A l’avant-garde de la conservation préventive des sceaux: Pierre Clairambault (1651-1740)

On incrimine souvent le conditionnement anciens des archives scellées (boîtes, cartons, etc.) comme un des facteurs de dégradation majeurs desdites archives. Mais ce poncif est-il fondé? Est-il une réalité inconditionnelle, ou une extrapolation des cas inquiétants d’altération de sceaux?

S’extraire des a priori touchant la conservation des archives scellées n’est pas chose aisée. Nous avons tenté l’expérience sur la collection Clairambault de la BnF, grâce à la diligence, l’expérience et l’assiduité de Domitille Nodin, chargée de l’évaluation sanitaire des fonds d’archives scellées. Après avoir fait le point sur le signalement des archives porteuses d’empreintes de sceaux (principalement localisées dans les Titres scellés, soit les 227 premiers volumes correspondant à la cinquième division de la collection originale de Pierre Clairambault), l’état de l’intégralité des volumes contenant des pièces scellées a été évalué. Nous avons tenté de pousser plus avant l’investigation, en comparant 5% des sceaux originaux, soit 485 sceaux, avec leurs moulages réalisés vers 1880-1885 et conservés aux Archives nationales de France. Les premières conclusions sont sans appel : si la collection Clairambault est globalement altérée (encore faut-il nuancer largement cet adjectif) , les altérations ne sont pas dues principalement à la reliure ou au moulage, comme on l’avait souvent subodoré. L’approche codicologique offre en outre une nouvelle vision de la constitution de la collection.

Continue reading

Posted in Billets, Les collections | Leave a comment

“Qu’est-ce qu’un sceau?” ou “Un exercice de définition”

    Qu’est-ce qu’un sceau? Pour les sigillographes (soit les spécialistes des sceaux), la question est sans doute redondante et sera probablement vite évacuée, car la réponse semble s’imposer d’elle -même : un sceau est une objet matriciel, ou l’empreinte tirée de cette matrice, apposée à une pièce écrite ou un objet et lui conférant certaines valeurs d’authenticité, de validité, de prestige, etc. Mais, depuis bientôt quatre ans que je travaille sur les archives scellées, je n’arrive pas à m’abstraire de l’exercice de définition du “sceau”… Voici le fruit de quelques réflexions, qui n’ont bien sûr pas valeur d’exhaustivité.

Continue reading

Posted in Billets, Lectures / Readings | Leave a comment

Début des opérations de numérisation

Après plusieurs mois de restauration, vient le temps des opérations de numérisation. Un premier lot de 25 chartes scellées des Mélanges de Colbert passe en ce moment même sur les machines Metis© de l’atelier de numérisation de Richelieu, qui accueille pour l’occasion une collègue du site de Tolbiac, Virginie Louis, assistée de Cécile Sarrion, restauratrice. La phase de prise de vue se poursuivra par le traitement des images et la rédaction des métadonnées.

Numériser n’est pas une simple manipulation technique. Bien au contraire, il s’agit de cerner et circonscrire en amont les usages de ces prises de vue et des informations qui les entourent, et donc d’anticiper les besoins des chercheurs. La rédaction des scenarii de numérisation permet d’anticiper les demandes qui pourraient émaner des diplomatistes, sigillographes et archivistes. Modérées par les référentiels en vigueur à la BnF (notamment le référentiel de numérisation des documents opaques), ces demandes des usagers nous ont ainsi orienté vers un scenario général en 5 vues :

  • recto général,
  • recto avec repli ouvert quand cela s’avère nécessaire ,
  • verso général,
  • face du sceau en gros plan, (800 dpi au minimum),
  • revers du sceau en gros plan. (800 dpi au minimum).

La rédaction des notices intégrera les recommandations des recommandations ISAD (G) des Archives de France, en les adaptant aux recommandations qui pourraient être formulées par les partenaires du projet SIGILLA (projet de bases de données de sceaux (images sigillaires, déclinées en actes, moulages, dessins) interopérables).

Numériser des archives infléchie fortement les pratiques et méthodes des chercheurs : la coupure avec les liens organique de la série, la sur-représentativité de certains fonds ou collections peuvent avoir pour effet des marges d’erreur importantes dans l’interprétation qu’en font les utilisateurs. C’est toute la question de la conservation du principe archivistique d’unité organique des séries,  même si elles sont dites “factices” ou “ventilées”. Une collection n’est pas une série, mais possède également sa logique propre : elle seule permet l’approche critique des pièces.

Posted in Billets | Leave a comment

Restaurer des actes scellés à la BnF : au-delà de la question technique

Dans le billet précèdent, nous avions insisté sur  deux éléments essentiels à la compréhension de nos objectifs :  le contexte de développement du projet et l’esprit de coopération entre les équipes de la BnF. Si une telle attention est portée au facteur humain, ce n’est pas par pure rhétorique. L’acquisition d’un savoir-faire et sa transmission “de main en main”, d’acteur en acteur, est sans doute l’objectif le plus difficile à atteindre, puisqu’il inclu une part de pédagogie et de formation continue, par la pratique et par la réflexion interdisciplinaire.

Le milieu universitaire connait certes un enseignement archivistique. Rares sont les formations sigillographiques (enseignées à l’Ecole nationale des chartes) et diplomatiques (à l’ENC et dans certains parcours en Histoire). Inexistantes sont les formations en restauration-conservation incluant un enseignement pratique sur les chartes scellées. Jusqu’à présent, seul l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales, autrefois institué comme unité de proximité de la Section ancienne (aujourd’hui DMAAR), offre une excellente formation en restauration-conservation de sceaux.  L’étudiant qui cherchera à acquérir ce savoir-faire n’aura d’autre recourt que la formation hors circuit universitaire.

Continue reading

Posted in Billets, Les collections | Leave a comment

Le projet de recherche a commencé

  Après un an et demi de préparation, le projet de recherche sur les actes scellés de la BnF a commencé le 1e septembre dernier. L’idée a pris racine au sein de l’atelier de restauration de Richelieu, dans un contexte de  réaménagement du site et de déménagement temporaires des collections du Cabinet des titres, des collections des Provinces et collections des Érudits et Bibliophiles vers le site de Bussy-Saint-Georges. Un reliquat de de la collection des Mélanges de Colbert était encore conservée dans les magasins de Richelieu. Pas n’importe quel reliquat : il s’agissait des 41 actes qui étaient exposés à partir de 1878 dans la Galerie des chartes attenante à la galerie Mazarine. Après une vingtaine d’années d’exposition, les chartes encadrées ont réintégré les magasins, séparées  des 899 autres pièces originales des Mélanges de Colbert conservées en liasse.

  Le conditionnement et l’état de ces chartes nécessitaient une intervention curative avant déménagement : leur restauration, leur reconditionnement et leur numérisation a donc été envisagé par le département des Manuscrits et le département de la Conservation. La principale difficulté était de taille : les équipes devaient se familiariser avec les techniques de restauration, de conservation et de numérisation. En la matière, l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales est une référence. Fort d’une expérience plus que centenaire, cet atelier est adjacent aux collections de moulages de sceaux. Des restaurateurs de la BnF se sont donc naturellement tourné vers cet atelier, avant de commencer à travailler sur le lot de pièces scellées. Cécile Sarrion, Tamara Couval (atelier de restauration de Bussy-Saint-Georges) et moi-même avons ainsi traité les 20 premières chartes, par ordre de difficulté croissant : mandement de Louis XI, lettres patentes de Philippe le Bel, ratification du traité de Cambrai (1516) par les ambassadeurs, projet de mariage de Charles de Gand avec Marie d’Angleterre, etc. Autant de pièces uniques qui ont retrouvé une fraicheur et un lisibilité perdues depuis longtemps. La restauration des 16 dernières chartes se poursuit, parallèlement au déménagement de l’atelier de restauration vers le site de Tolbiac.

  Au cours de l’été 2012, l’atelier de restauration a répondu à l’appel à projet triennal lancé par la BnF, et cofinancé par le Ministère de la Culture et de la communication. Porté par le département de la conservation, en dialogue constant avec le département des manuscrit, ce projet a pour objectif de pérenniser les savoir-faire en atelier et dans les départements en la soutenant par la recherche, d’une part, et en programmant les traitements, d’autre part. L’évaluation sanitaire des collections, la travail du laboratoire, l’ingéniosité des restaurateurs et de l’équipe de conditionnement, l’attention portée par les conservateurs sont ainsi les moteurs d’un projet dynamique.  Mais la coordinations des différents volets ne serait pas possible sans l’enthousiasme jamais démenti des équipes, et la volonté de répondre à une forte attente des chercheurs.

  Nous vous souhaitons une bonne lecture, et restons présents pour répondre à toutes vos remarques, questions et suggestions!

Posted in Actualités / News, Billets, Les collections, Numérisation, Restauration | Leave a comment

Trésors de cire

Ce carnet sera le portail du projet de recherche triennal (2013-2015) sur la restauration des actes scellés de la Bibliothèque nationale de France. Le projet est porté pas le département de la conservation, et est étroitement lié à la thèse de doctorat de Solène de la Forest d’Armaillé, coordinatrice du projet (thèse sur les signes de validation des actes royaux français,1461-1610, ENC/Université de Cergy-Pontoise/LabEx Patrima. Il vise à greffer des savoir-faire de restauration-conservation en atelier, de manière pérenne, en soutenant cette formation par la recherche, et notamment par : l’ amélioration du signalement des segments scellés ; le dimensionnement des fonds et évaluation de leur état ; la rédaction de l’histoire de la conservation de ses fonds ; la définition des protocoles de traitement ; la programmation des traitements ; les recherches du laboratoire sur les matériaux de restauration des sceaux ; la numérisation et la création de notice en DtD-EAD pour la description de ces pièces ; la diffusion auprès de la communauté de chercheurs et de professionnels des données recueillies et des retours d’expériences de l’institution.

Posted in Billets | 1 Comment