Le sceau des amours « discrets » de Henri IV

Les recensements des sceaux des rois de France, à partir du bas Moyen Age, montrent une centration de plus en plus marquée de l’iconographie autour des fleurs de lis. Peu de sceaux échappent à cette volonté de marquer l’État et la puissance royale. Il en est un pourtant qui rappelle le temps des amours de Henri IV avec Henriette d’Entragues, après la mort dramatique de Gabrielle d’Estrée. Pour écrire secrètement à sa douce, Henri IV utilise un sceau tout à fait anodin pour l’époque, composé de deux V entrelacés en forme de cœur[1]. Plusieurs sceaux peuvent clore une même missive, en attachant les brins de soie qui entourent et maintiennent fermé le petit pli de papier de quelques centimètres de long.

Sceau de Henri IV, roi de France, pour ses lettres galantes à Henriette d'Entragues. BNF, ms. fr. 3639, fol. 3. H. 9 x l. 7 mm, gomme laque sur brins de soie rose.

Sceau de Henri IV, roi de France, pour ses lettres galantes à Henriette d’Entragues. BNF, ms. fr. 3639, fol. 3. H. 9 x l. 7 mm, gomme laque sur brins de soie rose.

Bien sûr, le roi ne signe pas sa lettre, autographe, qui porte seulement son monogramme[2]. Le texte, dont nous donnons une transcription ci-dessous (la patience du gascon est visiblement mise à rude épreuve), est parsemé de S barrés appelés « fermesses », qui remplissent les débuts et fins de lignes qui auraient été vides sans eux. Les significations de ce signe cryptique, qui ont déjà fait l’objet de discussions, dépendent des aptitudes de compréhension culturelles du lecteur et de sa capacité à partager un code commun avec le rédacteur. Ainsi, il serait aventureux d’affirmer qu’il s’agit, pour Henri IV, d’un signe d’attachement particulier à sa maîtresse car… on retrouve cette fermesse dans les mentions autographes du roi apposées aux rôles états de comptants[3]. Il s’agit avant tout d’une habitude d’écriture du roi, peut-être héritée de sa mère Jeanne d’Albret ; libre à sa maîtresse de l’interpréter comme la marque de son ardent désir… Quoi qu’il en soit, l’usage simultané du sceau et du monogramme personnel du roi, sans signature, est capital pour comprendre l’esprit dans lequel cette lettre était rédigée, acheminée et lue. Si le roi et Henriette restaient discrets sur son contenu, la lettre elle-même ne pouvait être identifiée par un tiers, vue de l’extérieur, à moins que ce tiers connaisse parfaitement les habitudes et l’écriture du roi. Quant au porteur, il avait tout intérêt à être discret…


7 octobre [s. a.]. ̶ [s. l.]

Lettre d’amour et de reproches de Henri IV à Henriette d’Entragues.

A.original. BNF, Ms. fr. 3639. Encre sur papier vergé.

J’ay bien connu par votre lettre que vous n’avyés pas lé yeus bien ouvers, ny les conseptyons aussy, car vous aves pryns la myene d’un autre bié que je ne l’antandoys. Il faut lesser ces brusquetés sy vous voullés l’antyere possetyon de mon amour, car comm roy et comme guascon je ne say pas andurer, aussy ceus quy ayment parfetemant comme moy veullent estre flatés, non rudoyés. Quant Monsieur d’Antragues sera ycy, je vous temoygnere sy je vous ayme ou non. Cependant, yl vous cyet mal d’en douter, et cela m’ofance. Ce soyr votre dyamant tomba hors de vue  et fort heureusemant je lé retreuvé. Dieu scayt sy j’en fus an peyne car j’usse myeus ayme avoyr pedu le doyt tenant sy cher tout ce quy vyent de vous, que ryen n’an aproche en comparaison, n’ans n’est pouynt ancores venu. J’espere vous voyr dymanches au publyc, puys que me l’avés denyé an partyculyer. Bonjour mes cheres amours, je ne suys pas bien satisfayt, je ne le vous puys tere. Je bese vos beaux yeux un mylyon de foys. Ce VIIme octobre [monogramme de Henri IV]

[Au dos de la lettre fermée, trois sceaux identiques à celui présenté ici, et deux fermesses]


[1] Ce sceau a été signalé en 1982 par Claude Dulong dans un article intitulé Les signes cryptiques dans la correspondance d’Anne d’Autriche avec Mazarin, contribution à l’emblématique du XVIIe siècle, paru dans Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 140, n°1, p. 61-83 [reproduit en planche 2].

[2] Il s’agit d’un H surmonté d’une fermesse, et entouré de quatre fermesses aux points cardinaux.

[3] Il s’agit des traces des dépenses que le roi ne voulait pas faire contrôler et dont les acquis (expéditions remises au trésorier) ne portaient pas de justification de la raison de la dépense. Il s’agissait généralement de dépenses liées à des remboursements (à Zamet, par exemple), des faveurs, des pertes aux jeux, des arrangements diplomatiques, etc.  On trouve un bel exemple de cet usage dans les états de comptants conservés à la BnF en ms. fr. 4559. 

Quand Marie de Médicis commande ses sceaux

Les archives du Moyen Age livrent parfois quelques traces de la commande de matrices royales, laissant au chercheur le soin de reconstituer les étapes de la confection technique et de l’articulation entre volonté souveraine et liberté artistique. Les archives de l’époque moderne ouvrent quant à elles des perspectives inexplorées et en confirment d’autres, tout en précisant les chemins de la jussio, soit  les modalités de la prise de décision du commanditaire. Nous avions déjà donné quelques textes intéressants, qui avaient fait l’objet d’une collecte d’érudits des XVIIe et XVIIIe siècles, parvenus en conséquence à la BnF. Nous en donnons deux autres exemples, qui montrent au passage la complexité de la recherche de textes parfois non signalés par le contenu descriptif des cotes, celles-ci ne pouvant pas raisonnablement rendre compte de la totalité du contenu (les textes en question passent donc inaperçus dans les bases de données avec recherche par mot-clé; d’où la complémentarité des formes d’instruments de recherche, et l’importance d’une réflexion sur les méthodes d’exploration…).

Il s’agit des paiements des deux matrices des grands sceaux successifs de Marie de Médicis, le premier datant de 1612 et le second de 1617. Pierre Turpin, graveur des sceaux et cachets du roi, a bien été sollicité pour confectionner ces sceaux[1]. Plusieurs aller-retours entre Paris et Fontainebleau, puis Paris et Blois, ont été nécessaires. Turpin a ainsi validé les différentes étapes de sa composition en présentant à la reine des dessins (« enluminures ») et des plâtres ou cires d’essais (« empreintes », « matricules, « tables »). Le rôle du chancelier de la reine n’est pas exactement précisé, en 1617, bien qu’il réceptionne les matrices achevées. Précisons que le contre-sceau n’a pas été remplacé, ni modifié, en 1617 ; il continue donc de servir en l’état. Seule la face change, et notamment l’effigie de la reine et probablement la légende, Marie n’étant plus régente en 1617. Remarquons également que la date de la gravure de la seconde matrice concorde avec celle du nouveau grand sceau de Louis XIII : ce choix est probablement dicté par les évènements politiques de 1617, avec l’assassinat de Concini et la prise en main du pouvoir par Louis XIII écartant sa mère.

Le texte de 1617 signale aussi que Pierre Turpin a gravé plusieurs « cachets d’argent » au manche d’ébène, certains étant destinés à la cire commune (soit de la cire d’abeille colorée par des pigments rouges, peut-être mélangée à des additifs), d’autres à la « cire d’Espagne ». En 1617, la cire d’Espagne telle que nous la concevons aujourd’hui n’est pas encore répandue en France. On utilise de la gomme laque, une sorte de résine de cochenille colorée,  très cassante et vitreuse, qui se noircie facilement. La technique de scellage est alors la même que celle qui sera utilisée jusqu’à nos jours, avec un bâtonnet de cire chauffé près d’une flamme. La gomme laque ne ferme pas directement le pli de papier : celui-ci est maintenu clos pas des brins de soie colorés, dont les extrémités sont bloquées par les sceaux.

Fol. 3 : lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue. Cachet ovale en gomme laque coloré, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v. Avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56. Lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627.

Lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue, après 1617. Cachet ovale en gomme laque colorée, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v, avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56, lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627. (BnF, Ms. fr. 20485, fol. 3v).

Le premier exemplaire de « cire vitreuse » que nous avons pu observer est visible sur la ratification du traité de Cateau-Cambrésis, par les ambassadeurs français et espagnols[2]. L’introduction en France de la cire d’Espagne rouge et mate, additionnée de térébenthine, craie et autres composants, que nous connaissons encore aujourd’hui, n’a pas encore fait l’objet d’études historiques et physico-chimiques. L’observation d’un matériel important (empreintes, textes et matrices), en Archives, musées et bibliothèques, serait nécessaire pour préciser les évolutions technologiques concernant ce matériau, et mettre en parallèle les usages sigillaires et épistolaires.

Lire la suite

Quelques nouvelles de la transcription du Catalogue des sceaux des PO

Il y a quelques mois, nous commencions la transcription des deux derniers tomes du catalogue des sceaux des Pièces originales, de Roman. La livraison a pris un peu de retard, suite à quelques difficultés techniques, mais est en bonne voie. Bien sûr, ce travail restera à améliorer,  par des corrections (Roman a pu se tromper, parfois) et par des ouvertures numériques. Dans tous les cas, il permet de faire remonter quelques archives intéressantes de par leur contenu, archives qui ne pourraient pas être localisées par les instruments de recherche déjà existant, sous forme papier ou numérique : paiements d’objets d’orfèvrerie, sceau issus d’intailles et pierres antiques, renforcement de murailles, réparation de bâtiments, etc. Nous remercions donc les lecteurs pour leur patience, en attendant la mise en ligne de ce fichier d’environ 3600 notices.

Le sceau de l’Ordre du Saint-Esprit

La BnF conserve, en collection Clairambault, un bel ensemble d’archives et de notes érudites sur l’Ordre du Saint-Esprit. Jusqu’à présent, aucune empreinte originale du sceau de cet Ordre n’a été retrouvée en collection publique. Clairambault en a laissé un dessin hérité de Gaignières (Clairambault 1111). Une empreinte est passée en vente aux enchères en mars dernier.

Dessin de la face du sceau de l'Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111.

Dessin de la face du sceau de l’Ordre du Saint-Esprit, BnF, Clairambault 1111 (Gallica)

D’après Favyn, cité par Mazerolle, le sujet du contre-sceau serait le même que celui d’un tableau déposé au couvent des Augustins qui fut enlevé par les ligueurs1. La matrice fut gravée par Claude de Héry, graveur au moulin de la Monnaie2. Il avait succédé en 1577 à Marc Béchot, premier graveur des Monnaies, et mourut en 1582. Germain Pilon semble avoir eu une grande influence sur lui, si l’on en juge par son sceau. À l’occasion de la création de l’Ordre du Saint-Esprit, une médaille fut frappée par Héry : elle offre le même programme que celui du sceau, pris tous deux sur un même patron3. Le greffier porte, comme, sur le sceau, le collier de l’Ordre sur le manteau et le mantelet. La légende diffère au droit :

IN TE VERE CHRISTVS (anagramme de Henricus Tertius).

Elle porte à l’exergue « 1579 », et, au revers :

HENRI .III . DE CE . NOM .ROY . DE . FRAN(ce) . ET .DE . POL(ogne) . AVTHEVR .ET . SOVVREAIN .DE . LORDRE DES .CHEVALIERS DV . S(aint) . ESPRIT. 1579 .

Le paiement de la matrice et du coffre est connu par une copie de Clairambault, donnée ci-dessous. Ce paiement apparait également sur les comptes de l’Ordre du Saint-Esprit pour les années 1578-1579, copiés par Clairambault (BnF, Clairambault 1231, fol. 103r et 106v).


Mention de paiement à Claude de Héry, graveur général à la Monnaie, du grand sceau et du coffre de l’Ordre du Saint-Esprit
6 et 8 juillet 1579. – Paris.

B. Copie. BnF, Clairambault 1231, fol. 89v et 90r. Copie de la main de Clairambault, sur papier vergé.

A Claude le Hery, graveur general des Monnoyes du Roy,

pour 4 portraits en papier et parchemin pour l’invention du sceau des chevaliers du Saint-Esprit, pour connoistre ce qui viendroit le mieux, 6 escus ;

  • lesdites 4 figures mises en cire sculptées de deux grosseurs, 10 escus ;
  • un grand sceau et contre-sceau en plomb gravé pour scavoir s’ils seroient agreables, 15 escus ;
  • le sceau et le contre-sceau d’argent ausquels sont gravez les effigies du roy assis en une chaise, le Saint-Esprit au-dessus et un chevalier a genoux, le chancelier et le greffier de l’ordre presens, et a l’entour l’inscription et plusieurs chiffres et fleurs de lis de diverses grandeurs avec flames, pesant 4 marcs un gros et demy, 26 escus un tiers 9 sols 6 deniers ;
  • pour la façon, 100 escus ; un coffre pour metre ledit sceau et contre-sceau, doublé et couvert de velours orengé garny de moulures a l’entour et aux coins des testes de cherubins et plusieurs grands chiffres apliquez en divers endroicts, avec un croix et ance sur le couvercle, le tout d’argent vermeil doré pesant 3 marcs 6 onces 3 gros, 24 escus 3 sols ;
  • pour la dorure, 12 escus ;
  • pour le coffre et la serrure et deux clefs avec coussinets de taffetas et doublure de velours orengé, 4 escus ;
  • et pour la façon des granitures d’argent du coffre, 25 escus ;

toutes lesdites parties reduites a celles de 150 escus, suivant l’arresté de M. le Chancelier du 6 juillet ; avec certiffications des graveurs & orfevres du mesme jour, et quittance du 8 dudit mois 1579. Cy : CL ecus.


1 André FAVYN, Le Théatre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1620, t. 1, p. 685. La gravure du sceau se trouve p. 674.

2 Sur Claude de Héry, on peut notamment consulter  : Fernand MAZEROLLE, « Claude de Héry, médailleur du roi Henri III« , Mélanges artistiques, 2e série,  impr. de E. Ménard, Paris, 1891, p. 116-119.

3 Fernand MAZEROLLE, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe, t. 2., Imprimerie nationale, Paris, 1902-1904, p. 39, n°160. Trésor de numismatique et de glyptique, ou Recueil général de médailles, monnaies, pierres gravées, bas-reliefs tant anciens que modernes… gravés par les procédés de M. Achille Collas, sous la direction de Paul Delaroche, Louis-Pierre Henriquel-Dupont, Charles Lenormant et Anatole Chabouillet, Paris, 1831-1850, première parie, pl. XXII, n°6.

Le procès-verbal de la destruction des sceaux de Louis XIII et de la fabrication des Grands sceaux de Louis XIV

BnF, ms. fr. 16270, fol. 87-88. « Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13 ».

BnF, ms. fr. 16270, fol. 87-88. « Procès verbal de Me Amelot touchant la fabrication d’un nouveau seau pour la chancellerie de Paris après la mort du Roy Louis 13 ».

Les fonds du Département des manuscrits sont, comme nous l’avons vu dans les précédents billets, d’une grande richesse en ce qui concerne les actes scellés. Deux  représentations de scellage sont également conservés à la BnF (voire le billet précédent). Mais il est souvent plus délicat de cibler des archives traitant des usages des sceaux ou des objets du decorum de la Chancellerie. Ces archives émergent parfois d’une collection, telles celles sur la fabrication du coffre des sceaux et de la tapisserie de la Chancellerie, sous François Ier (voire les billets passés). Aujourd’hui, nous donnons un autre exemple de cette richesse, avec le procès-verbal de la destruction du grand sceau de Louis XIII et la fabrication du grand sceau de Louis XIV. Bien que de nombreuses traces archivistiques éclairent ce sujet, pour les XVIe-XVIIIe siècles, aucun exemple similaire n’a été retrouvé pour la période médiévale et moderne, d’où l’importance de ce texte. Il donne à voir un très bel exemple du dialogue serré qui pourrait exister entre sigillographie et diplomatique du Moyen Age et de l’époque moderne, et donne un bon point de départ pour une réflexion épistémologique sur le découpage périodique très rigide qui a souvent limité les études sur le « temps long ». Voici donc le texte, suivi de quelques réflexions et éclairages:

Lire la suite

Quelques représentations de scellage en Chancellerie

Rares sont les représentations de scellage, médiévales ou modernes. Georges Tessier, dans « L’audience du sceau », suivi du Vocabulaire de diplomatique , distingue bien l’acte technique du scellage, d’une part, et l’action performative du scellement, qui donne force de validation et d’authentification aux actes. En ce sens, on peut dire que seul le scellage est représentable, le scellement étant sous-tendu par une oscillation entre processus juridique et réception(s) par des publics de ces mêmes valeurs. Nous ne présenterons pas dans ce billet d’images inédites, mais tenons simplement à donner leurs références et quelques explications qui pourraient aider à monter des séances pédagogiques.

Les  quatre représentations connues, circonscrites au territoire français, datent de 1545 (vraisemblablement), 1672 et 1759. La plus ancienne est souvent reproduite ou citée dans les ouvrages traitant de l’enluminure. Conservée à la BnF sur le site de l’Arsenal, elle a fait l’objet d’une étude détaillée de M. Thierry Crépin-Leblond en 1993 dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires, et est désormais accessible en version numérique sur Gallica. Notons qu’elle ouvre un traité des privilèges du collège des notaires et secrétaires du roi, en rehaussant le prestige de ces officiers soucieux de leur image.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

« Creations du colleige des notaires et secretaires du Roy et maison de France, previlleiges, dons et octroys faictz par les roys de France a icelluy colleige. » 1365-1545. BnF, Arsenal, Ms. 5169, fol. 2 v°.

Le chauffe-cire, tête-nue comme le veut le protocole, tend un acte encore non scellé au maître des requêtes, pour qu’il le signe en simple-queue avant que le sceau de cire ne recouvre cette signature, étape importante de la construction de la validité de l’acte. Pendant ce temps, deux valets chauffe-cire s’apprêtent auprès du feu, où il font ramollir la cire dans un récipient métallique. Ici, pas de traces explicites de bain-marie, mais la précipitation du valet qui marche à grands pas est sensible. Pensons au témoignage de Forget de Fresnes, sous Henri III, qui assure que l’on scellait les lettres communes « sans s’y arrester ». Ainsi, les chauffe-cire pressaient la cire modelée à la main contre la face de la matrice, et apposaient souvent le contre-sceau en posant la face de la cire contre le « tapis » de table (autrement dit la nappe verte), pour gagner du temps : pour preuves les innombrables traces de textiles avec une armure toile visibles sur la face des empreintes du XVIe siècle. La masse de documents passant en Audience ne permettait plus de fignoler la technique…

Lire la suite

Des traces de la collection Charvet (NAF 22019-22022)

La collection de Jules Charvet est bien connue des sigillographes amateurs de matrices de sceaux. Un ouvrage, publié par Charvet en 1872, donnait déjà une description de cette collection dite « de Monsieur Dongé » (pseudonyme de l’auteur). Vendue aux enchères en mai 1883, la collection est connue par un catalogue qui décrit quantité de sceaux non signalés en 1872, tout en rectifiant certaines notices. Les gravures qui illustrent l’un et l’autre ne correspondent pas exactement.

Nous n’avons pas la prétention de faire découvrir ici un nouvel instrument de recherche, mais simplement de signaler un don intéressant de Mlle Bordeaux, en 1912, aujourd’hui en NAF 22019-22022: il s’agit d’une série d’empreintes sur cire d’Espagne, tirées des matrices de Charvet, correspondant approximativement au catalogue de 1872. Mademoiselle Bordeaux avait hérité de ces volumes après la mort de son frère, Raymond Bordeaux. Les notices manuscrites, sur papier vélin, sont collées sur des feuillets reliés, et portent chacune une empreinte en cire d’Espagne, parfois accompagnée d’une gravure. Selon Max Prinet, ces empreintes représentent la moitié de la collection Charvet, et sont organisées ainsi :

Ces volumes sont communicables en salle. Une partie des matrices de Charvet est aujourd’hui au Département des Monnaies, Médailles et Antiques. Nous donnons quelques clichés pris à la volée, dont une empreinte d’une griffe du XVIe siècle au nom de Michel Bisson.

Sceau de Sanche Lopez d'Aguilar (NAF 22019)

Sceau de Sanche Lopez d’Aguilar (NAF 22019)

Griffe de Michel Bisson (NAF 22020)

Griffe de Michel Bisson (NAF 22020)

Sceau de Léon de Gavi (NAF 22020)

Sceau de Léon de Gavi (NAF 22020)

Sceau de Léon de Gavi (NAF 22020)

Sceau de Léon de Gavi (NAF 22020)

La même année 1912, une autre collection de 6004 cachets du XIXe siècle classés en 10 volumes, provenant du Département des Estampes, rentrait au Département des Manuscrits. Tous les cachets sont identifiés, avec une table en début de chaque volume et deux volumes de tables (NAF 21759-21760).

NAF 21750

NAF 21750

Jules Charvet, Description des collections de sceaux-matrices de M. E. Dongé, Paris, par l’auteur, 1872, 357 p.

[ANONYME], Collection Charvet -Médailles, antiquités, sceaux-matrices – vente aux enchères publiques le lundi 7 mai et jours suivants, Paris, 1883, 180 p.

Max Prinet, « Sceaux prétendus lorrains de l’ancienne collection Charvet », extrait des Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, T. LXXV, Paris, 1919, 22 p.

Ambre Vilain, Matrices de sceaux du Moyen Age, Département des Monnaies, Médailles et Antiques, édition de la Bibliothèque nationale de France, Paris, 2015, 388 p.

Mise en ligne de la concordance des cotes de Lorraine.

Nous avons mis en ligne, sur une page de ce blog, la concordance des cotes entres les moulages de Lorraine aux Archives nationales et les sceaux dont ils sont tirés, à la BnF, pour la partie de la collection du Trésor des chartes des duc de lorraines (collection « Lorraine », à la BnF). Cette concordance donne le tome exact et le numéro de pièce, Curzon n’ayant pas indiqué  ces précisions. Les numéros de moulage sont généralement indiqués à l’encre à côté des originaux, sur le parchemin, et une partie a déjà été reportée dans la base Archives et Manuscrits de la BnF. Certains sceaux originaux n’ont malheureusement pas pu être retrouvés, où sont détruits, ce qui donne d’autant plus de valeur aux moulage encore existant. Pour accéder à cette concordance, cliquez sur l’onglet de la page (en haut) ou sur le lien suivant :

Concordance des cotes de Lorraine (BnF)/Curzon (Archives nationales)

De la restauration des fonds de chartes scellées à la préservation des savoirs-faire : bonne nouvelle!

A l’issue du projet de recherche, la BnF a mis en place une programmation permanente, d’années en années, pour restaurer progressivement les chartes scellées du Département des Manuscrits. Un à deux ateliers ateliers, comprenant six à sept restaurateurs compétents dans ce domaine, travaillent ainsi, un jour par semaine en moyenne. Les Mélanges de Colbert passent ainsi, petit à petit mais avec régularité, sous les mains attentionnés des restaurateurs. Pourquoi ce choix d’une conservation sur programmation? Tout simplement en raison de la quantité d’actes scellés conservés à la BnF : plus de 200 000. Ce chiffre ne doit pas faire oublier l’importance des autres collections conservées à la BnF (manuscrits, cartes et plans, journaux, etc.), eux aussi en attente de restauration. Une restauration de charte prenant entre 3h et plusieurs dizaines d’heures de travail (voir plusieurs centaines s’agissant des volumes de Clairambault), on imagine qu’il faudrait des centaines d’années pour venir à bout de la restauration des fonds scellés! Ainsi, la BnF a privilégié la préservation des savoir-faire sur le long terme, et non une restauration en série mais ponctuelle: un point essentiel étant de conserver dans l’établissement du personnel formé et heureux de pouvoir redonner vie à ces pièces, pour les chercheurs présents et à venir.

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Mélanges de Colbert n°394 (674).

Quand la Grande Chancellerie commande une tapisserie de presque 300 m (1537)

Reconstitution d’un pan de la tapisserie commandée pour la Grande Chancellerie en 1537. (Dessin : Solène de la Forest d’Armaillé)

Il y a quelques mois, nous donnions la reconstitution du coffre des sceaux de la Grande Chancellerie, en 1536, et évoquions au passage la richesse de la collection de Julien Chappée à la BnF (dont le contenu est désormais décrit sur la base Archives et Manuscrits). Voici maintenant un essai de reconstitution de l’immense tapisserie commandée en 1537 par Jacques Hurault, alors Audiencier, à deux maîtres tapissiers de haute lisse à Paris. Nous avons retrouvé le contrat de commande dans l’ensemble dit « Quittances et pièces diverses » (ms. Fr. 25592-26262), qui contient en vérité des pièces passionnantes et un grand nombre de sceaux, à l’instar des Pièces originales (puisque issu en bonne partie de la Chambre des comptes). On y trouvera notamment de nombreux comptes comprenant des œuvres d’art, des fournitures pour les officiers du Conseil (dont des matrices de sceaux et l’achat de cire), des achats pour des navires, des lunettes, des habits ; des comptes de chevauchées et voyages ; des comptants du roi ; des fragments de comptes de la Chancellerie ; des sceaux des Chanceliers ; des comptes de réparations du Palais (complétés par des pièces en V4, aux Archives nationales).

L’essai de reconstitution n’est, bien sûr, qu’une hypothèse de travail imparfaite, mais nous espérons qu’elle aidera à mieux comprendre cet acte et à mieux se figurer le décor de la Chancellerie.

18 mars 1537 [n. st.]-Paris

Orig. Contrat notarié de commande de la tapisserie de la chancellerie, entre Me Jacques Hurault, audiencier, d’une part, et Guillaume Tancheux et Girard Laurens, maîtres tapissiers, d’autre part. 18 mars 1537 [n. st.], Paris. Bi-feuillet de parchemin, encre ferrogallique. Ms. Fr. 26126, p. 1777-1778, tiré de la Chambre des Comptes (ancienne collection Beaumarchais, acquise en 1784 par la Bibliothèque du roi)[1].

C’est de duus de la forme et estoffes que se doibt faire une tappisserie pour la chancellerie jusques au nombre de deux cens cinquante aulnes de Paris[2].

Et premierement,

Fault que ladicte tappisserie porte de hault troys aulnes ung demy quartier[3]. En ce comprins les bordures qui seront d’un quartier de large autour de chacune piece. Et quant a la largeur fauldra qu’il y ait des pieces grandes, moyennes et petites comme l’on a acoustumé.

Item aura ladicte tappisserie son champ de bleu azuré semé de fleurs de liz jaulne doré, lesdites fleurs de liz equidistans en droict et ligne et d’eschiquiez en tous sens, dont le champ en portera quatorze, y comprins les deux demys du hault et bas, arondies et rehaulsées, faictes de sayette fine[4], et sur le champ bleu azuré de fine laine françoise, le tout de couleurs unies.

Item esdictes bordures d’un quartier de large ou environ[5], comprins les filletz, sera les fonds de rouge obscur, laine françoise fine, lesdits fillets contenant de chacun costé, oultre le petit bout noir, ung petit poulse d’epoisseur[6] faictz de sayette blanche unie de bleu qui seront entrelassées par voyes en ladite bordure, a laz d’amours en cordes d’entrelaz. Et esdites entrelasseries aura des F et salamandres couronnées puis l’un puis l’autre ; et seront lesdits F de couleur jaulne doré, fine sayette, et les salamandres de cynople, aussi fine sayette, arondies et rehaulsées comme il appartient le tout unies couleurs, et selon l’ordonnance du pourtaict de ce faict.

Lire la suite

Mise en ligne des tomes 2 et 3 de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales (BnF)

POVous êtes nombreux à demander ce que deviendront les deux tomes manuscrits de l’Inventaire des sceaux de la collection des Pièces originales du Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale, de Joseph Roman (tomes 2 et 3). A défaut d’un projet de publication ou d’une numérisation, j’en ai commencé la transcription. Le tout sera probablement versé dans HAL d’ici cet été, en espérant que ce fichier rende quelques services aux lecteurs et chercheurs qui souhaiteraient pousser leur investigation du côté des PO.  Il permettra au moins une recherche plein texte, ce que n’aurait pas permis une numérisation du manuscrit (mais pas d’interopérabilité possible, puisque pas de standard EAD…). Rappelons que seule une petite partie des sceaux décrits par Roman a été moulée… A la demande, je peux aussi mettre la transcription petit à petit sur les pages de ce site, bien que ce soit un peu lourd d’un point de vue technique.

Par ailleurs, une concordance exacte des cotes entre la collection de moulage dite « Lorraine » des Archives nationales, et celle de la BnF (dont une bonne partie des moulages sont tirés), sera mise en ligne sur ce site, d’ici quelques semaines.

Colloque international des restaurateurs de sceaux : 4e édition

Le 16 juin prochain, se tiendra à Paris le 4e colloque international des restaurateurs de sceaux. Plus de renseignement sur  le site SIGILLVM

BnF, Manuscrit Latin 9279

BnF, Manuscrit Latin 9279, lettres d’indulgence accordées à Sainte-Cécile de Cologne, 1492 (sceaux moulés en collection Lorraine, AN, Lorraine 424-441)

 

 

Appel à chercheurs de la BnF, 2016-2017

La BnF propose de s’associer le concours de doctorants pour l’année universitaire 2016-2017, par un  appel à chercheurs. Parmi les axes de recherches proposés, notons, en lien avec les fonds sigillographiques, celui des Armoriaux peints manuscrits du département des Manuscrits (XVe-XVIIIe siècles).

Date limite de candidature : 21 avril 2016.

Des sceaux à la radio

L’exposition Empreintes du passé : 6000 ans de sceaux est présentée dans le premier numéro de la troisième saison d’Au miroir de Clio, l’émission d’histoire de la radio de Rouen, R2R (émission réalisée par Samuel Guerrier, animée par Luc Daireaux). Michaël Bloche et Caroline Dorion-Peyronnet, commissaires des expositions, y présentent les enjeux de la recherche sigillographique, en passant par les sources antiques jusqu’aux usages contemporains, sans oublier les sources médiévales et modernes.

Empreintes du passé : exposition sur les sceaux à Rouen

Sceau de la Chancellerie près le Parlement de Rouen, BnF, 1559 (BnF, Mélanges de Colbert 374, n°405)

Sceau de la Chancellerie près le Parlement de Rouen, BnF, 1559 (BnF, Mélanges de Colbert 374, n°405)

La rentrée sigillographique s’annonce haute en couleurs, avec l’exposition « Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux » à Rouen. Venez nombreux!

Présentée sur trois sites du conseil départemental de la Seine-Maritime, aux Archives historiques du Département (Pôle culturel Grammont), au Musée départemental des Antiquités mais également à l’abbaye de Jumièges, l’exposition « Empreintes du passé, 6000 ans de sceaux » est le fruit d’un travail de plusieurs années, mené conjointement sur leurs collections de sceaux par les Archives départementales de la Seine-Maritime, à l’initiative du projet, et le Musée départemental des antiquités. Fait remarquable, pour la première fois depuis la Révolution, on pourra découvrir sur le site même de l’abbaye de Jumièges, des pièces extraites du fonds d’archives du monastère conservé par les Archives départementales.

Le volet antique de l’exposition, « Aux origines du sceau » (commissariat Caroline Dorion-Peyronnet, directrice du Musée départemental des Antiquités, Rouen), aborde les sceaux et les scellements dans l’Antiquité à travers des exemples empruntés à la Mésopotamie, à l’Egypte et à l’époque gallo-romaine en Normandie. Les collections du Musée départemental des Antiquités forment la base de cette exposition mais les domaines égyptien et mésopotamien sont enrichis par des prêts du musée du Louvre (Département des Antiquités égyptiennes, Département des Antiquités Orientales). Ce volet antique est primordial dans la mesure où, dans le domaine de la sigillographie, les périodes antérieures au Moyen Âge ne sont que très rarement abordées.

Le volet de l’exposition présenté aux Archives départementales, « 1000 ans de sceaux en Seine-Maritime » (commissariat Michaël Bloche, directeur adjoint des Archives départementales de la Seine-Maritime), prend la suite du Musée départemental des antiquités, d’un point de vue chronologique. Les sceaux au Moyen Âge mais aussi aux époques modernes et contemporaines, jusqu’à nos jours, y sont en effet abordés. Les usages non diplomatiques du sceau, au-delà du scellement des actes, y sont également traités, avec un focus sur les plombs de drapier de la région de Rouen aux époques médiévales et modernes, et un autre sur le cachetage des bouteilles de la fameuse liqueur Bénédictine de Fécamp. Le travail mené pour la conservation et la valorisation de ces fragiles objets est enfin évoqué.

L’exposition « Jumièges, images de cire » (commissariat Michaël Bloche), troisième et dernier volet de l’exposition, invite à explorer le richissime chartrier de l’abbaye. Pour cela, une sélection a été faite parmi les innombrables sceaux, appendus aux bas des chartes, que compte le fonds d’archives de l’abbaye de Jumièges, conservé de nos jours aux Archives départementales de Seine-Maritime. Au total, ce sont près de 2 000 empreintes originales de cire qui sont conservées du XIIe siècle à la Révolution, ce qui fait de Jumièges un laboratoire exceptionnel pour l’étude des sceaux, sans égal en Normandie. Une première partie aborde les sceaux comme reflet de l’abbaye dans la société médiévale (féodalité, Église, paysans), l’accent étant mis sur les innombrables sceaux de villageois, phénomène unique en France ; une seconde traite des sceaux des abbés et du monastère du Moyen Âge à la Révolution, tandis qu’une dernière partie s’attarde sur les animaux fantastiques présents sur les sceaux et sur le phénomène des intailles antiques réutilisées comme matrices de sceaux et contre-sceaux au Moyen Âge.
L’exposition a bénéficié du concours de nombreux prêteurs : le musée du Louvre (départements des antiquités orientales et égyptiennes), le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, les Musées de Rouen (musée de la ferronnerie Le Secq des Tournelles), la bibliothèque et les Archives municipales de Rouen, l’Archevêché de Rouen, le Palais Bénédictine de Fécamp, le Musée Mathon-Durand de Neufchâtel-en-Bray, l’Abbaye de Saint-Wandrille, etc.