIIe et XVIIIe siècles, parvenus en conséquence à la BnF. Nous en donnons deux autres exemples, qui montrent au passage la complexité de la recherche de textes parfois non signalés par le contenu descriptif des cotes, celles-ci ne pouvant pas raisonnablement rendre compte de la totalité du contenu (les textes en question passent donc inaperçus dans les bases de données avec recherche par mot-clé; d’où la complémentarité des formes d’instruments de recherche, et l’importance d’une réflexion sur les méthodes d’exploration…).

Il s’agit des paiements des deux matrices des grands sceaux successifs de Marie de Médicis, le premier datant de 1612 et le second de 1617. Pierre Turpin, graveur des sceaux et cachets du roi, a bien été sollicité pour confectionner ces sceaux[1]. Plusieurs aller-retours entre Paris et Fontainebleau, puis Paris et Blois, ont été nécessaires. Turpin a ainsi validé les différentes étapes de sa composition en présentant à la reine des dessins (« enluminures ») et des plâtres ou cires d’essais (« empreintes », « matricules, « tables »). Le rôle du chancelier de la reine n’est pas exactement précisé, en 1617, bien qu’il réceptionne les matrices achevées. Précisons que le contre-sceau n’a pas été remplacé, ni modifié, en 1617 ; il continue donc de servir en l’état. Seule la face change, et notamment l’effigie de la reine et probablement la légende, Marie n’étant plus régente en 1617. Remarquons également que la date de la gravure de la seconde matrice concorde avec celle du nouveau grand sceau de Louis XIII : ce choix est probablement dicté par les évènements politiques de 1617, avec l’assassinat de Concini et la prise en main du pouvoir par Louis XIII écartant sa mère.

Le texte de 1617 signale aussi que Pierre Turpin a gravé plusieurs « cachets d’argent » au manche d’ébène, certains étant destinés à la cire commune (soit de la cire d’abeille colorée par des pigments rouges, peut-être mélangée à des additifs), d’autres à la « cire d’Espagne ». En 1617, la cire d’Espagne telle que nous la concevons aujourd’hui n’est pas encore répandue en France. On utilise de la gomme laque, une sorte de résine de cochenille colorée,  très cassante et vitreuse, qui se noircie facilement. La technique de scellage est alors la même que celle qui sera utilisée jusqu’à nos jours, avec un bâtonnet de cire chauffé près d’une flamme. La gomme laque ne ferme pas directement le pli de papier : celui-ci est maintenu clos pas des brins de soie colorés, dont les extrémités sont bloquées par les sceaux.

Fol. 3 : lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue. Cachet ovale en gomme laque coloré, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v. Avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56. Lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627.

Lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue, après 1617. Cachet ovale en gomme laque colorée, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v, avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56, lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627. (BnF, Ms. fr. 20485, fol. 3v).

Le premier exemplaire de « cire vitreuse » que nous avons pu observer est visible sur la ratification du traité de Cateau-Cambrésis, par les ambassadeurs français et espagnols[2]. L’introduction en France de la cire d’Espagne rouge et mate, additionnée de térébenthine, craie et autres composants, que nous connaissons encore aujourd’hui, n’a pas encore fait l’objet d’études historiques et physico-chimiques. L’observation d’un matériel important (empreintes, textes et matrices), en Archives, musées et bibliothèques, serait nécessaire pour préciser les évolutions technologiques concernant ce matériau, et mettre en parallèle les usages sigillaires et épistolaires.

Lire la suite