Quelques représentations de scellage en Chancellerie

Rares sont les représentations de scellage, médiévales ou modernes. Georges Tessier, dans « L’audience du sceau », suivi du Vocabulaire de diplomatique , distingue bien l’acte technique du scellage, d’une part, et l’action performative du scellement, qui donne force de validation et d’authentification aux actes. En ce sens, on peut dire que seul le scellage est représentable, le scellement étant sous-tendu par une oscillation entre processus juridique et réception(s) par des publics de ces mêmes valeurs. Nous ne présenterons pas dans ce billet d’images inédites, mais tenons simplement à donner leurs références et quelques explications qui pourraient aider à monter des séances pédagogiques.

Les  quatre représentations connues, circonscrites au territoire français, datent de 1545 (vraisemblablement), 1672 et 1759. La plus ancienne est souvent reproduite ou citée dans les ouvrages traitant de l’enluminure. Conservée à la BnF sur le site de l’Arsenal, elle a fait l’objet d’une étude détaillée de M. Thierry Crépin-Leblond en 1993 dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires, et est désormais accessible en version numérique sur Gallica. Notons qu’elle ouvre un traité des privilèges du collège des notaires et secrétaires du roi, en rehaussant le prestige de ces officiers soucieux de leur image.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

Le chauffe-cire, tête-nue comme le veut le protocole, tend un acte encore non scellé au maître des requêtes, pour qu’il le signe en simple-queue avant que le sceau de cire ne recouvre cette signature, étape importante de la construction de la validité de l’acte. Pendant ce temps, deux valets chauffe-cire s’apprêtent auprès du feu, où il font ramollir la cire dans un récipient métallique. Ici, pas de traces explicites de bain-marie, mais la précipitation du valet qui marche à grands pas est sensible. Pensons au témoignage de Forget de Fresnes, sous Henri III, qui assure que l’on scellait les lettres communes « sans s’y arrester ». Ainsi, les chauffe-cire pressaient la cire modelée à la main contre la face de la matrice, et apposaient souvent le contre-sceau en posant la face de la cire contre le « tapis » de table (autrement dit la nappe verte), pour gagner du temps : pour preuves les innombrables traces de textiles avec une armure toile visibles sur la face des empreintes du XVIe siècle. La masse de documents passant en Audience ne permettait plus de fignoler la technique…

Lire la suite