La fabrication des sceaux de plomb (bulles)

Très rares sont les références bibliographiques sur la fabrication des bulles de plomb. Je redécouvre un article de Gustave Schlumberger, reproduisant un très rare exemplaire de “boullotirion” byzantin :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1911_num_55_5_72863.

Sur cette fabrication, voir aussi “Les chartes scellées par des bulles de plomb et leur conservation aux Archives nationales”, paru en 2001 dans la Gazette des Archives.

Nous profitons de ce billet pour mettre en ligne une bibliographie sur les traitements de restauration-conservation des plombs, qui ne prétend pas à l’exhaustivité mais pourrait, nous l’espérons, faciliter la documentation des professionnels.

Le sceau retrouvé de la Compagnie des Indes Orientales (1664)

Nous avons déjà présenté les mérites de Roger Gaignières, et de son successeur Pierre Clairambault. Ce dernier est resté célèbre pour ces Titres scellées, contenant plus de 22500 empreintes de sceaux en 227 volumes reliés. Le poids de cet héritage a pourtant laissé en marge un segment plus ténu de la collection : celui des sceaux détachés. Or, ces précieuses empreintes, loin d’être de simples remplissages de boîtes balais, recèlent quelques pièces uniques. Nous avons choisi de mettre en avant un sceau encore non signalé  : le sceau du Conseil supérieur de la Compagnie des Indes orientales, gravé en 1664, au moment de la création de la Compagnie. Fruit de la politique volontariste de Colbert, la Compagnie était pourvue de prérogatives importantes, lui permettant d’exercer son commerce dans les territoire au-delà du cap de Bonne-Espérance. Elle était en droit de rendre  souverainement la justice sur les territoires qu’elles occupait. L’iconographie de ce sceau est directement inspirée du modèle du contre-sceau du grand sceau de Louis XIV, déjà utilisé sous Louis XIII : il forme ainsi un démembrement symbolique de la puissance royale, redoublé par sa taille imposante (90 mm).

Sceau du Conseil supérieur de la Compagnie des Indes orientales. BnF, Clairambault 331, n°5. LVD(ovici). XIIII. FR(anciae). ET. NA(varrae) . REG(is) . SIG(illum) . AD . VSVM. SVPR(emi) . CONS(ilii) . GALLI(a)E . ORIENTALIS. 1664

 

Cette re-découverte pose évidemment la question de la méthodologie de dépouillement : les sceaux détachés sont, de notoriété publique, particulièrement difficiles à identifier et à dater (en l’absence de suscription et de date d’expédition). Laissés au second plan comme des débris des aléas du temps, leur réputation est parfois trompeuse : ils recèlent souvent des pièces uniques, découpées de leur actes par des collectionneurs anciens. Gageons, donc, que ce sceau ne sera pas le dernier!

La BnF lance son appel à chercheur 2015-2016

Chercheurs, chercheuses et amis de la Bibliothèque nationale, un nouvel appel à chercheurs est lancé pour l’année 2015-2016 (date butoir le 15 avril 2015). Les conditions de candidatures sont accessibles sur ce lien.

  • L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse pour les chercheurs invités à tous ; pour les chercheurs associés aux doctorants.
  • L’appel à chercheurs de la BnF est ouvert à tout type de sujet. Les candidats à l’appel à chercheurs peuvent proposer spontanément à la Bibliothèque des sujets de recherches dans leur discipline. Afin d’éviter la dispersion des travaux, la Bibliothèque a défini deux larges axes de recherche :

- Axe 1 : étude et valorisation des collections
– Axe 2 : étude de l’histoire du livre et des bibliothèques

La sélection des candidats est effectuée en collaboration avec le Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France.
Conditions d’accueil : 8 bourses offertes

  • Chercheurs associés, ouvrant la possibilité d’accéder à l’une des 3 bourses BnF-Pasteur Vallery Radot à partir de la deuxième année de recherche
  • Musiciens chercheurs associés pour les interprètes élèves des conservatoires supérieurs de musique
  • Chercheurs invités par un mécène : Fondation Louis Roederer (10 000 euros sur une année pour une recherche sur la photographie), Mark Pigott (3 bourses de 10 000 euros sur une année pour une recherche en histoire, arts et histoire de l’art, innovation et technologies),  “Prix de la BnF” (8 000 euros sur une année, pour une recherche portant sur l’œuvre de Mona Ozouf, lauréat du prix de la BnF en 2014).

Pour répondre à l’appel à chercheurs
Les candidatures sont à adresser par courriel en deux étapes.

  • 1ère étape : adresser votre dossier de candidature par courriel à l’adresse appelachercheurs@bnf.fr  avec les éléments suivants au format .pdf

- Fiche de candidature complétée à télécharger sur le site bnf.fr ;
– Curriculum vitae et publications du candidat ;
– Présentation du sujet de recherche proposé (4 pages maximum)
– Projet de valorisation envisagé (2 pages maximum) pour les candidats à une bourse de recherche (Fondation Louis Roederer, Mark Pigott, Prix de la BnF)
L’objet du courriel devra indiquer : « Nom et prénom du candidat + candidature à l’Appel à chercheurs 2015-2016 ».

  • 2ème étape : faire adresser les lettres de recommandation par courriel

En complément, vous pouvez faire adresser par les personnalités qui vous recommandent (2 maximum) leur lettre de recommandation par courriel à l’adresse lettrechercheur@bnf.fr . L’objet du courriel devra indiquer : « Nom et prénom du candidat + lettre de soutien à l’appel à chercheur ».

Contacts

  • mél : appelachercheurs@bnf.fr
  • courrier : Bibliothèque nationale de France – ” Appel à chercheurs ” – Quai François Mauriac – 75706 Cedex 13 Paris

Venez nombreux!

 

Les “sachets de bijoutier” impropres à la conservation des sceaux

sachet de bijoutier

Sachet de bijoutier

Il y a une quinzaine d’années de cela, des sachets de bijoutier synthétique, d’aspect satiné, gris et brillant, on été mis sur des centaines de sceaux dans des institutions patrimoniales. L’idée partait d’une bonne intention : protéger les sceaux , réduire le risque de dispersion des fragments, éviter les manipulations. Pourtant, ils ont eu pour conséquence de nombreux problèmes : les fils, en se défibrant au niveau des coutures, se collent en myriades pailletées sur les cires (qui ont un comportement collant résiduel) ; les sachets, en gênant la visibilité, invitent à tâter le contenu, et à ouvrir et refermer les lacets, parfois avec de graves conséquences. Surtout,  ces sachets n’avaient pas été, jusqu’à présent, analysés d’un point de vue chimique.

Les chimistes du laboratoire de la BnF, à Bussy-Saint-Georges, ont donc soumis ces sachets à une batterie de tests : spectromètre Infra-Rouge à Transformée de Fourier (IRTF) équipé d’un ATR diamant ; pyrolyse couplée à la chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse ; test d’activité photographique (norme ISO 14523 :1999) ; test de corrosion accéléré (Oddy test).

Les résultats indiquent que ces sachets sont en acétate de cellulose, plus connu sous le nom de rayonne, viscose ou soie synthétique. Ils émettent des polluants acétates, et probablement des polluants composés de  sulfure (Ag2S) et de chlorure d’argent (AgCl), pouvant oxyder les matériaux organiques et inorganiques, notamment le plomb.

En conséquence, tout contact de ces sachets avec des documents patrimoniaux, et notamment les bulles en plomb, est néfaste à leur conservation. Toutefois, il serait encore plus néfaste de réagir dans la précipitation pour retirer ces sachets : mieux vaut réfléchir à une solution alternative, à la nécessité ou non de garder des sachets sur des sceaux en bon état (ce qui peut entrainer de graves dommages mécaniques, ou, au mieux, être inutile) en fonction de l’usage et des conditions de conservation des archives, et à une méthode systématique de traitement des fonds concernés. Il est recommandé de se référer aux Clauses techniques de la restauration-conservation des sceaux et aux conclusions de la Table ronde des restaurateurs de sceaux 2003 .

Qu’advenait-il des matrices de sceaux perdues?

Pierre Clairambault, notre fidèle généalogiste, nous donne un curieux document extrait des registres des audiences du Chatelet de Paris, pour l’année 1411, que nous retranscrivons ci-dessous. Nous apprenons que les matrices pouvaient être portées dans des bourses, que les possesseurs déclaraient leur perte au Chatelet plus ou moins rapidement après la perte, et qu’ils étaient capable d’une fine description héraldique.

BnF, Clairambault 3, page 1 ; copie sur papier, de la main de Clairambault.

[1] Sceaux perdus revoquez des reg[istres] des audiences du Chastellet de Paris.

[2] 15 avril apres Pasques 1411. Aujourd’huy Daniel Bouquelot, disant que le jour d’hier il avoit perdu et adhiré un sien signet gravé en carrure auquel estoit empreinte un escu barré au travers a 3 molettes et une hermine au bout de l’escu en haut, au bout duquel estoit escrit son nom, a revoqué et revoque par ces presentes, disant que d’icelui il ne vouloit ne entendoit plus user, protestant que ce ou temps a venir il estoit trouvé par autre personne que on ne le peut obliger.

Lire la suite

Des sceaux royaux et princiers de la Renaissance, inédits, à la BnF

1558_Sceau delphinal de François II et Marie Stuart _BnF

Dessin du sceau delphinal de François II et Marie Stuart, reine d’Ecosse (1558)

A la confluence du projet de recherche BnF et de la thèse que je mène : les collections. Et, dans ces collections, le bonheur de découvrir de nouveaux sceaux royaux et princiers du XVe siècle. Ils seront, bien sûr, décrits dans le cadre du doctorat, mais pourquoi priver la communauté d’un premier signalement? Voici donc les sceaux qui viendront enrichir,  (nous l’espérons) les collections sigillographiques de moulages :

-une empreinte du sceau de Charles X, le cardinal de Bourbon ;

-une empreinte du sceau delphinal de François II et Marie Stuart (1558) ;

-une empreinte nouvelle d’un grand sceau de François, duc d’Alençon (1573), autre que celle en Douët d’Arc D344 (1573), que les restaurateurs ont pris en charge à l’atelier au vu de sa très grande fragilité ; et deux petits sceaux du même ;

-trois empreintes de Henri, dauphin de France, futur Henri II ;

-une empreinte du grand sceau de François, dauphin de France, premier fils de François Ier (conservée, elle, aux Archives nationales);

-les empreintes des sceaux des Parlements, au milieu du XVIe siècle;

Et d’autres encore. Ces quelques exemples montrent, une fois encore, tout l’intérêt du projet de recherche, qui a pour objectif de conserver et de mettre en valeur ces sceaux.

Les archives du Cogner, ou collection Chappée, à la une

Peu nombreux sont les lecteurs connaissant l’existence d’une splendide collection de la BnF, celle des Archives du Cogner ou collection Chappée, du nom de son auteur Julien Chappée. L’ayant moi-même découvert au cours de ce projet de recherche, j’ai cru que cette découverte méritait d’être partagée : rdv donc sur la page “Guide de recherche  au Département des manuscrits”, pour une présentation sommaire, issue du travail de recherche et de catalogage de Mathieu Lescuyer, directeur adjoint au département des Manuscrits. Bonnes recherches!

Louis XIV, Saint-Michel terrassant le démon de Raphaël et le sceau de l’ordre de Saint-Michel (1701)

Rares sont les archives donnant matière à disserter sur le commandement d’une nouvelle matrice de sceau royal. Pierre Clairambault nous a laissé sa propre contribution au choix du nouveau sceau de l’ordre de Saint-Michel, en 1701, après la nomination du nouveau chancelier M. de Torcy. La matrice avait déjà été changée en 1664, suite à la réformation des statuts de l’ordre. A cette date, elle avait été gravée par Antoine Aury, graveur général des sceaux du roi, pour 170 l. t. En 1701, Pierre Clairambault, généalogiste des ordres du roi, est chargé de rechercher les exemples des anciens sceaux afin de soumettre ces exemples au roi et au chancelier : il trouve ainsi le sceau gravé sous Charles IX (que nous ne connaissons pas), celui de 1664, ainsi que l’estampe de la cérémonie de 1662 dont il a fini par retrouvé la planche, à défaut d’un tirage!

La commande du nouveau sceau émane de haut : Louis XIV veut qu’elle soit imitée du tableau de Raphaël, Saint-Michel terrassant le démon. L’historien pense immédiatement au tableau dit “le Grand Saint-Michel” (Louvre, inv. 610). Commandé en 1518 par le pape Léon X à l’intention de François Ier, ce tableau magnifiait sans fard l’Ordre de Saint-Michel dont le roi très chrétien était grand maître. Il est tentant de l’associer à la matrice de sceau, au vu de son pedigree : le chef-d’œuvre avait été offert au souverain dans un contexte d’intense activité diplomatique, et notamment de croisade contre les Turcs. Pourtant, le dessin que Clairambault recommande au chancelier des ordres, pour la matrice du sceau, parle de lui même : le tableau que le roi avait en tête était bien le Petit Saint-Michel (Louvre, inv. 609), caractéristique d’une série de tableaux de très petits formats peints par Raphaël dans les années 1503-1505. Probablement peint pour le duc d’Urbino à l’intention de François Ier, ce tableau est lui aussi associé à l’ordre royal  : ne passe-t-il pas pour un cadeau de remerciement pour le collier de l’ordre de Saint-Michel, attribué au duc? Louis XIV connaissait bien ce petit tableau, lui qui l’avait acquis à la mort de Mazarin en 1661.

Clairambault est connu des collectionneurs pour sa merveilleuse collection des Titres scellés, comprenant plus de 22 500 empreintes de sceaux, et ses recherches pour le Cabinet des Ordres. Mais il fut aussi le conseiller et l’intermédiaire raffiné et audacieux de Louis XIV, osant lui soumettre plusieurs dessins préparatoires pour la gravure du nouveau sceau de l’ordre. Il propose de faire les sceaux en cuivre, car “il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent”. Il soumet également le nom de deux graveurs de sceau, Chalochet et Rousselet, en conseillant Chalochet pour sa dextérité (bien qu’il soit visiblement dur en affaire). Son conseil fut entendu : Chalochet grava les sceaux, sur le modèle qui avait la préférence du généalogiste.

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l'histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l'Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729)

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l’histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l’Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729) Source: gallica.bnf.fr

Lire la suite

Colloque : le sceau dans les Pays-Bas méridionnaux Xe-XVIe siècle

(The seal in the southern Netherlands, 10th-16th century)

Voici le lien vers l’annonce de se colloque, qui se tiendra à Bruxelles et Namur les 27 et 28 novembre 2014, à l’occasion du  150e anniversaire de la collection de moulages de sceaux des Archives générales du Royaume (AGR, Bruxelles).

http://calenda.org/286149

Appel à contribution : A Companion to Seals in the Middle Ages

Nous signalons un appel à contribution, chez nos confrères américains:

Medieval seals were material and visual statements of identity, power, agency, and legitimacy that could operate locally or traverse great geographic expanses to assert individual or corporate authority.  The importance of the seal in medieval culture cannot be underestimated.  This inter-disciplinary, edited volume seeks essays analyzing seal design, production, meaning, usage and reception in the Middle Ages. As a whole, the volume will critically engage with the historiography of seals as well as highlight new approaches to understanding seals across time and space with emphasis on Europe, the Latin Kingdom of Jerusalem and Byzantium c. 1100-1500. Essays therefore must include historiographical, regional and thematic explorations of medieval seals.Scholars from a range of disciplines, such as but not limited to History, Art History, Numismatics, Archaeology, Cultural and Visual Studies, are invited to contribute new and innovative examinations of select seals or seal types in context. Essays should appeal to the specialist as well as students of medieval history. Submissions are especially welcome from scholars whose work locates seals within broader developments in medieval social codes and visual or material culture.”

Deadline des soumissions le 31 octobre 2014. Plus de renseignements sur : http://arthist.net/archive/8264

Les matrices de sceaux à l’honneur le 14 octobre prochain

Le mardi 14 octobre 2014, à l’INHA (Paris, Galerie Colbert), aura lieu une journée d’étude à l’occasion de la sortie du catalogue des matrices de sceaux conservées au Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF. Venez nombreux!

Matrices de sceaux, un nouveau corpus à la croisée des disciplines                 

Journée d’étude organisée par l’Institut national d’histoire de l’art, en partenariat avec la Société française d’héraldique et de sigillographie, les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France. http://irhis.hypotheses.org/11013

Pour consulter les matrices de sceaux de la Bibliothèque nationale de France, rendez-vous sur le Catalogue en ligne du Département des Monnaies, Médailles et Antiques

 

Une rentrée studieuse : étudiantes restauratrices et restauratrices découvrent les Mélanges de Colbert

La rentrée sigillographique s’annonçait riche en rencontres à la BnF, et elle ne nous déçoit pas. Trois étudiantes, dont deux en Master I et une diplômée, de l’université Sorbonne-Paris I et quatre restauratrices de la BnF ont travaillé, pendant deux semaines, pour se familiariser avec la conservation des chartes des Mélanges de Colbert. Au programme : Philippe le Bel, Louis le Hutin, Philippe V, Charles V, Philippe le Hardi, Guillaume III de Saxe, Henry VII, pour les médiévistes, François Ier, Charles Quint, Louise de Savoie et Henry VIII, et une partie du traité de Crépy (1544) pour le plus grand bonheur des seiziémistes. Le petites mains, déjà familières des techniques de restauration de reliure et Arts graphiques, ont ainsi pu approcher de très près trente actes scellés. Au delà de l’aspect technique, l’objectif principal de cette rencontre était d’envisager la complexité des niveaux de traitements physiques et numériques, et leur nécessaire coordination, sur une collection au combien précieuse.

Lire la suite

Numérisation des chartes scellées de grand format

Numérisation des chartes de grand format sous Phase one

Numérisation des chartes de grand format sous Phase one

Après une longue séance à l’atelier de restauration, cinq chartes scellées de grand format des Mélanges de Colbert passent sous les lumières des projecteurs : toutes les compétences des spécialistes de la numérisation, ainsi que les meilleurs appareils, sont requis. Le résultat? Et bien… à bientôt sur Gallica, pour découvrir les chartes restaurées et enfin visibles par tous! Dans le lot :

 

  • la ratification du traité d’Arras par les ambassadeurs de Charles VII et Philippe le Bon (1435);
  • l’acte de reconnaissance de Charles le Téméraire par le clergé, la noblesse et le tiers-état de Hainaut (1465) ;
  • les lettres d’obligation des nobles et des villes d’Angleterre pour le projet de mariage entre Charles de Gand (futur Charles Quint) et Marie d’Angleterre (future femme de Louis XII) (1508)
  • le traité de Cambrai conclu entre les ambassadeurs de François Ier et ceux de Maximilien Ier et de Charles, roi de Castille, confirmant les traités de Noyon et de Bruxelles (1516)
  • les lettres du roi de Bohême, Jean, d’Adulf, évêque de Liège, de Raoul, duc de Lorraine, d’Amé, comte de Savoie et de Jean, comte d’Armagnac, sur les trêves conclues entre les rois de France et d’Angleterre (Esplechin, 25 septembre 1340)

Quelques chiffres : 5 chartes, 81 sceaux, 173 images développées, des dizaines d’autres pour les essais et le rodage, et… 4 jours!

Le “Repertoire alphabétique des séries génélogiques de l’ancien Cabinet des titres” de la BnF est en ligne !

L’évènement était attendu impatiemment parmi les historiens, généalogistes, héraldistes et sigillographes: c’est désormais chose faite. Le Répertoire alphabétique des séries généalogiques de l’ancien Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale (autrefois en salle de références de Richelieu) a fait son entrée dans la Base Archives et Manuscrits. L’indexation des noms de famille des six séries du Cabinet des Titres permet désormais une interrogation via le “formulaire de recherche” (en ce cas cochez la case “Collections généalogiques-Cabinet des Titres” dans l’arborescence à droite, pour des réponses plus ciblées). Le manuscrit d’Ulysse Robert est également numérisé et mis en ligne sur Gallica. Attention tout de même : l’indexation des noms est celle des dossiers, qui ont eux-mêmes été constitués avec une certaine souplesse. Ainsi, une archive peut-être classée au nom du bénéficiaire, ou de l’auteur juridique, par exemple, mais l’indexation ne reprend que le nom retenu pour le dossier.

Un fichier chronologique sur fiche existe également pour le Cabinet des Titres et la collection Clairambault, jusqu’en 1514, ainsi qu’un fichier alphabétique de la collection Clairambault en volume 280. [Voir P. GASNAULT, L. MERIGOT, Les catalogues du départements des manuscrits : manuscrits occidentaux, Paris, 1971, “collection Clairambault]

Et, pour ceux qui voudraient commencer des recherches dans le Cabinet des Titres, nous recommandons vivement la consultation des miscellanées en ligne de la BnF!

Le Répertoire alphabétique des séries généalogique d’Ulysse Robert (NAF28674)