Quand Marie de Médicis commande ses sceaux

Les archives du Moyen Age livrent parfois quelques traces de la commande de matrices royales, laissant au chercheur le soin de reconstituer les étapes de la confection technique et de l’articulation entre volonté souveraine et liberté artistique. Les archives de l’époque moderne ouvrent quant à elles des perspectives inexplorées et en confirment d’autres, tout en précisant les chemins de la jussio, soit  les modalités de la prise de décision du commanditaire. Nous avions déjà donné quelques textes intéressants, qui avaient fait l’objet d’une collecte d’érudits des XVIIe et XVIIIe siècles, parvenus en conséquence à la BnF. Nous en donnons deux autres exemples, qui montrent au passage la complexité de la recherche de textes parfois non signalés par le contenu descriptif des cotes, celles-ci ne pouvant pas raisonnablement rendre compte de la totalité du contenu (les textes en question passent donc inaperçus dans les bases de données avec recherche par mot-clé; d’où la complémentarité des formes d’instruments de recherche, et l’importance d’une réflexion sur les méthodes d’exploration…).

Il s’agit des paiements des deux matrices des grands sceaux successifs de Marie de Médicis, le premier datant de 1612 et le second de 1617. Pierre Turpin, graveur des sceaux et cachets du roi, a bien été sollicité pour confectionner ces sceaux[1]. Plusieurs aller-retours entre Paris et Fontainebleau, puis Paris et Blois, ont été nécessaires. Turpin a ainsi validé les différentes étapes de sa composition en présentant à la reine des dessins (« enluminures ») et des plâtres ou cires d’essais (« empreintes », « matricules, « tables »). Le rôle du chancelier de la reine n’est pas exactement précisé, en 1617, bien qu’il réceptionne les matrices achevées. Précisons que le contre-sceau n’a pas été remplacé, ni modifié, en 1617 ; il continue donc de servir en l’état. Seule la face change, et notamment l’effigie de la reine et probablement la légende, Marie n’étant plus régente en 1617. Remarquons également que la date de la gravure de la seconde matrice concorde avec celle du nouveau grand sceau de Louis XIII : ce choix est probablement dicté par les évènements politiques de 1617, avec l’assassinat de Concini et la prise en main du pouvoir par Louis XIII écartant sa mère.

Le texte de 1617 signale aussi que Pierre Turpin a gravé plusieurs « cachets d’argent » au manche d’ébène, certains étant destinés à la cire commune (soit de la cire d’abeille colorée par des pigments rouges, peut-être mélangée à des additifs), d’autres à la « cire d’Espagne ». En 1617, la cire d’Espagne telle que nous la concevons aujourd’hui n’est pas encore répandue en France. On utilise de la gomme laque, une sorte de résine de cochenille colorée,  très cassante et vitreuse, qui se noircie facilement. La technique de scellage est alors la même que celle qui sera utilisée jusqu’à nos jours, avec un bâtonnet de cire chauffé près d’une flamme. La gomme laque ne ferme pas directement le pli de papier : celui-ci est maintenu clos pas des brins de soie colorés, dont les extrémités sont bloquées par les sceaux.

Fol. 3 : lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue. Cachet ovale en gomme laque coloré, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v. Avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56. Lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627.

Lettre de Marie de Médicis à Louis XIII, date inconnue, après 1617. Cachet ovale en gomme laque colorée, rouge, à ses armes, timbrées d’une couronne fermée, de 15 x 12 mm environ. Autre cachet de la même matrice en fol. 34v, avec une couronne plus lisible, sur une lettre du 1e septembre 1621 au Plessis-les-Tours, à Louis XIII. Voir aussi fol 56, lettre au duc de Bellegarde du 27 octobre 1627. (BnF, Ms. fr. 20485, fol. 3v).

Le premier exemplaire de « cire vitreuse » que nous avons pu observer est visible sur la ratification du traité de Cateau-Cambrésis, par les ambassadeurs français et espagnols[2]. L’introduction en France de la cire d’Espagne rouge et mate, additionnée de térébenthine, craie et autres composants, que nous connaissons encore aujourd’hui, n’a pas encore fait l’objet d’études historiques et physico-chimiques. L’observation d’un matériel important (empreintes, textes et matrices), en Archives, musées et bibliothèques, serait nécessaire pour préciser les évolutions technologiques concernant ce matériau, et mettre en parallèle les usages sigillaires et épistolaires.

Quoi qu’il en soit, Marie de Médicis faisait un usage différencié de ses matrices, dont les empreintes étaient porteuses d’une valeur indicielle forte : les cires « communes » éventuellement recouvertes de papier étaient utilisées par ses secrétaires, tandis que la reine utilisait personnellement la « cire d’Espagne » sur ses lettres missives adressées à des personnages important ; ces lettres sont le plus souvent autographes. Grâce à ces cachets de gomme laque, le destinataire savait à qui il avait affaire avant même d’ouvrir la lettre (le nom de l’émetteur n’était pas visible de l’extérieur), il pouvait imaginer son contenu et surtout présumer de l’intention tout personnelle et confidentielle de son auteur. Le cachet influençait donc les les modalités de lecture et de réception du message : lieu d’ouverture de la lettre (hors du champ public), contrôle des personnes présentes lors de l’ouverture, maîtrise de la conservation d’un texte confidentiel, choix de diffusion ciblé auprès de certain public. En ce cas, le « cachet » de la reine, réputé personnel, pouvait revêtir une aura légitime. L’étude de ces usages pourrait sans doute alimenter les recherches sur les correspondances épistolaires (très présentes à le BnF), et, à en croire la variété des pratiques, le terrain à défricher est encore vaste.


Paiement du premier sceau de majesté de Marie de Médicis[3]

17 février 1612. ̶ Paris

A. Original. BnF, Cinq cent de Colbet 93, fol. 94v. Comptes de la Maison de la reine, manuscrit sur papier.

Tresorier, payez le comptant à Pierre Turpin, nostre graveur, la somme de sept cens livres que nous luy avons ordonné tant pour ses peines et frais qu’il a employé que pour avoir par nostre commandement par luy faict et gravé les empraintes et tables, pour nous servir de grand sceau et contreseel, et avec pieces pour servir d’essay et de matricules, compris l’argent qu’il luy a convenu employé à cet effect, que pour deux voyages qu’il avoit cy-devant faictz de Paris à Fontainebleau pour nous apporter et monstrer les figures et enluminures dudict grand sceau, et raportant par vous. Faict à Paris le 17 février 1612.


Paiement pour le second sceau de majesté de Marie de Médicis[4]

26 septembre 1617. ̶ Blois

A. Original. BnF, Cinq cent de Colbert, fol. 150. Comptes de la maison de la reine, manuscrit sur papier.

Tresorier, payez à Pierre Turpin, nostre graveur, la somme de sept cens cinquante livres que nous luy avons ordonné pour avoir par nostre commandement et pour nostre service, faict et gravé un grand sceau d’argent où est representée nostre effigie d’un costé, et de l’autre noz armes, avec le contreseel d’icelluy dont il avoit faict les desseins et fourny l’argent d’icelluy, lequel il avoit livré et mis en mains du sieur president de Blancmesnil nostre chancellier en ayant faict faire prix et et marché à ladicte somme, y compris des cachets d’argent emmanchez d’ebene, l’un pour la cire commune, et l’autre pour cire d’Espagne, qu’il a faictz et livrez pour nostre service. Faict à Blois le XXVIe septembre 1617.


[1] Pierre Turpin a laissé de nombreux actes notariés dans les officines parisiennes ; ils sont aujourd’hui conservés au Minutier central en (liste non exhaustive) :

ET/VIII/559 (1602-05-13), ET/VIII/568 (1606-06-19), ET/VIII/570 (1607-05-17), ET/VIII/572 (1608-04-10), ET/VIII/272 (1608-04-19), ET/VIII/574 (1609-03-21), ET/VIII/575 (1609-07-09), ET/VIII/581 (1612-05-15), ET/VIII/582 (1612-09-15), ET/VIII/582 (1612-08-06), ET/VIII/581 (1612-06-01), ET/VIII/584 (1613-11-25), ET/XXXIX/47 (1615-05-22), ET/VIII/591 (1616-06-22), ET/VIII/591 (1616-06-22), ET/XXIX/169 (1617-12-05), ET/XXIII/258 (1620-07-11), ET/VIII/630 (1623-04-04), ET/VIII/604 (1625-04-25), ET/VIII/629 (1629-10-19), ET/VIII/629 (1629-11-21), ET/VIII/630  (1630-04-17).

L’apprentissage de Didier Favière, graveur du grand sceau de Louis XIV, et les relation de Turpin avec d’autres graveurs parisiens sont largement représentées dans ces actes. Sur Pierre Turpin, on pourra consulter : F. Mazerolle, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe, tome I, Paris, 1902, CLXVIII ; ses relations avec Nicolas Briot et Danfrie sont détaillées dans la Revue belge de numismatique et de sigillographie.

[2] La ratification de ce traité, en date du 3 avril 1559, est connue par deux exemplaires  : l’un à la BnF, en Mélanges de Colbert 372, n° 389, : l’autre aux Archives du Ministère des Affaires étrangères, en TRA 15590001/002.

[3] Ce premier grand sceau, dont la face mesure 120 mm de diamètre et le contre-sceau 55, est référencé par Douët d’Arcq en D177, d’après une empreinte appendue à des lettres donnant plein pouvoir au duc de Mayenne pour traiter du mariage de Louis XIII avec l’infante d’Espagne, Anne d’Autriche. Données à Paris le 19 juillet 1612 (Arch. nat., K1634). Le moulage est aux Archives nationales, au centre de sigillographie et d’héraldique, en D177. La reine est représentée debout, vêtue à la mode du temps d’une longue robe à vertugadin à tambour. Elle tient un sceptre de la main gauche, et un mouchoir de la main droite. Derrière elle, on distingue un mur ou une tapisserie semée de fleur de lis, sous une arcade, elle-même supporté par deux colonnes qui encadrent la reine. Ces colonnes supportent chacune des armes héraldiques, posées sur un support ovale. Sur la colonne de gauche, il s’agit très probablement d’un blason d’azur à trois fleurs de lis d’or, pour la France, et d’un blason de gueules aux chaînes d’or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d’une émeraude au naturel, pour la Navarre, timbrés d’une couronne fermée et entourés des colliers de l’ordre de Saint-Michel et de l’ordre du Saint-Esprit. Sur la colonne de droite, pend un écu écartelé à dextre de trois fleurs de lis (France), et à senestre aux 1 et 4 d’or à cinq tourteaux de gueules surmonté d’un autre d’azur à trois fleurs de lis d’or (Médicis et France), et aux 2 et 3 d’argent à la fasce de gueules (Autriche), timbré d’une couronne fermée et entouré d’une cordelière aux nœuds en 8. La légende est : Légende : [MAR]IE . PAR. [ LA ] GRACE . [DE. DIEV. ROYNE ]. RE[GENTE. DE . FRANCE ]. ET. DE . NAVARRE. MERE . DV . ROY.

Le contre-sceau est anépigraphe. Il représente un écu écartelé à dextre à trois fleurs de lis (France), et à senestre aux 1 et 4 d’or à cinq tourteaux de gueules surmonté d’un autre d’azur à trois fleurs de lis d’or (Médicis et France), et aux 2 et 3 d’argent à la fasce de gueules (Autriche). Il est timbré d’une couronne fermée au bandeau orné de pierreries, surmonté de fleurs de lis faisant alterner trois fleurs de lis et deux feuilles d’aches, surmontés de cinq arceaux. Il est et entouré d’une cordelière aux nœuds en 8. Le champ est bordé d’une raie d’oves.

[4] Ce second grand sceau, aux dimensions identiques à celui précédemment décrit, est référencé par Douët d’Arcq en D178, d’après une empreinte appendue à un ordre de paiement de 6000 l. t. au commandeur et couvent de la Mercedes à Paris, donné à Blois, le 16 octobre 1617 (Arch. nat., S4290, n°3). Une autre empreinte se trouve a priori aux Archives départementales du Rhône, en 10G1236, n°9, sur des lettres données à Paris le 2 décembre 1621. Nous n’avons pas eu l’occasion de vérifier si elle existe toujours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *