Les archives du Cogner, ou collection Chappée, à la une

Peu nombreux sont les lecteurs connaissant l’existence d’une splendide collection de la BnF, celle des Archives du Cogner ou collection Chappée, du nom de son auteur Julien Chappée. L’ayant moi-même découvert au cours de ce projet de recherche, j’ai cru que cette découverte méritait d’être partagée : rdv donc sur la page “Guide de recherche  au Département des manuscrits”, pour une présentation sommaire, issue du travail de recherche et de catalogage de Mathieu Lescuyer, directeur adjoint au département des Manuscrits. Bonnes recherches!

Louis XIV, Saint-Michel terrassant le démon de Raphaël et le sceau de l’ordre de Saint-Michel (1701)

Rares sont les archives donnant matière à disserter sur le commandement d’une nouvelle matrice de sceau royal. Pierre Clairambault nous a laissé sa propre contribution au choix du nouveau sceau de l’ordre de Saint-Michel, en 1701, après la nomination du nouveau chancelier M. de Torcy. La matrice avait déjà été changée en 1664, suite à la réformation des statuts de l’ordre. A cette date, elle avait été gravée par Antoine Aury, graveur général des sceaux du roi, pour 170 l. t. En 1701, Pierre Clairambault, généalogiste des ordres du roi, est chargé de rechercher les exemples des anciens sceaux afin de soumettre ces exemples au roi et au chancelier : il trouve ainsi le sceau gravé sous Charles IX (que nous ne connaissons pas), celui de 1664, ainsi que l’estampe de la cérémonie de 1662 dont il a fini par retrouvé la planche, à défaut d’un tirage!

La commande du nouveau sceau émane de haut : Louis XIV veut qu’elle soit imitée du tableau de Raphaël, Saint-Michel terrassant le démon. L’historien pense immédiatement au tableau dit ”le Grand Saint-Michel“ (Louvre, inv. 610). Commandé en 1518 par le pape Léon X à l’intention de François Ier, ce tableau magnifiait sans fard l’Ordre de Saint-Michel dont le roi très chrétien était grand maître. Il est tentant de l’associer à la matrice de sceau, au vu de son pedigree : le chef-d’œuvre avait été offert au souverain dans un contexte d’intense activité diplomatique, et notamment de croisade contre les Turcs. Pourtant, le dessin que Clairambault recommande au chancelier des ordres, pour la matrice du sceau, parle de lui même : le tableau que le roi avait en tête était bien le Petit Saint-Michel (Louvre, inv. 609), caractéristique d’une série de tableaux de très petits formats peints par Raphaël dans les années 1503-1505. Probablement peint pour le duc d’Urbino à l’intention de François Ier, ce tableau est lui aussi associé à l’ordre royal  : ne passe-t-il pas pour un cadeau de remerciement pour le collier de l’ordre de Saint-Michel, attribué au duc? Louis XIV connaissait bien ce petit tableau, lui qui l’avait acquis à la mort de Mazarin en 1661.

Clairambault est connu des collectionneurs pour sa merveilleuse collection des Titres scellés, comprenant plus de 22 500 empreintes de sceaux, et ses recherches pour le Cabinet des Ordres. Mais il fut aussi le conseiller et l’intermédiaire raffiné et audacieux de Louis XIV, osant lui soumettre plusieurs dessins préparatoires pour la gravure du nouveau sceau de l’ordre. Il propose de faire les sceaux en cuivre, car “il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent”. Il soumet également le nom de deux graveurs de sceau, Chalochet et Rousselet, en conseillant Chalochet pour sa dextérité (bien qu’il soit visiblement dur en affaire). Son conseil fut entendu : Chalochet grava les sceaux, sur le modèle qui avait la préférence du généalogiste.

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l'histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l'Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729)

Recueil de pièces originales et de copies concernant la Chevalerie, l’histoire des divers Ordres français et étrangers, spécialement l’Ordre de Saint-Michel, et les armoiries. VI Ordre de Saint-Michel (pièces de 1668 à 1729) Source: gallica.bnf.fr

Un élément retient notre attention : la croix de gueule sur fond d’argent peinte par Raphaël sur le bouclier, symbole christique évidant, a été remplacée par les armes de France sur le dessin de la matrice de sceau. Appropriation d’une image aimée du souverain, authentification par l’ancienneté du tableau de Raphaël, souffle de modernité renaissante du génie italien  : tels sont les ingrédients de la jussio de cette matrice.

Mais sans plus attendre, donnons la transcription du texte, accessible sur Gallica ( ark:/12148/btv1b9001039g), en Clairambault 1245, p. 4335-4337.

[1] Monseigneur [M. de Torcy, nouveau chancelier de l’ordre], m’a remis ce memoire et ces desseins, avec ordre de faire faire les sceaux de St Michel et que le Roy veut que l’on imite son tableau de St Michel par Raphael. Le 17 mars 1701.

[2]Je continue, Monseigneur, a rassembler tout ce que peut regarder les Ordres et ceremonies de St Michel et du St Esprit. L’estampe de la cérémonie de 1662 ne s’est trouvée en aucun lieu, mais enfin j’ay decouvert ou estoit la planche et j’en auray incessamment l’estampe. J’en ay trouvé une de la ceremonie de 1689 mais peu exacte. Voicy des desseins pour le seau et le contreseau de l’ordre de St Michel.

[3 ; en marge, un crochet enserrant les paragraphes 4 et 5] S’ils ne sont dans ces vol. de l’ordre de St Michel ils seront avec ceux du St Esprit.

[4] Celuy cotté 1 [déficitaire] est du roy Charles IX mis au bas des provisions de greffier de l’ordre en 1571.

[5] Le 2e [déficitaire] est celuy du Roy fait apres que sa Majesté eut reformé l’ordre en 1664.

[6]Le 3e est le contreseau.

[7] Tous les autres sont des projets desquels vous choisirez Monseigneur celuy que vous trouverez qui conviendra mieux au sujet.

[8 ; p. 4335] Ceux cottez en 8. et 10. me paraissent les meilleurs et pour contreseau, j’y ay fait mettre un cordon ou ruban par ce que l’on ne porte cet ordre qu’avec un ruban noir suivant l’ancien usage et les statuts reformez par sa Majesté en 1664.

[9] J’auray besoin pour l’exécution de celuy que vous choisirez du cordon d’or de cet ordre qui doit encore estre entre vos mains Monseigneur, si vous ne l’avez remis à M. de St Louange afin de la faire plus corect qu’il n’est dans ces desseins. Je vous suppliray aussy tres humblement de me faire parvenir un habit des chevaliers et celuy d’un officier pour les faire dessiner et peindre exactement tant en detail qu’en entier. Je croy qu’il suffira de faire les seaux de St Michel en cuivre, il y aura moins de risque de les perdre qu’en argent [ils furent fait en argent malgré cette recommandation].

[10] Chalochet et Rousselet sont les deux ouvriers plus capables d’y travailler. Le 1er est beaucoup cher et je croy Monseigneur qu’il sera a propos de faire marché avec celuy que vous choisirez.

[11] Je suis avec tout le respect possible Monseigneur, vostre tres humble et tres obeissant serviteur.

CLAIRAMBAULT

[12] A Paris, le 15 mars 1701

Colloque : le sceau dans les Pays-Bas méridionnaux Xe-XVIe siècle

(The seal in the southern Netherlands, 10th-16th century)

Voici le lien vers l’annonce de se colloque, qui se tiendra à Bruxelles et Namur les 27 et 28 novembre 2014, à l’occasion du  150e anniversaire de la collection de moulages de sceaux des Archives générales du Royaume (AGR, Bruxelles).

http://calenda.org/286149

Appel à contribution : A Companion to Seals in the Middle Ages

Nous signalons un appel à contribution, chez nos confrères américains:

Medieval seals were material and visual statements of identity, power, agency, and legitimacy that could operate locally or traverse great geographic expanses to assert individual or corporate authority.  The importance of the seal in medieval culture cannot be underestimated.  This inter-disciplinary, edited volume seeks essays analyzing seal design, production, meaning, usage and reception in the Middle Ages. As a whole, the volume will critically engage with the historiography of seals as well as highlight new approaches to understanding seals across time and space with emphasis on Europe, the Latin Kingdom of Jerusalem and Byzantium c. 1100-1500. Essays therefore must include historiographical, regional and thematic explorations of medieval seals.Scholars from a range of disciplines, such as but not limited to History, Art History, Numismatics, Archaeology, Cultural and Visual Studies, are invited to contribute new and innovative examinations of select seals or seal types in context. Essays should appeal to the specialist as well as students of medieval history. Submissions are especially welcome from scholars whose work locates seals within broader developments in medieval social codes and visual or material culture.”

Deadline des soumissions le 31 octobre 2014. Plus de renseignements sur : http://arthist.net/archive/8264

Les matrices de sceaux à l’honneur le 14 octobre prochain

Le mardi 14 octobre 2014, à l’INHA (Paris, Galerie Colbert), aura lieu une journée d’étude à l’occasion de la sortie du catalogue des matrices de sceaux conservées au Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF. Venez nombreux!

Matrices de sceaux, un nouveau corpus à la croisée des disciplines                 

Journée d’étude organisée par l’Institut national d’histoire de l’art, en partenariat avec la Société française d’héraldique et de sigillographie, les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France. http://irhis.hypotheses.org/11013

Pour consulter les matrices de sceaux de la Bibliothèque nationale de France, rendez-vous sur le Catalogue en ligne du Département des Monnaies, Médailles et Antiques

 

Une rentrée studieuse : étudiantes restauratrices et restauratrices découvrent les Mélanges de Colbert

La rentrée sigillographique s’annonçait riche en rencontres à la BnF, et elle ne nous déçoit pas. Trois étudiantes, dont deux en Master I et une diplômée, de l’université Sorbonne-Paris I et quatre restauratrices de la BnF ont travaillé, pendant deux semaines, pour se familiariser avec la conservation des chartes des Mélanges de Colbert. Au programme : Philippe le Bel, Louis le Hutin, Philippe V, Charles V, Philippe le Hardi, Guillaume III de Saxe, Henry VII, pour les médiévistes, François Ier, Charles Quint, Louise de Savoie et Henry VIII, et une partie du traité de Crépy (1544) pour le plus grand bonheur des seiziémistes. Le petites mains, déjà familières des techniques de restauration de reliure et Arts graphiques, ont ainsi pu approcher de très près trente actes scellés. Au delà de l’aspect technique, l’objectif principal de cette rencontre était d’envisager la complexité des niveaux de traitements physiques et numériques, et leur nécessaire coordination, sur une collection au combien précieuse.

Toutefois, point de repos pour les équipes de la BnF: de nouveaux défis se profilent déjà à l’horizon : le délicat problème du dépliage ou non des actes, dont la plupart ont encore leurs plis originaux (dans cette collection) ; leur numérisation, notamment quand ils sont pliés ; la prise en compte des résultats récents du laboratoire sur les propriétés de certains matériaux de conservation, notamment les sachets dits “de bijoutier”. Voici donc, en avant première, quelques clichés d’actes et de sceaux en cours de restauration ou restaurés, qui attendent désormais d’être révélés par les projecteurs de Gallica!

 

APRES (5)

Obligation de Henry VII, roi d’Angleterre, à l’Empereur Maximilien et à son petit fils Charles, et ses successeurs, de leur payer la somme de 250 000 couronnes d’or, si par sa faute ou celle de sa fille Marie le mariage contracté de sadite fille avec ledit prince Charles ne s’effectue pas. Westminster, 21 mars 1504. APRES (10)

Procuration de Guillaume, duc de Saxe, landgrave de Thuringe, qui reconnait le paiement de la somme de 10 000 écus d’or, reçus du duc de Bourgogne. Leuchtenberg, 29 février 1464

Lettres au sujet de la paix conclue entre Marie, reine de Hongrie, et Ferdinand, roi des Romains. Augsbourg, 5 mars 1548.

Lettres de Philippe le Hardi en faveur de l’amortissement des biens qui doivent fonder une chapelle pour l’expiation du défunt Perceval de Primèque. Arras, janvier 1388.

Numérisation des chartes scellées de grand format

Numérisation des chartes de grand format sous Phase one

Numérisation des chartes de grand format sous Phase one

Après une longue séance à l’atelier de restauration, cinq chartes scellées de grand format des Mélanges de Colbert passent sous les lumières des projecteurs : toutes les compétences des spécialistes de la numérisation, ainsi que les meilleurs appareils, sont requis. Le résultat? Et bien… à bientôt sur Gallica, pour découvrir les chartes restaurées et enfin visibles par tous! Dans le lot :

 

  • la ratification du traité d’Arras par les ambassadeurs de Charles VII et Philippe le Bon (1435);
  • l’acte de reconnaissance de Charles le Téméraire par le clergé, la noblesse et le tiers-état de Hainaut (1465) ;
  • les lettres d’obligation des nobles et des villes d’Angleterre pour le projet de mariage entre Charles de Gand (futur Charles Quint) et Marie d’Angleterre (future femme de Louis XII) (1508)
  • le traité de Cambrai conclu entre les ambassadeurs de François Ier et ceux de Maximilien Ier et de Charles, roi de Castille, confirmant les traités de Noyon et de Bruxelles (1516)
  • les lettres du roi de Bohême, Jean, d’Adulf, évêque de Liège, de Raoul, duc de Lorraine, d’Amé, comte de Savoie et de Jean, comte d’Armagnac, sur les trêves conclues entre les rois de France et d’Angleterre (Esplechin, 25 septembre 1340)

Quelques chiffres : 5 chartes, 81 sceaux, 173 images développées, des dizaines d’autres pour les essais et le rodage, et… 4 jours!

Le “Repertoire alphabétique des séries génélogiques de l’ancien Cabinet des titres” de la BnF est en ligne !

L’évènement était attendu impatiemment parmi les historiens, généalogistes, héraldistes et sigillographes: c’est désormais chose faite. Le Répertoire alphabétique des séries généalogiques de l’ancien Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale (autrefois en salle de références de Richelieu) a fait son entrée dans la Base Archives et Manuscrits. L’indexation des noms de famille des six séries du Cabinet des Titres permet désormais une interrogation via le “formulaire de recherche” (en ce cas cochez la case “Collections généalogiques-Cabinet des Titres” dans l’arborescence à droite, pour des réponses plus ciblées). Le manuscrit d’Ulysse Robert est également numérisé et mis en ligne sur Gallica. Attention tout de même : l’indexation des noms est celle des dossiers, qui ont eux-mêmes été constitués avec une certaine souplesse. Ainsi, une archive peut-être classée au nom du bénéficiaire, ou de l’auteur juridique, par exemple, mais l’indexation ne reprend que le nom retenu pour le dossier.

Un fichier chronologique sur fiche existe également pour le Cabinet des Titres et la collection Clairambault, jusqu’en 1514, ainsi qu’un fichier alphabétique de la collection Clairambault en volume 280. [Voir P. GASNAULT, L. MERIGOT, Les catalogues du départements des manuscrits : manuscrits occidentaux, Paris, 1971, "collection Clairambault]

Et, pour ceux qui voudraient commencer des recherches dans le Cabinet des Titres, nous recommandons vivement la consultation des miscellanées en ligne de la BnF!

Le Répertoire alphabétique des séries généalogique d’Ulysse Robert (NAF28674)

Analyse de cire à sceller : 54 échantillons prélevés

Les restaurateurs qui se sont confrontés un jour à la restauration de sceaux brisés ou lacunaires le savent : une part d’empirisme reste toujours attachée aux protocoles de traitement. Peu d’études ont été menées sur les produits et techniques employées. Force est de constater que l’éventail des procédés se rédui à des collages à la colle d’esturgeon, et les comblements de lacune à l’usage d’une cire de comblement appliquée à la pointe chauffante. Cires minérales en mélange, cire d’abeille blanchie, ou cire d’abeille en mélange avec une cire carnauba ou une résine polysaccharide sont ainsi les principaux produits de comblement : mais comment les utiliser à bon escient? Quelles sont leurs propriétés? Et surtout : quelles sont les propriétés (rhéologiques, mécaniques, chimiques) des cires de sceaux originaux, qui restent les éléments décisifs dans la rédaction d’un cahier des charges des cires de comblement?

Jusqu’à présent, la reversibilité et l’utilisation des cires de comblement semble visuellement satisfaisante. Toutefois, elle est basée sur un postulat erroné : une cire de sceau original n’a pas une plage de température de fusion à 63°C, comme la cire d’abeille neuve. Pas plus que sa température de transition vitreuse ne se situe à 40°C. Il suffit d’exécuter un comblement de lacune pour le constater : les pointes chauffante à plus de 63°C ne font pas fondre les sceaux! Souvent réglées sur 110°C, ces pointes ont un inconvénient majeur : elles indiquent la température du thermostat, et non la température réelle au bout de la pointe chauffante… Si bien que la maîtrise totale de l’appareil est impossible en atelier, et reste basée sur l’espérience empirique.

Pout tenter de consolider nos connaissances des propriétés des cires de comblements, les restaurateurs de la BnF et le laboratoire ont prélevé 54 échantillons millimétriques de sceaux originaux, couvrant le Haut et la Bas Moyen Age, sur les collections Clairambault, Provinces, Erudits et Bibliophiles. L’objectif de cette étude n’est pas d’analyser la composition des sceaux d’un point de vue purement fondamental, mais d’évaluer les capacités des restaurateurs à formuler des hypothèses sur la composition des cires, et de tenter de dresser un typologie des comportements rhéologiques des cires originales. Précisons :

-OBJECTIF 1 : quand un restaurateur est chargé de décrire les matériaux constitutifs des sceaux, il ne peut se fonder, bien souvent, que sur une approche visuelle. Selon la couleur et l’aspect plus ou moins nacré de la cire, il va formuler des hypothèses de composition : cire d’abeille vierge, cire d’abeille avec minium, cire d’abeille avec résine polysaccharide et vert-de-gris, etc. A titre d’hypothèse, ces formulations sont tout à fait recevables, mais elles sonnent souvent comme une affirmation. Or, jusqu’à présent, aucune étude n’a été menée sur le couplage observation de visu/ analyse chimique de la composition. C’est là le premier objectif de cette étude : après avoir indiquer une hypothèse surt la composition de chaque échantillon, le laboratoire est chargé d’analyser le composition par spectroscopie IRTF. Cette démarche peut touttefois souffrir d’une faille : les hypothèses des restaurateurs orientant celles des chercheurs, il est possible que certains composant échappent aux investigations.

-OBJECTIF 2 : le deuxième objectif est de determiner la température de transition vitreuse et la températre de fusion des cires originales, et, si cela s’avère possible, de dégager des typologies : ainsi, si un restaurateur reconnait une cire “avec résine” (exemple fréquent), et que son hypothèse est appuyée par la recherche décrite dans l’objectif 1, alors il pourra peut-être moduler les produits de restauration utilisés en conséquence. Pour ce faire, plusieurs échantillons de cire de comblement (cire d’abeille blanchie/cire microcristalline, cire Microcristalline/paraffine) à différents pourcentages ont été préparés : leur température de transition vitreuse et température de fusion seront elles aussi analysée, ainsi que leur vieillisement. Il sera alors possible de comparer les propriétés rhéologiques des cires à sceller originales et des cires de comblement, pour aider les restaurateurs à nuancer et adapter leurs propositions de traitement à chaque pièce scellée.

Ces analyses ne cherche en aucun cas à révolutionner des techniques auxquelles les restaurateurs sont aguérris, pas plus qu’elle ne prétendra infirmer ou valider définitivement certains produits ou techniques (puisqu’elle ne comprend pas d’étude mécanique). Elle se veut un étais lors de l’observation des archives, de la description des matériaux et du choix de traitement, en rendant possible des adaptations de protocoles.

 

 

 

 

A l’avant-garde de la conservation préventive des sceaux: Pierre Clairambault (1651-1740)

On incrimine souvent le conditionnement anciens des archives scellées (boîtes, cartons, etc.) comme un des facteurs de dégradation majeurs desdites archives. Mais ce poncif est-il fondé? Est-il une réalité inconditionnelle, ou une extrapolation des cas inquiétants d’altération de sceaux?

S’extraire des a priori touchant la conservation des archives scellées n’est pas chose aisée. Nous avons tenté l’expérience sur la collection Clairambault de la BnF, grâce à la diligence, l’expérience et l’assiduité de Domitille Nodin, chargée de l’évaluation sanitaire des fonds d’archives scellées. Après avoir fait le point sur le signalement des archives porteuses d’empreintes de sceaux (principalement localisées dans les Titres scellés, soit les 227 premiers volumes correspondant à la cinquième division de la collection originale de Pierre Clairambault), l’état de l’intégralité des volumes contenant des pièces scellées a été évalué. Nous avons tenté de pousser plus avant l’investigation, en comparant 5% des sceaux originaux, soit 485 sceaux, avec leurs moulages réalisés vers 1880-1885 et conservés aux Archives nationales de France. Les premières conclusions sont sans appel : si la collection Clairambault est globalement altérée (encore faut-il nuancer largement cet adjectif) , les altérations ne sont pas dues principalement à la reliure ou au moulage, comme on l’avait souvent subodoré. L’approche codicologique offre en outre une nouvelle vision de la constitution de la collection.

Lire la suite

“Qu’est-ce qu’un sceau?” ou “Un exercice de définition”

    Qu’est-ce qu’un sceau? Pour les sigillographes (soit les spécialistes des sceaux), la question est sans doute redondante et sera probablement vite évacuée, car la réponse semble s’imposer d’elle -même : un sceau est une objet matriciel, ou l’empreinte tirée de cette matrice, apposée à une pièce écrite ou un objet et lui conférant certaines valeurs d’authenticité, de validité, de prestige, etc. Mais, depuis bientôt quatre ans que je travaille sur les archives scellées, je n’arrive pas à m’abstraire de l’exercice de définition du “sceau”… Voici le fruit de quelques réflexions, qui n’ont bien sûr pas valeur d’exhaustivité.

Lire la suite

Début des opérations de numérisation

Après plusieurs mois de restauration, vient le temps des opérations de numérisation. Un premier lot de 25 chartes scellées des Mélanges de Colbert passe en ce moment même sur les machines Metis© de l’atelier de numérisation de Richelieu, qui accueille pour l’occasion une collègue du site de Tolbiac, Virginie Louis, assistée de Cécile Sarrion, restauratrice. La phase de prise de vue se poursuivra par le traitement des images et la rédaction des métadonnées.

Numériser n’est pas une simple manipulation technique. Bien au contraire, il s’agit de cerner et circonscrire en amont les usages de ces prises de vue et des informations qui les entourent, et donc d’anticiper les besoins des chercheurs. La rédaction des scenarii de numérisation permet d’anticiper les demandes qui pourraient émaner des diplomatistes, sigillographes et archivistes. Modérées par les référentiels en vigueur à la BnF (notamment le référentiel de numérisation des documents opaques), ces demandes des usagers nous ont ainsi orienté vers un scenario général en 5 vues :

  • recto général,
  • recto avec repli ouvert quand cela s’avère nécessaire ,
  • verso général,
  • face du sceau en gros plan, (800 dpi au minimum),
  • revers du sceau en gros plan. (800 dpi au minimum).

La rédaction des notices intégrera les recommandations des recommandations ISAD (G) des Archives de France, en les adaptant aux recommandations qui pourraient être formulées par les partenaires du projet SIGILLA (projet de bases de données de sceaux (images sigillaires, déclinées en actes, moulages, dessins) interopérables).

Numériser des archives infléchie fortement les pratiques et méthodes des chercheurs : la coupure avec les liens organique de la série, la sur-représentativité de certains fonds ou collections peuvent avoir pour effet des marges d’erreur importantes dans l’interprétation qu’en font les utilisateurs. C’est toute la question de la conservation du principe archivistique d’unité organique des séries,  même si elles sont dites “factices” ou “ventilées”. Une collection n’est pas une série, mais possède également sa logique propre : elle seule permet l’approche critique des pièces.

Restaurer des actes scellés à la BnF : au-delà de la question technique

Dans le billet précèdent, nous avions insisté sur  deux éléments essentiels à la compréhension de nos objectifs :  le contexte de développement du projet et l’esprit de coopération entre les équipes de la BnF. Si une telle attention est portée au facteur humain, ce n’est pas par pure rhétorique. L’acquisition d’un savoir-faire et sa transmission “de main en main”, d’acteur en acteur, est sans doute l’objectif le plus difficile à atteindre, puisqu’il inclu une part de pédagogie et de formation continue, par la pratique et par la réflexion interdisciplinaire.

Le milieu universitaire connait certes un enseignement archivistique. Rares sont les formations sigillographiques (enseignées à l’Ecole nationale des chartes) et diplomatiques (à l’ENC et dans certains parcours en Histoire). Inexistantes sont les formations en restauration-conservation incluant un enseignement pratique sur les chartes scellées. Jusqu’à présent, seul l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales, autrefois institué comme unité de proximité de la Section ancienne (aujourd’hui DMAAR), offre une excellente formation en restauration-conservation de sceaux.  L’étudiant qui cherchera à acquérir ce savoir-faire n’aura d’autre recourt que la formation hors circuit universitaire.

Lire la suite

Le projet de recherche a commencé

  Après un an et demi de préparation, le projet de recherche sur les actes scellés de la BnF a commencé le 1e septembre dernier. L’idée a pris racine au sein de l’atelier de restauration de Richelieu, dans un contexte de  réaménagement du site et de déménagement temporaires des collections du Cabinet des titres, des collections des Provinces et collections des Érudits et Bibliophiles vers le site de Bussy-Saint-Georges. Un reliquat de de la collection des Mélanges de Colbert était encore conservée dans les magasins de Richelieu. Pas n’importe quel reliquat : il s’agissait des 41 actes qui étaient exposés à partir de 1878 dans la Galerie des chartes attenante à la galerie Mazarine. Après une vingtaine d’années d’exposition, les chartes encadrées ont réintégré les magasins, séparées  des 899 autres pièces originales des Mélanges de Colbert conservées en liasse.

  Le conditionnement et l’état de ces chartes nécessitaient une intervention curative avant déménagement : leur restauration, leur reconditionnement et leur numérisation a donc été envisagé par le département des Manuscrits et le département de la Conservation. La principale difficulté était de taille : les équipes devaient se familiariser avec les techniques de restauration, de conservation et de numérisation. En la matière, l’atelier de restauration des sceaux des Archives nationales est une référence. Fort d’une expérience plus que centenaire, cet atelier est adjacent aux collections de moulages de sceaux. Des restaurateurs de la BnF se sont donc naturellement tourné vers cet atelier, avant de commencer à travailler sur le lot de pièces scellées. Cécile Sarrion, Tamara Couval (atelier de restauration de Bussy-Saint-Georges) et moi-même avons ainsi traité les 20 premières chartes, par ordre de difficulté croissant : mandement de Louis XI, lettres patentes de Philippe le Bel, ratification du traité de Cambrai (1516) par les ambassadeurs, projet de mariage de Charles de Gand avec Marie d’Angleterre, etc. Autant de pièces uniques qui ont retrouvé une fraicheur et un lisibilité perdues depuis longtemps. La restauration des 16 dernières chartes se poursuit, parallèlement au déménagement de l’atelier de restauration vers le site de Tolbiac.

  Au cours de l’été 2012, l’atelier de restauration a répondu à l’appel à projet triennal lancé par la BnF, et cofinancé par le Ministère de la Culture et de la communication. Porté par le département de la conservation, en dialogue constant avec le département des manuscrit, ce projet a pour objectif de pérenniser les savoir-faire en atelier et dans les départements en la soutenant par la recherche, d’une part, et en programmant les traitements, d’autre part. L’évaluation sanitaire des collections, la travail du laboratoire, l’ingéniosité des restaurateurs et de l’équipe de conditionnement, l’attention portée par les conservateurs sont ainsi les moteurs d’un projet dynamique.  Mais la coordinations des différents volets ne serait pas possible sans l’enthousiasme jamais démenti des équipes, et la volonté de répondre à une forte attente des chercheurs.

  Nous vous souhaitons une bonne lecture, et restons présents pour répondre à toutes vos remarques, questions et suggestions!

Trésors de cire

Ce carnet sera le portail du projet de recherche triennal (2013-2015) sur la restauration des actes scellés de la Bibliothèque nationale de France. Le projet est porté pas le département de la conservation, et est étroitement lié à la thèse de doctorat de Solène de la Forest d’Armaillé, coordinatrice du projet (thèse sur les signes de validation des actes royaux français,1461-1610, ENC/Université de Cergy-Pontoise/LabEx Patrima. Il vise à greffer des savoir-faire de restauration-conservation en atelier, de manière pérenne, en soutenant cette formation par la recherche, et notamment par : l’ amélioration du signalement des segments scellés ; le dimensionnement des fonds et évaluation de leur état ; la rédaction de l’histoire de la conservation de ses fonds ; la définition des protocoles de traitement ; la programmation des traitements ; les recherches du laboratoire sur les matériaux de restauration des sceaux ; la numérisation et la création de notice en DtD-EAD pour la description de ces pièces ; la diffusion auprès de la communauté de chercheurs et de professionnels des données recueillies et des retours d’expériences de l’institution.