Collection Clairambault

Signalement de la collection Clairambault

  • Volumétrie : 1354 volumes emboîtés ou reliés in-folio. La collection contient 22890 sceaux
  • Cotes extrêmes : 1-1354.
  • Fonds liés :  Cabinet des Titres (de nombreuses pièces tirées de la collection Clairambault et Gaignières sont entrées en PO). Manuscrits français, Nouvelles acquisitions françaises.
  • Dates extrêmes : Xe-XVIIIe siècles.
  • Classement : les volumes 1-279 en tête de collection correspondent à la 5e division « Titres scellés » du Cabinet des Ordres, en grande partie détruit sous le Directoire. Ils sont divisés en quatre grands segments, eux-mêmes classés chronologiquement ou alphabétiquement.

Par ordre chronologique :      

1. Vol. 209-227 : Titres scellés provenant de la Chambre des comptes.
2. Vol. 234-239 : Montres.
3. Vol. 312-452: Correspondance diplomatique.
4. Vol. 461-468 : Dépêches de Colbert départis dans les provinces.
5. Vol. 469-473 : Comptes.
6. Vol. 652-657 : Résultats originaux des Conseils du roi.
7. Vol. 659-663 : Inventaire et extraits des arrêts du Conseil d’État.
8. Vol. 665-704 : Minutes d’expéditions faites par le secrétaire d’État.
9. Vol. 747-752 : Minutes d’expéditions de la grande chancellerie.
10. Vol. 763-765 : Extraits des registres du châtelet.
11. Vol. 791-797 : Papiers de Colbert.
12. Vol. 832-842 : Officiers des maisons royales et princières.
13. et 14. Vol. 1111-1174 et 1231-1239 : Recueils sur les ordres du Saint-Esprit.
15. et 16. Vol. 1191 et 1247-1304 : Comptes des ordres du roi.
17. Vol. 1242-1245 : Recueil sur l’Ordre de Saint-Michel

Par ordre alphabétique :                                                                                          

1. Vol. 3-115, 119-135 et 136-208 : Titres scellés.
2. Vol. 564-565 : Pièces relatives aux abbayes.
3. Vol. 722-735 : Documents sur les duchés paieries.
4. Vol. 873-890 : Pièces relatives à la marine.
5. Vol. 1053-1057 : Mélange biographique et littéraire.
6. Vol. 1058-1110 : Mélanges généalogiques.


  • Note biographique sur les anciens possesseurs :

Pierre Clairambault (1651-1740) était généalogiste des Ordres du roi sous Louis XIV puis Louis XV, depuis 1698. Les familles s’adressaient à lui pour obtenir leur généalogie, avant de se présenter à Charles d’Hozier, juge d’arme, pour avoir leurs armoiries.

  • Note sur l’historique du fond :

Attaché à la rédaction du Catalogue général de la noblesse, Clairambault eut entre les mains les pièces d’archives qui constituèrent le Cabinet des Ordres (à ne pas confondre avec le Cabinet des titres). En 1676, puis en 1693, il prêta son concours à Bossuet, puis Fénelon, pour l’instruction historique des enfants de France, et  fit un grand nombre de copies et d’extraits d’ouvrages de la Bibliothèque royale et des archives de la Cour des Comptes, aujourd’hui détruites. Ces copies et extraits, accompagnés d’originaux du XVIe et du XVIIe siècle, ne représentaient pas moins de 141 volumes dont 140 sont conservés dans la collection sous les cotes 312-452. Composant des recueils, il leur adjoignit les mémoires des Guise et de Colbert, ainsi que les papiers de l’historien Jean Le Laboureur. En 1755, quinze ans après la mort de Clairambault (survenue le 14 janvier 1740), son neveu et successeur céda le Cabinet à l’Ordre du Saint-Esprit. Déposé en 1772 au couvent des Grands-Augustins,  où il était ouvert au public, le Cabinet fut transporté à la Bibliothèque royale en mai 1792 sur ordre du Directoire. Peu de temps après, un décret de l’Assemblée nationale condamna au feu plus de la moitié du Cabinet des Ordres. Le 18 juin 1792, on brûla ainsi place Vendôme 600 volumes de la collection de Clairambault, dont il ne  subsiste aujourd’hui que 1354 volumes.

  • Traitement d’ensemble subi par le fonds :

La majeure partie des pièces rassemblées par Clairambault a été reliée par ses soins, de son vivant. Lors de sa cession à l’Ordre du Saint-Esprit, en 1755, la collection comprenait, outre les volumes reliés (cf. Coll. Clairambault,  vol. 1224, f°240 et 265 ; vol. 1354, f° 2-6)  :

  • « 1317 boîtes remplies de Généalogies ou mémoires généalogiques » (entièrement brûlés en 1792) ;
  • « 11 portefeuilles et 3 boîtes de pièces à classer » (qui furent alors versés dans les Mélanges ou collés sur des supports et reliés en 73 volumes) ;
  • « 1955 jetons d’argent armoriés » ;
  • « 162 »portraits peints de rois, reines et princes ».

Dans son grand âge, Clairambault avait tenté de rédiger ce qu’il appelait son « testament », à savoir une table alphabétique et encyclopédique des 13 divisions de sa collection, testament qui semble être conservé dans les volumes 1327-1248 de la collection actuelle. Un inventaire venait compléter cette table, en volume 1351. Après avoir été déposés à la Bibliothèque, le Chansonnier et l’Epitaphier entrèrent en manuscrits français (Nouv. acq. franç. 1050, 1686, 12686-12743 ;  ms. franç. 8216-8240). La collection fut fondue en une seule série en 1874. A la même époque, Louis  Paris et Ulysse Robert firent l’inventaire des volumes de l’ordre du Saint-Esprit. La grande vague d’érudition sigillographique ne devait pas épargner la collection : les Titres scellés furent inventoriés et moulés par Demay en 1885-1886. Henri Bouchot releva également les dessins de sceaux de Gaignères dans quelques volumes de la collection Clairambault.

En 1932, Philippe Lauer estimait les pertes subies par la collection en comparant les 13 anciennes sections et les épaves conservées à la Bibliothèque (Catalogue, tome I, p. XIII-XXI). Il dressa un catalogue détaillé, comprenant les dates extrêmes et le nombre de feuillets, ainsi que des remarques historiques ou matérielles.

  • Catalogues et inventaires généraux :

LAUER Philippe,  Catalogue des manuscrits de la collection Clairambault, 3 tomes, chez Ernest Leroux, Paris, 1932. Le catalogue offre un inventaire analytique des numéros, en indiquant leur contenu général et détaillé, feuillet par feuillet,  ou, plus généralement, en indiquant les dossiers et pièces remarquables. Il donne le siècle de production des pièces et/ou le nombre de feuillets, plus rarement des indications sur la reliure, la nature matérielle des supports et le format. L’introduction donne un historique de la collection, de ses remaniements et son classement actuel. L’index par nom de personnes, de lieux ou de thèmes est donné dans le premier tome.    

PARIS Louis, ROBERT Ulysse, Inventaire détaillé des tomes 1111 à 1140 du Recueil sur les Ordres du Saint-Esprit dans le Cabinet historique, Paris, 1871-1874, 1878-188                                                             

Catalogue Archives et Manuscrits : 1354 cotes sous 274 unités de recherche.  Microfilms d’après des clichés en noir et blanc. Les recueils de l’Ordre du Saint-Esprit et quelques recueils de Titres scellés sont accessibles sur Gallica.

URL :   http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/cdc.html [consulté le 20 septembre 2013]                                                          

  • Catalogues et inventaires sigillographiques

DEMAY Germain, Inventaire des sceaux de la collection Clairambault à la Bibliothèque nationale, Collection de documents inédits sur l’histoire de France n°99, 2 vol., Paris, 1885-1886. Sceaux des Titres scellés moulés dans la collection sigillographique dite « de Clairambault » ,  aux Archives nationales. L’inventaire est classé par ordre alphabétique des noms de sigillants. Sont indiqués : les titres du sigillant ; une description iconographique et une retranscription de la légende ; la nature diplomatique de l’acte ; la forme du sceau, ses dimensions ; le volume et le feuillet de la pièce scellée. Le mode d’apposition et la couleur du sceau ne sont pas donnés. En tome 2, on trouvera les offices, juridictions, métiers des Titres scellés, ainsi qu’une table héraldique pour faciliter les recoupements iconographiques.

FLANDRIN A., Inventaire des pièces dessinées ou gravées relatives à l’histoire de France conservées au Département des Manuscrits dans la collection Clairambault sur l’Ordre du Saint-Esprit, Paris, 1887

BOUCHOT Henri, Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières et conservés aux Départements des Estampes et des Manuscrits, Paris, 1891 [inv. des dessins des vol. 632-637, 640, 641, 644-646 de la coll. Clairambault]

Outre les sceaux moulés en collection « Clairambault » aux Archives nationales, les sceaux de recueils de l’Ordre du Saint-Esprit (1188, 1203, 1204), ont été moulés en collection dite « de Lorraine » aux Archives nationales, sous les cotes L1060-1078. Ceux des Templiers (vol. 1313 à 315) sous les cotes L1079-1121. GALLAND Bruno (sous la dir.), Collection des moulages de sceaux dite « collection Lorraine », catalogue par Henry de Curzon repris et mis en forme par Martine Lepany, Centre historique des archives nationales, 2003 PDF en ligne.

Il existe également un cahier de mouleur, correspondant au travail de moulage de la collection éponyme aux Archives nationales et à l’inventaire de Demay. Il est actuellement conservé au Centre de sigillographie (Archives nationales).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *