Référentiel de numérisation des sceaux et actes scellés à la BnF

Attention : la publication en ligne de ce document, qui s’applique au sein de la BnF, est destinée à aider des équipes désirant numériser des pièces scellées. Elle n’a pas valeur normative, et, si elle est utilisée, elle doit faire l’objet de discussions au sein des équipes techniques et des équipes en charge des collections ou des fonds, pour évaluer sa faisabilité et sa concordance avec les objectifs de numérisation de l’établissement.

 

1           Introduction

La rédaction des scenarii de numérisation d’actes scellés résulte d’un travail de recherche sur la conservation, la restauration et la valorisation des actes scellés conservés à la Bibliothèque nationale de France. Ce travail fédère plusieurs équipes, au sein des trois sites parisiens de la BnF, dans le cadre du projet de recherche triennal DSC-SCEAUX Développement d’outils d’analyse, de documentation et de conservation des chartes scellées du département des Manuscrits (septembre 2013-août 2015) porté par le département de la conservation (DSC).

Les recommandations de numérisation répondent aux besoins formulés par les acteurs du projet, tant au département de la conservation qu’au département des manuscrits (MSS). La numérisation des actes scellés conditionne leur diffusion auprès des chercheurs, qui ne disposent pas de publications systématiques de ces archives. Elle participe à la conservation de ces mêmes archives, en limitant fortement la communication des originaux. Une remarque essentielle doit toutefois être soulignée : l’image numérique, aussi indispensable soit elle, ne remplace pas les moulages de sceaux, autre grand support de substitution pour la consultation. La couverture numérique des pièces scellées offre une vue complète d’une unité archivistique, en plus d’informations absentes des publications et moulages. Elles complètent utilement les moulages de sceaux, en ouvrant la voie aux champs de recherche plein texte sur les différentes empreintes d’une même matrice, l’utilisation diplomatique de ces sceaux, etc. Les moulages offrent une qualité incomparable de lecture des reliefs et de l’iconographie, grâce à l’effet de patine, mais ne s’étendent guère sur les aspects diplomatiques des empreintes. Si la numérisation ne peut couvrir de manière exhaustive les actes scellés, elle doit être pensée en termes de support de substitution complétée par les moulages de sceaux. Ces derniers font par ailleurs l’objet d’une numérisation en cours aux Archives nationales.

Les règles présentées ci-après se proposent d’offrir une interface numérique résultant d’une concertation sur les besoins des chercheurs, la consultation des recommandations et normes des Archives de France et l’ajustement au guide d’harmonisation des pratiques de numérisation édicté et régulièrement mis à jour par le département de la reproduction (DRE). Ainsi, l’unité choisie est la pièce scellée ou le volume de pièces scellées, non le sceau.

2          Textes applicables, recommandations et expériences consultées pour la rédaction

Les scenarii de numérisation se fondent sur un ensemble dense de règles, normes, et expériences d’autres institutions patrimoniales. Nous les indexons dans ce paragraphe, en renvoyant le lecteur aux textes et URL citées.

2.1          Référentiels de la Bibliothèque nationale de France

Dans un souci d’harmonisation des protocoles et d’actualisation permanente des pratiques, la Bibliothèque nationale met à disposition de ses agents et prestataires des référentiels de numérisation. Le traitement des actes scellés trouve logiquement sa place dans cet éventail de recommandations, dont la majorité des articles s’applique sans modification :

BnF-ADM-2012-035803-01 : Harmonisation des règles de numérisation Août 2012.

BnF-ADM-2013-086132-01 : Référentiel de numérisation des documents opaques : http://www.bnf.fr/documents/ref_num_doc_opaques.pdf

2.2         Recommandation et normes des Archives de France

La norme ISAD (G) de description des collections sigillographiques DITN_RES_2005_003, publiée le 29 mars 2005, offre une structure de description des actes scellés et objets sigillaires :

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/1086

2.3         Bases de données en ligne, avec interface imagée (liste non exhaustive)

La base du trésor des chartes des ducs de Bretagne, mise en ligne par les Archives départementales de Loire Atlantique :

http://www.loire-atlantique.fr/jcms/cg1_252737/tresor-des-chartes?portal=cg_11058

La base Archim des Archives nationales, (partie FLORILEGE de la base) :

http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/dossiers.htm

La base des actes de l’abbaye de Clairvaux, mise en ligne par les Archives départementales de l’Aube :
http://www.archives-aube.fr/arkotheque/clairvaux/

La base des sceaux de la Bibliothèque de l’Institut :

http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/ftp/sceaux/aide.php#

3          Typologie des documents scellés conservés dans les collections

La multiplicité des formes diplomatiques et sigillographiques des actes scellés ne peut être décrite ici. Nous renvoyons aux annexes pour un glossaire diplomatique et sigillographique simple. Les précisions que nous donnons ici sont d’ordre organisationnel.

Les unités à traiter appartiennent, de par leur nature, à deux catégories de documents :

  1. Iconographie, manuscrits (IFN)
  2. Les objets (IFN)

Elles ne répondent donc pas à l’intégralité des règles du Référentiel de numérisation des documents opaques, puisque les sceaux sont classés dans la catégorie des « objets ».

Le traitement des unités peut être réalisé en mode relié ou pièce, selon l’organisation intellectuelle et, dans une moindre mesure, la présentation physique de ces mêmes unités.

4          Précautions de manipulation

4.1          Précaution de manipulation et de déplacement

  • Les actes scellés doivent être manipulés en présence d’un restaurateur ou d’un agent familier de la conservation de ce type de document.
  • Le parchemin se déforme très rapidement (en quelques minutes) lorsqu’il est soumis à des variations d’humidité relative et de chaleur : on prendra soin de ne pas le sortir trop à l’avance de sa boîte de conditionnement. En cas de pause au cours de la séance de numérisation, il est possible de placer un papier de conservation sur le document pour limiter les déformations, en signalant sa présence.
  • Ne jamais prendre le document par le sceau en laissant pendre le parchemin, ou par le parchemin en laissant pendre le sceau, pour éviter toute rupture des attaches ou déchirure du parchemin.
  • Ne jamais déplacer un sceau en l’attrapant par les attaches en parchemin ou en textile, mais toujours maintenir délicatement la galette de cire.
  • Eviter tout geste brusque risquant de fragiliser le sceau (poser délicatement le document).
  • Eviter de le déplacer inutilement ou de créer des tensions sur les attaches.
  • Avant tout déplacement de la charte, s’assurer de l’espace sur lequel elle sera posée : il doit être stable, le parchemin ne doit pas être plié et contraint, le sceau doit être calé.
  • Pour transporter la charte, utiliser son plateau ou son conditionnement prévu à cet effet.
  • Pour retourner une charte, toujours se saisir du parchemin et du (des) sceau(x). Demander de l’aide à un collègue s’il y a plusieurs sceaux.
  • Si le parchemin présente des plis marqués gênant la prise de vue, consulter un restaurateur pour aviser de son traitement. Ne jamais tenter de le déplier ou de l’aplanir fortement.

4.2         Précautions de stockage

  • Eviter de poser la charte dans une zone de passage.
  • Eviter de poser la charte à proximité d’un point de chaleur (chauffage, lampe ou spot chauffant). La température peut catalyser la dégradation de la cire à partir de 35°C.
  • Eviter d’exposer les lacs de soie plusieurs heures d’affilées à la lumière : les colorants sont souvent photosensibles.
  • Lorsque la charte est en attente, refermer le couvercle de la boîte et la mettre en lieu sûr. La boîte temporise les variations hygrométriques et thermiques.

5          Spécifications techniques applicables aux modes reliés et « pièces »

5.1          Format de fichier

Pour les nouveaux marchés de numérisation, le format demandé est le JPEG 2000. Pour les marchés en cours et la production interne, le format utilisé est actuellement le TIFF V6 monopage non compressé 24 bits.

5.2         Résolution

Les prises de vue générales seront numérisées, sauf exception, à 400 dpi, et les vues sur les sceaux entre 800 et 1200 dpi.

6          Les règles de prise de vue : application des 13 règles générales aux unités scellées

Les règles citées sont tirées du référentiel de numérisation des documents opaques, version juillet 2014 (http://www.bnf.fr/documents/ref_num_doc_opaques.pdf). Elles s’appliquent toutes à la numérisation des actes scellés, aussi la consultation de ce référentiel est-elle indispensable.

Noter que le sens le présentation du sceau sur l’image (référence : règle n°5 du référentiel de numérisation des documents opaques) est celui de sa lecture naturelle par rapport au support opaque écrit, qui ne correspond pas forcement à l’orientation verticale de l’image du sceau. Le sens de numérisation du contre-sceau est identique à celui du recto, même si la lecture du verso implique une rotation du document.

Précision à la règle n°10 sur les « Dépliants, paperolles, retombes, et autres collettes, repentirs et masques » : dans le cas de plusieurs parchemins scellés, pliés et collés sur une page, on prendra une prise de vue avec l’ensemble des parchemins pliés, puis avec l’ensemble des parchemins dépliés. Dans le cas de chartes non reliées (par exemple des chartes conservées en boîte) présentant un pliage d’origine (pliage de chancellerie, le plus souvent), on placera la séquence d’images pliées/dépliées avant les gros plans du sceau.

7          Règles pour les prises de vue : cas d’un document non relié ou en mode « pièce »

7.1           Ordre hiérarchique de la présentation des images numérisées: scenario général

Les images numérisées doivent être rendues dans l’ordre suivant (les spécificités techniques seront détaillées ci-après) :

1.          Vue du recto de la charte, dans son intégralité.

2.          Vue du recto avec repli ouvert s’il y a une signature ou une mention écrite sous le repli, dans son intégralité.

3.          Vue du verso, dans son intégralité

4.          Vue de la face (des) sceau(x) en gros plan, en cadrant sur la galette de cire sans tenir compte des attaches.

5.          Vue du revers (des) sceau(x) en gros plan, en cadrant sur la galette de cire sans tenir compte des attaches.

Par exemple :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55008260p/f1.item.

Dans la mesure du possible, les prises de vue seront effectuées dans l’ordre de présentation final. Dans tous le cas, la préservation du document prime, et il convient de privilégier le minimum de manipulations. Par exemple, dans le cas d’un document multiscellé, il est possible de prendre la (les) vue(s) générales de recto, puis toutes les vues en gros plans de la face des sceaux, avant de retourner le document et de prendre la vue générale du verso et les vues en gros plan des revers des sceaux.

1.2          Spécificités techniques des documents en mode non reliés ou « pièces »

1.2.1           Fond

Les prises de vue doivent être effectuées sur fond standard normalisé « coquile d’œuf », pour harmoniser les clichés avec l’ensemble des images versées dans Gallica, et ne pas boucher le parchemin. Le fond noir, bien qu’améliorant la lisibilité des reliefs de cire, ne sera donc pas utilisé à la BnF.

1.2.2          Instrument annexé

Une échelle millimétrée doit être placée en haut à gauche du parchemin, verticalement, parallèlement au bord gauche du parchemin, à 3cm du bord gauche du parchemin ; le départ de la mire (0cm) est ajusté d’équerre au niveau du bord supérieur du parchemin. Une mire numérique pourra éventuellement être intégrée aux clichés, lors du traitement des images. Cette mire est essentielle pour les chercheurs : elle seule permettra de comparer deux sceaux dont l’iconographie est très proche, et d’avancer une identification rigoureuse.

1.2.3          Eclairage

La lumière doit permettre, en priorité, une bonne lisibilité du texte du parchemin.

L’éclairage doit mettre en valeur les reliefs du sceau du mieux possible. Ainsi, le jeu des ombres et ombres portées est-il accepté, puisque lui seul permet une lecture correcte des reliefs. Un réflecteur en papier peut-être utilisé pour neutraliser une ombre trop sombre sur une partie du sceau, qui gênerait sa lecture. La brillance de la cire ne représente pas une gêne en soi, sauf si elle perturbe notablement la lecture du sceau.

La fidélité de la couleur du sceau original est très importante : il s’agit d’une donnée susceptible d’interprétations diplomatiques, symboliques et historiques. Par exemple, un sceau en cire « blanche » (perçue comme telle) de Louis XI ne devra pas être foncé (la majorité des sceaux de Louis XI sont blancs), pas plus qu’un sceau encire blanche de Blanche de Castille (le sens de la couleur est ici potentiellement en lien avec le nom de la sigillante).

1.2.4          Cadrage

Le cadrage des prises de vue est effectué de la sorte (les numéro des règles renvoient au Référentiel de numérisation des documents opaques) :

1.2.4.1          Pour les prises de vues intégrales (1, 2 et 3)

  • Aucun élément ne doit dépasser du cadrage (règle 7). Les attaches du sceaux doivent apparaître entièrement sur l’image.
  • Il n’est pas nécessaire que le parchemin soit totalement plan. L’objectif de la prise de vue est la lisibilité de toutes les parties écrites, sans qu’elles soient occultées par un autre élément. En cas de doute, consulter un restaurateur (règle 4).
  • Ne jamais forcer les attaches à prendre une position contrainte (ex. : ne jamais plier les attaches de parchemin ou les passementeries)
  • Les fils de soie des lacs doivent être respectivement présentés groupés en faisceau, non éparpillés.
  • Lorsqu’un élément significatif apparait sous le repli (signature ou mentions écrites), on prendra une image de sorte à faire apparaître cet élément (règle 10). Le repli sera alors calé avec un poids souple, de sorte à ne pas contraindre, plier ou altérer le parchemin. Les replis peuvent aussi être maintenus à la main, en portant des gants, qui apparaitront à l’image : l’objectif reste une visibilité des parties écrites sous le repli, généralement des signatures, qui constituent un élément de critique diplomatique important. L’intégrité du document est prioritaire : si la configuration du document ne permet pas d’accéder à l’intégralité de la signature ou de la mention, ne jamais essayer de forcer le parchemin ou les attaches du sceau. Prendre en ce cas les clichés avec les éléments visibles, sans chercher à montrer les éléments cachés, que l’on pourra décrire dans les métadonnées.
  • (Les recommandations qui suivent ne sont pas impératives: toujours aviser en fonction de l’état de conservation du document.)
  • Lorsque les attaches de textile sont très longues sous le sceau, on les disposera de préférence horizontalement, parallèlement au bord inférieur des parchemins, tournées vers la droite ou la gauche, sauf dans le cas de chartes multiscellées (cf. recommandations particulières).
  • Lorsque la distance entre le sceau et le bas inférieur du parchemin est supérieure à 10cm, on pourra incurver légèrement les lacs de soie, en forme de U (le creux du U étant tourné vers la droite ou la gauche), de sorte à rapprocher le sceau du parchemin.

1.2.4.2          Pour les prises de vue des sceaux en gros plan

  • Pour ces prises de vue, ne pas tenir compte des attaches de parchemin ou de textile.
  • Le cadrage doit prendre en compte toute la surface (face puis revers) de la galette de cire, sans tronquer un élément et sans tenir compte des perspectives latérales du sceau (règle 7).
  • Dans le cas d’un sceau pendant, la prise de vue du revers est obligatoire, même s’il ne semble pas porter d’élément significatif (empreinte de sceau, de doigts, de phalange ou autre). Le sens de présentation du verso est identique à celui du recto, même si cela implique une rotation du document à la lecture (règle 5).
  • Dans le cas d’un sceau plaqué sur le parchemin ou le papier, on réalisera une image en gros plan de la face seulement.

 

1.3          Recommandations particulières

Les configurations de documents scellés sont très variées et ne peuvent être exhaustivement décrites. Si le cas n’est pas mentionné ci-dessous, prendre l’avis du conservateur référent et d’un restaurateur. Le bon sens a ici force de loi : c’est la bonne conservation du document qui doit primer sur le reste. Les recommandations ci-dessous viennent compléter les indications générales.

1.3.1           Cas de chartes multiscellées

  • Les 13 règles du référentiel de numérisation s’appliquent. On consultera plus particulièrement la règle 9 relative aux grands formats.
  • Le scenario général de numérisation des actes scellés s’applique, sauf l’article sur la possibilité de disposer horizontalement les lacs textiles, rectifié par l’article ci-dessous.
  • Les attaches doivent être disposées verticalement, parallèlement les unes aux autres dans la mesure du possible. Si la charte présente des sceaux scellés latéralement, on disposera les attaches horizontalement et parallèlement les unes aux autres.
  • L’organisation logique des images devra conserver les binômes consécutifs et logiques « face-revers » de chaque sceau (et non présenter toutes les faces puis tous les revers), de gauche à droite.
  • Il est indispensable de s’assurer auprès du conservateur ou responsable du fond du sens de lecture des sceaux, généralement de gauche à droite, ou selon des niveaux hiérarchiques de sigillants, lui-même matérialisé par une certaine disposition des sceaux (cas rare).

Par exemple : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55008251q/f1.image.r=

 

1.3.2          Cahier scellé

  • Les 13 règles du référentiel de numérisation s’appliquent.
  • Le scenario général de numérisation des actes scellés s’applique, avec des prises de vue supplémentaires.
  • Si l’ouvrabilité du cahier le permet, l’ordre des prises de vue sera celui documents traités en mode relié, avec une couverture de prises de vue complète (règle n°1). Les prises de vue en gros plan de la face et du revers du (des) sceau(x) seront ajoutées après les séquences d’images allant du plat supérieur au plat inférieur
  • Pour les prises de vue des feuillets, ne pas tenir compte du sceau et des attaches (règle n°7).
  • Pour les prises de vue intégrale (1, 2 et 3), le sceau doit être disposé en dessous du cahier, dans l’axe vertical du fond de cahier.
  • Si le cahier n’est pas ouvrable sans le forcer, consulter un restaurateur de l’atelier.

 

1.3.3          Sceau dans une boîte fermée

  • Les 13 règles du référentiel de numérisation s’appliquent, avec les précisions données dans le tableau 1.
  • Le scenario général de numérisation des actes scellés s’applique, avec des prises de vue supplémentaires.
  • La boîte doit être ouverte lors de toutes les prises de vue, si son état le permet : prendre l’avis d’un restaurateur.
  • Lors des prises de vue intégrale (1, 2, et 3), le couvercle de la boîte sera disposé à droite du sceau dans le même axe horizontal, de manière à ne gêner aucun autre élément. La face interne de la boîte sera montrée en même temps que la vue du recto du document, et le revers en même temps que le verso.
  • Lors des prises de vue en gros plan de la face et du revers du sceau (4, et 5), le couvercle de la boîte sera disposé à droite du sceau dans le même axe horizontal, de manière à ne gêner aucun autre élément. La face interne de la boîte sera montrée en même temps que la vue du de la face du sceau, et le revers en même temps que le revers du sceau.

 

1.3.4          Cas de plusieurs parchemins retenus par un même sceau (ou plusieurs sceaux)

  • Les 13 règles du référentiel de numérisation s’appliquent, avec les précisions données dans le tableau 1.
  • Le scenario général de numérisation des actes scellés s’applique, avec une (des) prises de vue supplémentaires.
  • Si la configuration du document le permet, la règle 10 du référentiel des documents opaques s’applique (règle sur les documents pliés, etc.). Prendre les prises de vue suivantes :

1.     Vue du recto de la charte, dans son intégralité.

1bis : Vue du recto du parchemin qui était partiellement ou totalement occulté. L’autre parchemin est temporairement maintenu en place avec un poids souple de l’atelier de restauration. Sur cette prise de vue, on fera apparaître le texte du parchemin qui était occulté. Le cadrage est le suivant : faire apparaître les trois bords du parchemin non maintenus par le sceau, le quatrième bord du parchemin maintenu par le(s) sceau(x) sur 1 cm, et le texte dans son intégralité. Ne pas tenir compte des autres parchemins et du (des) sceau(x).

1ter : agir de même avec les autres parchemins occultés, le cas échéant.

2.     Vue du recto avec repli ouvert s’il y a une signature ou une mention écrite sous le repli, dans son intégralité.

3.     Vue du verso, dans son intégralité.

4.     Vue de la face (des) sceau(x) en gros plan, en cadrant sur la galette de cire sans tenir compte des attaches.

5.     Vue du revers (des) sceau(x) en gros plan, en cadrant sur la galette de cire sans tenir compte des attaches.