Quand Marie de Médicis commande ses sceaux

Les archives du Moyen Age livrent parfois quelques traces de la commande de matrices royales, laissant au chercheur le soin de reconstituer les étapes de la confection technique et de l’articulation entre volonté souveraine et liberté artistique. Les archives de l’époque moderne ouvrent quant à elles des perspectives inexplorées et en confirment d’autres, tout en précisant les chemins de la jussio, soit  les modalités de la prise de décision du commanditaire. Nous avions déjà donné quelques textes intéressants, qui avaient fait l’objet d’une collecte d’érudits des XVIIe et XVIIIe siècles, parvenus en conséquence à la BnF. Nous en donnons deux autres exemples, qui montrent au passage la complexité de la recherche de textes parfois non signalés par le contenu descriptif des cotes, celles-ci ne pouvant pas raisonnablement rendre compte de la totalité du contenu (les textes en question passent donc inaperçus dans les bases de données avec recherche par mot-clé; d’où la complémentarité des formes d’instruments de recherche, et l’importance d’une réflexion sur les méthodes d’exploration…).

Il s’agit des paiements des deux matrices des grands sceaux successifs de Marie de Médicis, le premier datant de 1612 et le second de 1617. Pierre Turpin, graveur des sceaux et cachets du roi, a bien été sollicité pour confectionner ces sceaux[1]. Plusieurs aller-retours entre Paris et Fontainebleau, puis Paris et Blois, ont été nécessaires. Turpin a ainsi validé les différentes étapes de sa composition en présentant à la reine des dessins (« enluminures ») et des plâtres ou cires d’essais (« empreintes », « matricules, « tables »). Le rôle du chancelier de la reine n’est pas exactement précisé, en 1617, bien qu’il réceptionne les matrices achevées. Précisons que le contre-sceau n’a pas été remplacé, ni modifié, en 1617 ; il continue donc de servir en l’état. Seule la face change, et notamment l’effigie de la reine et probablement la légende, Marie n’étant plus régente en 1617. Remarquons également que la date de la gravure de la seconde matrice concorde avec celle du nouveau grand sceau de Louis XIII : ce choix est probablement dicté par les évènements politiques de 1617, avec l’assassinat de Concini et la prise en main du pouvoir par Louis XIII écartant sa mère.

Le texte de 1617 signale aussi que Pierre Turpin a gravé plusieurs « cachets d’argent » au manche d’ébène, certains étant destinés à la cire commune (soit de la cire d’abeille colorée par des pigments rouges, peut-être mélangée à des additifs), d’autres à la « cire d’Espagne ». En 1617, la cire d’Espagne telle que nous la concevons aujourd’hui n’est pas encore répandue en France. On utilise de la gomme laque, une sorte de résine de cochenille colorée,  très cassante et vitreuse, qui se noircie facilement. La technique de scellage est alors la même que celle qui sera utilisée jusqu’à nos jours, avec un bâtonnet de cire chauffé près d’une flamme. La gomme laque ne ferme pas directement le pli de papier : celui-ci est maintenu clos pas des brins de soie colorés, dont les extrémités sont bloquées par les sceaux.

Fol. 3 : lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue. Cachet ovale en gomme laque coloré, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v. Avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56. Lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627.

Lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue, après 1617. Cachet ovale en gomme laque colorée, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v, avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56, lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627. (BnF, Ms. fr. 20485, fol. 3v).

Le premier exemplaire de « cire vitreuse » que nous avons pu observer est visible sur la ratification du traité de Cateau-Cambrésis, par les ambassadeurs français et espagnols[2]. L’introduction en France de la cire d’Espagne rouge et mate, additionnée de térébenthine, craie et autres composants, que nous connaissons encore aujourd’hui, n’a pas encore fait l’objet d’études historiques et physico-chimiques. L’observation d’un matériel important (empreintes, textes et matrices), en Archives, musées et bibliothèques, serait nécessaire pour préciser les évolutions technologiques concernant ce matériau, et mettre en parallèle les usages sigillaires et épistolaires.

Lire la suite