Le laboratoire de la BnF

  1. Présentation du laboratoire

  La  mission principale du laboratoire de la BnF est de fournir assistance et conseils au personnel chargé de la conservation des collections (conservateurs et restaurateurs de la BnF et des bibliothèques des pôles associés), mais également de répondre à la demande d’autres établissements. C’est un véritable étai au travail des ateliers de restauration et de conditionnement, et un interlocuteur privilégié pour le contrôle sanitaire des lieux de conservation.

Outre un pôle microbiologique, les 4 chimistes présents sur Richelieu et Bussy-Saint-Georges peuvent effectuer des analyses de matériaux telles que :

  • Identification des matériaux par microscopie optique (composition fibreuse, analyse histologique, etc.)
  • Analyse des constituants et des produits de dégradation par des méthodes chromatographiques et spectrométriques : CPG/SM, HPLC, IRTF, spectrophotométrie UV-visible, colorimétrie, DSC
  • Analyse des constituants et des produits de dégradation par des méthodes physiques : MEB et sonde élémentaire, photographies sous IR ou sous fluorescence en UV, émissiographie, diffraction X. Le laboratoire de la BnF n’étant pas doté des équipements nécessaires aux analyses de composés inorganiques, celles-ci sont réalisées grâce à ceux de laboratoires partenaires (C2RMF, LRMH, CRCC…)
  • Essais mécaniques des matériaux par des tests normalisés de résistance à la traction, à la déchirure, au pliage et à l’éclatement
  • Essais de vieillissement accéléré à la chaleur humide et à la lumière.

L’équipe a été sollicitée pour contribuer au projet de recherche sur les actes scellés : il s’agit d’un des volets essentiels  à la pérennisation des savoir-faire.

  1. Le laboratoire et le projet de recherche : où la recherche appliquée rejoint la recherche fondamentale

  La restauration des sceaux a bâti un empire sur des fondements essentiellement empiriques, reposant eux-mêmes posé en sur l’ingéniosité et la démarche  analytique des restaurateurs. Certaines zones d’ombre continuent toutefois de peser sur socle argumentatif des protocoles de traitements : ici s’ouvre la voie à l’interdisciplinarité. Le dialogue entre sciences physique, chimique, mécanique, technologique, historique et archivistique enrichie les connaissances des acteurs patrimoniaux autant qu’elle oriente l’action.

 Dans le cadre du projet de recherche, trois critères  de sélection des axes ont été pris en considérations :

  • les lacunes de la bibliographie technique en matière de restauration-conservation d’actes scellés ;
  • les besoins des ateliers (pour les protocoles de traitement, les mises en œuvres techniques, les achats de matériel adapté, etc.) ;
  • le non-recoupement avec d’autres champs de recherche déjà creusés par d’autres institutions.

Voici les axes de recherches retenus, dans l’ordre des priorités:

[1]   la connaissance des plages de températures de transition vitreuse (Tg) et de température de fusion (Tf) des cires originales et des cires de restauration, avec des différentes variables (composition, vieillissement, cires en mélange à différentes proportions). Ce point est extrêmement important pour améliorer les mises en œuvre, cibler l’achat de matériel, déterminer les conditions de conservation et d’exposition, appréhender la réversibilité des cires de restauration, etc. Ce point sera prioritairement traité par l’équipe du laboratoire.

[2]   L‘identification des composants du Labwash©, tensioactif utilisé pour le nettoyage des cires, et des éventuels résidus qui pourraient subsister sur la surface des cires après rinçage. (Validation ou invalidation de ce produit pour la restauration. Le cas échéant, recherche d’un produit de substitution.)

[3]   la compréhension du comportement chimique, mécanique et rhéologique des cires de restauration en mélange avec des charges minérales alcalines (vieillissement, comportement mécanique, réactions chimiques possibles, etc.), pour opacifier les cires de restauration appliquées en couche mince.

[4]   la détermination du comportement mécanique des cires originales  et des cires de restauration (comportement élastique ; point de rupture en cisaillement, clivage), pour déterminer leur compatibilité. Cette proposition doit répondre à une question essentielle : est-ce la cire originale ou la cire de restauration qui se brisera en cas de choc?

[5]   le comportement chimique des cires de restauration laissées en contact prolongé (plusieurs années) avec des papiers ou parchemins. Y-a-t-il migration de composants de la cire de restauration vers le matelas fibreux du support d’écriture?

La mise en œuvre de ces divers axes de recherches pourra aussi être l’occasion de solliciter des partenaires extérieurs et/ou des étudiants, dans une optique pédagogique.

 

Une réflexion au sujet de « Le laboratoire de la BnF »

  1. Je recherche depuis plusieurs mois l’appartenance d’un sceau présentant une aigle portant une orbe crucifère et un sceptre Romains.

    Le Ministère des Sceaux et la conservatrice du Musée Royal de Varsovie ont pu dater ce sceau vers 1650.

    Il appartient de toute évidence à un Roi des Romains mais lequel ?.

    Je penchais vers le grand électeur Frédéric Guillaume I de Brandebourg ( Roi des Romains ) on trouve des restes de lettres ISE suivies de deux points d’abréviation : .
    Pouvez vous m’aider dans cette recherche si je vous envoie une photo de ce cachet de cire rouge d’environ 1,8 centimètre.

Répondre à brugere Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *